Season1
Webzine de l'actu des séries TV



French Quarter

août 3rd, 2012

Engrenages saison 4 « Miroir d’un monde qui change » (Ep 7 à 12)

berthaud

Seconde partie de notre avant première de la saison 4 de Engrenages et qui couvre cette fois la seconde partie de la saison.

Dans cette seconde partie de la saison, les intrigues se conplexifient et se tendent. Certains personnages semblent atteindre un point de non retour. Jamais le titre anglais de la série « Spiral » n’a aussi bien porté son nom.

Un mot pour qualifier cette seconde partie: MAGISTRAL. Si les intrigues policières peinaient à passionner dans la première partie, ce n’est plus le cas dans cette seconde partie prenante de bout en bout jusqu’à un final à couper le souffle.
Petit tour d’horizon des grands enjeux:

  • Laure Berthaud est plus que jamais une femme perdue, qui doit composer avec tout et tout le monde. Et sa vie personnelle ne va pas s’arranger dans cette partie. Elle est plus jamais perdue…
  • Gilou et « Tintin »: Gilou est plus en retrait dans cette seconde partie. L’intrigue qui lui avait été concotée en première partie est vite résolue. Trop vite à mon goût. C’est l’un des gros soucis de ces épisodes. Gilou va devoir ici soutenir son ami « Tintin » qui va connaître un choc professionnel qui pourrait l’amener à sombrer. Un arc narratif assez bateau mais très bien interprêté par Fred Bianconi
  • Pierre Clement: le procureur qu’il était dans les premières saison a bien changé. Il n’est plus non plus l’avocat idéaliste. S’il conserve encore des idéaux, ils seront mis à mal à cause d’un de ses clients. Franchira-t-il la ligne? De plus, ces liens avec Josephine Karlsson seront mis à mal.
  • Josephine Karlsson: c’est SA saison. Les raisons de son engagement le métier d’avocat ont été révélé en première partie. Cette fois ci, ce sera sa déchéance. Audrey Fleurot la joue à merveille cette lente chute, rapprochant d’ailleurs son personnage ici à la partition qu’elle devait jouer dans la saison 4 de Un village français. Vraiment une brillante actrice
  • Juge Roban: sa lutte contre le système judiciaire et ses dérives vont l’amener à mettre sa carrière en jeu…et à trouver involontairement un allié très innattendu que l’on devrait revoir en saison 5. Pour l’occasion, on aborde un aspect du système judiciaire français peu souvent mis en avant. Philippe Duclos est toujours aussi incroyable
  • Intrigues policières: pour la première fois dans la série, l’intrigue ouvrant la saison est un peu mis en suspens pendant quelques épisodes (devenant même une intrigue secondaire). Nos policiers vont se lancer sur la piste de trafiquants d’armes kurdes. Si la première partie de la saison était un peu faible en intensité, ce n’est plus le cas ici. Dense, violente et halletante, cette partie ne laissera pas un moment de répis.
    Mais tout ne peut pas être parfait dans cette. Et c’est dans la fin de la série que l’on trouve quelques maladresses. La façon dont les deux intrigues de la saison se rejoignent est peu bancale, artificielle même. Dommage.
    Mais tout ceci est très vite oublié par un épisode final incroyable, plus long que les autres (presque 1h10) se terminant sur un cliffhanger très fort, même si un peu mal géré (il y avait vraiment possibilité de faire encore plus fort en terminant l’épisode 3-4 minutes plus tôt).

Au final, une saison incroyable. Pour ma part, la série monte encore d’un cran par rapport à la saison 3 et a incontestablement gagné en passant de 8 à 12 épisodes. C’est vraiment plaisant de voir une série gagner en maturité saison après saison.
Quand je regarde Engrenages, la frontière entre séries américaines/anglaises et séries françaises s’effacent totalement. Ne reste qu’une chose: une grande série télé.





0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>