Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

[Avant Première] Pilote d’essai: Boy meets girl (BBC Two)

[Avant Première] Pilote d’essai: Boy meets girl (BBC Two)
Claire Tirilly

Cette semaine, la BBC lance sa nouvelle sitcom, Boy Meets Girl. Pour en parfaire la promo, elle organisait une projection en avant première au Festival d’Edimbourg. Season One y était et l’a vu pour vous. 

Boy meets girl est une sitcom sans prétention mais qui reste une première pour la BBC. Explications.

Leo rencontre un soir dans un bar Judy. Il la retrouve quelques jours plus tard au restaurant. La scène se passe à Manchester. Jusque là rien de bien particulier, sauf que Judy est transgenre, née femme dans un corps d’homme et ayant « transitionné » à la trentaine.

Lors de l’été 2012, la BBC organise les Trans Comedy Award, un concours offrant 5000£ aux meilleurs scripts faisant un portrait positif d’un personnage transgenre. Eliott Kerrigan, un libraire sans emploi de Manchester décide d’y participer et écrit une histoire d’amour joyeuse. La première scène lui vient immédiatement en tête et restera l’une des plus brillante du script.

Le script gagne le concours, ex-aequo avec Nobody’s perfect de Tom Glover.

Un pilote est alors tourné puis une saison est commandée. C’est la première série commandée par la BBC mettant en scène un personnage transgenre. Personnage incarné par une actrice elle-même transgenre, Rebecca Root.

Retrouvez notre sujet sur l’arche développée dans Amour gloire et beauté sur le mariage transgenre entre Maya et Rick ici

 

Si Boy meets girl séduit, c’est parce qu’elle parle avec beaucoup de simplicité et de tendresse d’une histoire d’amour, un peu à façon Gavin and Stacey (ici), et traite la notion de transgenre avec un regard complètement normal mais sans complaisance. Quand on rencontre Judy, elle est à l’aise dans sa peau, a déjà transitionné, fait l’essentiel du travail. Elle redécouvre alors ce qu’est sortir avec quelqu’un.

D’ailleurs, Judy n’est pas le seul personnage principal. Elle partage l’écran avec Leo, 26 ans, au chomage, et qui vit chez ses parents. Ils sont entourés de leurs familles, un peu loufoques par moments, et qui permettent un juste équilibre entre tendresse et comédie.

Le style de la série est relativement classique, elle ne révolutionnera pas le genre de la comédie, mais donne tout de même envie de revenir à la fin du premier épisode. On a envie de savoir comment Leo et Judy vont naviguer dans cette relation, comment la mère de Léo ( son fils chéri) prendra le fait que son gamin craque sur une femme  qui ne pourra pas lui donner de petits enfants, le frère de Leo parviendra-t-il à convaincre sa mère de ne pas lui faire payer de loyer? …

Bot meets Girl

Lors de la session de questions et réponses de la projection, Eliott Kerrigan racontait avec pléthore de détails à quel point la série avait de l’importance pour lui, comment elle lui avait permis de rendre ses parents fiers de lui et à quel point c’était important pour lui. On retrouve dans l’écriture de Boy meet girl la même tendance à s’étendre en détails, (amateurs de concision, passez votre chemin), tout en douceur.

Kerrigan racontait aussi que la voix de Judy lui était venue tout naturellement, en ayant fait peu de recherches. Le personnage étant avant tout une femme différente qui décide de se remettre à sortir avec des hommes, avec tout ce que cela implique d‘universel.

Il est d’ailleurs intéressant de voir à quel point les séries évoluent avec la société sur certaines questions. D’un temps de la revendication et de l’acceptation, incarné par des personnages comme Sophia Burset dans Orange is the New Black ou Adam Torres dans Degrassi, on est est passé à un âge de portraits acceptés de transsexuels. Autant Rebecca Root que Beth Black (l’animatrice du débat, comédienne transsexuelle, vue dans Banana, entre autres) notent la chance qu’elles ont de participer entièrement à une époque de libéralisation et de normalisation de la transsexualité, ouvrant la porte à des histoires moins revendicatrices mais tout aussi poignantes.

L’expérience aura quoi qu’il arrive changé la vie de ses protagonistes. Kerrigan a gagné une amie en présence de Root et développé une projet qui semblait au départ un peu fou, qui rend hommage tant à ses proches qu’à la ville qui l’a vu grandir. Root elle même a eu la chance de développer un personnage fort, honnête et qui n’hésite pas à se lancer dans le bain des relations amoureuses, ce qu’elle même n’ose pas

Alors, qu’est ce qui attend Judy et Leo cette saison? Beaucoup de rires, des épisodes intenses, abordant entre autres le sexe, la relation à l’autre, les relations entre belle-mère et belle fille…

Ça donne envie et ça arrive ce jeudi, à 21h30 sur BBC Two.

Crédits photos: BBC