Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Blacklist sur TF1: Megan Boone, Elizabeth Keen et Red

Blacklist sur TF1: Megan Boone, Elizabeth Keen et Red
Alexandre LETREN

Ce soir, à 20h50, TF1 fait le pari de lancer sur son antenne une nouvelle série au ton différent des autres programmes diffusés. Blacklist, avec son son héros « négatif » et son duel à la Clarisse Starling-Hannibal Lecter, se révèle efficace, prenant et constitue la bonne surprise de la saison passée aux Etats-Unis. Lors du 54ème Festival de la Télévision de Monte-Carlo, nous avons pu rencontrer Megan Boone, héroïne de la série (Elizabeth Keen) qui nous parle de son rôle dans la série et de son face à face avec James Spader.

Season One: Comment pouvez-vous nous présenter la série?

Megan Boone: La série est centrée sur mon personnage Elisabeth Keen le premier jour de son travail comme profileuse au FBI. Des véhicules du FBI débarquent chez elle et l’emmène. Elle comprend comprend que l’un des criminels les plus célèbres du monde s’est rendu au FBI et à demandé à ne parler qu’à elle, pour révéler des informations sur une liste de criminels qu’il a collectées durant les 20 dernières années de sa carrière de criminel international. Toute la série tourne autour de la raison pour laquelle il veut lui parler à elle spécifiquement. Et cela est renforcé par le fait qu’il s’intéresse à elle pour des raisons beaucoup plus profondes que ce que vous auriez pu imaginer au départ.

Season One: Est ce que vous savez ce que les scénaristes écrivent pour votre personnage ou est-ce que vous le découvrez au fur et à mesure?

M.B: C’est un mélange des deux. Je suis au courant de leurs intentions pour la mythologie générale de la série, et de semaines en semaines, il y a toujours des grandes surprises dans les éléments spécifiques qu’ils introduisent à chaque épisode.

Season One: Mais savez-vous où les auteurs veulent aller avec Red et votre personnage?

M.B: Oui, oui. Je dis toujours que si je dois aller du point A au point B avec un personnage, c’est bon pour moi de savoir où est le point B, de manière à pouvoir y arriver. Donc c’est bon pour moi de savoir des choses que même le personnage ignore.

megan

Season One: Quelle a été votre réaction quand vous avez appris que James Spader avait accepté?

M.B: J’étais folle de joie. Il est si talentueux. Vous avez cet acteur qui a gagné plusieurs Emmys qui s’impliquent dans la série. A ce moment là, vous savez que les possibilités de créer quelque chose de spécial sont bien plus grandes, et forcément ça joue beaucoup.

Season One: N’avez vous pas eu peur que cela devienne le “James Spader show”?

M.B: C’est le “James Spader show” d’une certaine manière. Je fais de mon mieux, mais soyons honnêtes, ça l’est.

Season One: Comment faites vous pour exister face à lui?

M.B: Je travaille très dur. J’apporte autant de vérité et d’autheticité au personnage que possible parce que la réalité est que même si Raymond Reddington est un personnage extrêmement divertissant, on ne s’indentifie pas forcément à lui, au niveau personnel. Je crois que c’est important, si on regarde une série, de s’identifier à un personnage. Et je pense que c’est mon boulot, d’être le personnage auquel ont peut s’identifier.

Crédits: NBC
Traduction par Claire Tirilly
Retrouvez notre critique du pilote ici