Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

[Critique] Le mystère du lac: Passé meurtrier

[Critique] Le mystère du lac: Passé meurtrier
Alexandre LETREN

La review

LA SERIE
6.5
LE CASTING
7.5
LE SCENARIO
6.5
6.8

Jolie surprise

Redonnez nous une autre Barbara Schulz dans une fiction

Pour inaugurer sa saison sérielle 2015-2016, TF1 a fait appel à une saga policière dont elle avait le secret dans les années 2000, Le mystère du lac. Une mini série policière sur fond de secrets inavoués dans une petite communauté au bord d’un grand lac, frappée par la disparition d’une jeune ado. Il n’en a pas fallu plus à certains pour qualifier la série de « nouveau Top of the lake » ou de « nouveau Broadchurch« . Inutile d’invoquer à tout prix d’illustres prédécesseurs, Le mystère du lac s’inscrit dans la suite directe de ce qu’on sait faire en France et, qui plus est, ce qu’on fait bien. 

Lise Stocker, flic de la Crim’, revient dans sa ville natale pour s’occuper de sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer… Une jeune fille de 17 ans disparaît après la fête du village. Cette disparition bouleverse Lise : il y a quinze ans presque jour pour jour, ses deux meilleures amies ont disparu sans laisser de traces… Les deux affaires sont-elles liées ? Lise va-t-elle pouvoir faire la paix avec son passé ?

Attention: cet article se base sur les épisode 1 à 5. Nous n’avons pas encore vu le final

Une histoire solide mais « sobre »

Le premier point qui peut surprendre au regard de la tradition en la matière de TF1, c’est une sobriété dans l’histoire développée, les ramifications,…(souvenez-vous avant c’était plutôt dolmens qui saignent et serial killer fan d’astrologie plutôt que plongée dans l’intime). Malgré un nombre assez court d’épisodes (seulement 6), la série prend le temps de développer ses personnages, et pas simplement l’héroïne, on en apprend un peu sur chacun au fil du temps, et de les positionner dans la grande histoire de la série (le fameux « mystère du lac »). Bien entendu, on est dans de la fiction et la série bénéficie de son lot de rebondissements pour tenir le spectateur en haleine, mais jamais de gros effets de manche (enfin presque). Pour être clair, on ne fait pas du twist pour faire du twist mais ces derniers s’inscrivent en fait plutôt bien dans la trame globale. L’histoire reste assez fluide.
Le mystère du lac s’inscrit plutôt dans la filiation de la très chouette série Un été de canicule (France 2) que dans du Dolmen, certes très fun à regarder, mais plus à gros spectacle. Ici c’est l’intime qui intéresse, comme le montre très justement le générique de la série et la superbe reprise de « Bang Bang » de Stéphanie Lapointe (en fin d’article). Je trouve Le mystère du lac en réalité bien plus sobre que ne le fut au printemps dernier Disparue qui, sous couvert de l’intime, en faisait parfois beaucoup (ce qui n’est pas nécessairement un défaut mais ne correspond pas trop à ce que j’ai pour ma part envie de voir). Sans doute que le cadre choisi ici, une petite ville en bord de lac, se prête davantage à ce genre d’histoires. Ou peut-être est ce tout simplement une question de ressenti: je suis plus parvenu à me projeter dans cette histoire que dans celle de Disparue. Je ne dévoilerai de ressorts dramatiques d’aucunes des deux séries, mais un comparatif serait assez intéressant, et un traitement commun aux deux séries le reflète bien (Chloé-dans Le mystère du lac vs Léa -dans Disparue).

Chloé Le mystère du lac

Un casting crédible et solide

Pour permettre à l’intrigue de se développer de la meilleure manière qui soit, il faut un casting solide qui permette aux spectateurs de se projeter dans l’histoire.
Quelle bonne idée d’avoir choisi l’excellente Barbara Schulz pour incarner le personnage central de la série, celui par lequel la terrible vérité va se révéler au grand jour. Bien que loin d’être une débutante y compris en séries (elle a joué dans de nombreux projets, notamment des sagas, certains se souviendront de son rôle de Bérénice dans Terre Indigo) mais de manière assez étonnante, on semble non seulement la découvrir capable d’incarner le rôle principal d’une série mais on se demande alors pourquoi on ne l’y a pas vu avant. Pour incarner cette survivante, cette femme brisée par les épreuves, Barbara Schulz le fait divinement bien, tout en sobriété. Comme Marie Dompnier dans Les témoins, Barbara Schulz nous offre une belle héroïne de séries, n’en fait jamais trop et s’inscrit parfaitement dans le fil de l’histoire.
« Devenue flic à Paris, Lise a développé une sorte d’obsession pour ce type d’affaires et ne retourne que rarement dans son village natal. Mais en apprenant que l’état de santé de sa mère empire, elle revient s’occuper d’elle quelques jours. La disparition de la fille de la voisine la replonge alors dans le passé. Elle pense avoir une lecture différente des événements grâce à sa profession. Et plus l’enquête avance, plus elle a des doutes sur la culpabilité de celui qui a été accusé à l’époque. » (Barbara Schulz)

Le mystère du lacFace à elle, on a une belle galerie de personnages très bien campés (excellent choix de Lannick Gautry pour jouer le flic en charge de l’enquête). Quel bonheur de revoir Armelle Deutsch qu’on ne voit pas assez à mon goût à la télévision et qui est juste parfaite dans le rôle de cette mère de famille qui voit tout son monde s’écrouler (on se souviendra qu’elle en joua une autre dans le passé, Christine Villemin dans L’affaire Villemin sur France 3).

Enfin, mention spéciale à Marie-Anne Chazel, touchante et inquiétante dans son rôle de mère victime dAlzheimer. Touchante dans ses moments de réelle détresse; inquiétante car elle distille des informations venant du passé et des événements actuels sans que l’on sache vraiment si elle en est consciente. Et au vu des minis bombes qu’elle est capable de balancer, on se doit de l’être inquiet.
« Elle semble vivre dans ses souvenirs et, autour d’elle, tout est resté figé dans le temps : ses vêtements tout comme la décoration de sa maison. rapidement, ce personnage va se révéler particulièrement ambigu. Marianne distille des informations importantes, de manière délibérée ou non. on ne sait jamais si elle joue, sait ou dit la vérité, mais aussi quel a été son rôle dans le drame qui s’est déroulé quinze ans plus tôt. » (Marie-Anne Chazel).

LE MYSTERE DU LAC

Le final et la résolution de cette histoire vont-ils confirmer cette bonne impression? On le souhaite vivement car c’est un moment primordial dans une série policière et qui peut gâcher bien des choses s’il est raté.
Au final, Le mystère du lac se révèle une très bonne surprise. Ok la série n’évite pas certains twists faciles et un peu cousus de fil blanc mais l’ensemble l’emporte largement sur ces imperfections. Et comme je l’ai déjà dit dans le passé, je suis pour le retour de ces séries policières (ou pas), ces sagas comme on sait les faire chez nous (Jusqu’au dernier sur France 3 en était un exemple).

Source & Crédits: TF1

Une Série de 6x 52min
Créée par JEANNE LE GUILLOU et BRUNO DEGA

Stéphanie Lapointe « Bang Bang » (Générique de la série)