Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Daniel Prévost et Camelia Jordana font Les mauvaises têtes

Daniel Prévost et Camelia Jordana font Les mauvaises têtes
Alexandre LETREN

La review

LE FILM
7.5
LE SCENARIO
6
LE CASTING
7
6.8

EMOUVANT

Camélia Jordana, révélation de ce film, et Daniel Prévost nous offrent une jolie histoire de solidarité, qui fait sacrément plaisir dans les temps qui sont les nôtres.

Quand deux êtres dotés d’un fort tempérament et que la vie n’a pas aidé se croisent, cela devient inévitablement électrique. Cette phrase pourrait être le début d’une histoire d’amour. Mais il s’agit en réalité d’autre chose: une très belle d’amitié transgénérationnelle entre Fanny, jeune étudiante et Paul, retraité. 

Paul, retraité revêche, maniaque et radin, prend en colocation Fanny, étudiante en médecine, extravertie, ambitieuse et déterminée. Tout en apparence les oppose, chacun à l’extrémité de la vie: Paul a sacrifié ses désirs profonds à sa famille et aux conventions, Fanny est une passionnée prête à tout pour réussir son concours de 1ère année. Leur seul point commun : une précarité qu’ils cachent soigneusement à leur entourage, mais qui les oblige à jongler pour survivre, chacun pour soi. Un équilibre sur le fil que les événements vont rompre : la perte de précieuses lunettes indispensables à Fanny pour assister à ses cours, et c’est la dépense de trop pour un budget hyper-serré. Paul comprend que la jeune fille va devoir, comme lui trente ans auparavant, renoncer à sa passion et gâcher sa vie.

les-mauvaises-tetes

Les mauvaises têtes est une très jolie histoire sur notre époque, qui aborde un thème malheureusement de plus en plus d’actualité: la précarité.
Celles des étudiants, obligés d’assumer à la fois études, loyer et job pour pouvoir s’en sortir, quitte à mettre en péril ce pourquoi ils donnent tant de mal; celle aussi des personnes âgées, souvent seules et peinant à joindre les deux bouts pour s’en sortir. Ce sont deux de ces êtres qui vont se croiser et apprendre à s’aider.

Fanny (Camélia Jordana) est une jeune étudiante en médecine qui n’arrive plus à payer son loyer avec son job de livreuse de pizza, et qui doit accepter de cohabiter avec Paul (Daniel Prévost), prisonnier de sa solitude et du souvenir d’une femme disparue. Avec une toute petite retraite, Paul doit faire attention et compter le moindre sou. Une situation qui a malheureusement déteint sur lui, sur son caractère. Paul a oublié de vivre.
Pour incarner ce vieil homme aigri par la vie et seul, il fallait un comédien de la trempe de Daniel Prévost, toujours aussi brillant et touchant. Certes on l’enferme à nouveau avec ce rôle dans un registre qu’il pratique plutôt et connaît bien à savoir celui du vieux grincheux. Mais, grâce à son immense talent, Daniel Prévost donne à Paul toute l’émotion nécessaire à un tel personnage. Il en est bouleversant. Paul va réapprendre à vivre en se donnant un but: aider Fanny à obtenir son concours. L’occasion pour Prévost de nous offrir une nouvelle facette de sa personnalité. Les scènes avec Fanny qui le bouscule dans sa petite vie sont touchantes au possible, tout comme celles avec Mylène Demongeot qui va le sortir de sa torpeur.

MAUVAISESTETESLES

Dans le rôle de Fanny, Camélia Jordana livre une prestation remarquable. C’est la révélation de ce film. Elle est juste, sensible et on croit tout simplement en son interprétation et en son personnage. Déjà révélation de la chanson grâce à Nouvelle Star, la jeune femme nous montre que c’est maintenant une comédienne qu’il va falloir surveiller sérieusement.

Les mauvaises têtes est une histoire efficace même si, on ne pas le nier, elle joue sur des codes bien huilés de ce genre d’histoire. Les retournements qui surviennent dans ce film sont prévisibles et très attendus. Mais en nous offrant un histoire de son temps, abordant des thèmes d’actualité (la précarité, la prostitution étudiante,…), Les mauvaises têtes sait nous émouvoir et nous prendre par la main tout au long de cette histoire. En voyant ce film, une question me taraude: pourquoi semble-t-on incapable d’écrire des séries aussi en phase avec notre époque alors qu’on semble y parvenir avec des téléfilms?  

« Les mauvaises têtes » sur France 2 le 11 septembre 20h45

Avec : Daniel Prévost (Paul), Camélia Jordana (Fanny), Mylène Demongeot (Virginie), Benjamin Wangermée (Bilal), Luce Mouchel (Marthe), Anne Loiret (le professeur Drumont), Benjamin Egner (Hector), Déborah Révy (Marie), Paul Granier (Sylvain) et Annick Alane (Suzanne).

Crédits:  © Nicolas Robin – France télévisions