Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Commentaires

DC se fait un QG sur la CW

DC se fait un QG sur la CW
Christophe Brico

ATTENTION ALERTE SPOILERS 

Cet article est impossible sans dévoiler des éléments majeurs des saisons 4 de la série Arrow et 2 de la série The Flash, toutes deux en cours de diffusion sur la CW.

Mastodontes du comics, pratiquement frères ennemis, Marvel et DC on définitivement un développement diamétralement différent lorsqu’il s’agit de passer à l’image qui bouge. Si la domination cinématographique de Marvel au cinéma est assez claire depuis 2008, celle de DC à la télévision est tout autant incontestable, et depuis beaucoup plus longtemps notamment avec The Adventures of Superman (1952-1958) et Batman (ABC – 1966-1968). Aujourd’hui, pas moins de 3 networks proposent des adaptations de DC, avec Arrow, The Flash et bientôt Legends of Tomorrow sur The CW, Gotham sur la FOX et Supergirl qui atterrit sur CBS, mais c’est sans aucun doute sur The CW que le développement d’un univers télévisuel DC (ou DCU ?) est réellement en train de se développer et d’adapter les grandes icônes et les grands concept de cet univers.

Superman et Batman ou le yin et le yang de DC

Les experts contredirons sûrement l’affirmation suivante, mais du point de vue du simple amateur, les personnages de Superman et de Batman constituent deux axes majeurs, si ce n’est les piliers de l’univers DC. Il faut dire que l’on peut difficilement faire plus opposé : D’un côté nous avons un extra-terrestre surpuissant et pratiquement indestructible, et de l’autre un milliardaire assoiffé de vengeance qui ne dispose que de son entraînement et ses ressources pour faire régner la justice. Au-delà des personnages, ce sont aussi deux environnements qui s’opposent : Metropolis d’une part, cité lumineuse, et Gotham la sombre. Sans doute deux vision d’une New-York sublimée par le héros qu’elle porte.

Avec Arrow et The Flash, c’est un peu la même dichotomie originelle que The CW a mis en mouvement. D’un côté nous avons un Oliver Queen, basiquement devenu justicier par syndrome post-traumatique, dans une cité, Starling City, dont on voit beaucoup de nocturnes, beaucoup d’ombre. A l’oppose, Barry Allen, jeune scientifique, touché par une expérience ratée (ou réussie, question de point de vue), dans une Central City, lumineuse, qui, pour le coup, fait tout de même plutôt penser à Los Angeles. D’un côté un héros qui dispose de son entraînement et ses ressources, et de l’autre celui dont les pouvoir lui permettent de dépasser jusqu’aux lois de la physique. Certes les deux personnages ne sont pas les icones majeures, mais tous deux sont, dans les univers comics, des personnages de premier plan, a peu près équivalent à presque n’importe quel Vengeur (ou Avenger comme on dit maintenant). Avec Oliver Queen qui devient enfin, au commencement de la quatrième saison le Green Arrow (Archer Vert), soit le personnage qu’il est censé devenir, nous ne sommes plus dans une histoire de héros en devenir, comme ce fut le cas de Smallville, également sur The CW, mais bien dans la série de super-héros, ou disons la “série comics”, à part entière.

Flash Zoom

Dès lors cette opposition centrale de l’univers est bien présente, et c’est autour de ces deux facettes un peu grossières de l’univers que se développe toute une série de thèmes majeurs de l’univers DC. Au cœur de ce développement il y a un quatuor de créateurs à mentionner : Greg Berlanti, producteur de télé depuis Everwood, qui est clairement en train de se tailler une part du lion, Andrew Kreisberg, également producteur télé mais également auteur de comics notamment sur la série Green Arrow, Marc Guggenheim plutôt auteur de comics, notamment sur la série The Flash et compagnon de longue date, et enfin Geoff Johns, également homme de comics et de télévision puisqu’il n’est ni plus ni moins que le Chief Creative Officer de DC Comics.

La ligue du multivers

S’il aura fallu 3 saisons à Oliver Queen pour devenir Green Arrow, c’est sans doute parce qu’au départ, la direction de la série, et plus généralement de l’univers DC à la télévision n’était pas très claire. Construit comme une “origin story”, Arrow a pris son tournant majeur en saison 3, et c’est sans doute une des raisons pour laquelle cette saison était un peu “fouillis”. Deux éléments important se développent, ou apparaissent. En effet, en mettant au cœur de la saison 3 de Arrow le personnage de Ra’s Al-Ghul et la Ligue des Assassin, la série utilise un personnage de l’univers de Batman, et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit d’un personnage majeur dans les Batman de l’ère Nolan au cinéma, interprété par Liam Neeson dans Batman Begins, et évoqué dans The Dark Knight Rises. C’est le double effet kiss kool pour la série. D’une part cela intègre un élément majeur de l’univers DC au cœur d’une saison entière et non d’un simple épisode, mais également achève de confirmer la parenté de ton, et d’une certainement manière de fond, qui existe entre la série et la vision “Nolaniène” du personnage de Batman.
Le second élément est le début de la série The Flash et des nombreux crossovers qui traversent les deux shows, et, tout en préservant la possibilité de n’en suivre qu’un, offrent la valeur ajoutée “univers cohérent” (plus ou moins), à ceux des téléspectateurs qui regardent les deux.

Ra’s Al-Ghul

Sur cette dernière, très rapidement est prise la direction de porter les thématiques à un autre niveau. L’univers d’Arrow est composé de criminels et de terroristes, mais dans un cadre qui laisse peu de place au surnaturel, jusqu’à maintenant. Dans The Flash, c’est au contraire avec de nombreux vilains aux pouvoirs terrifiants, des intrigues qui introduisent les voyages dans le temps ou les univers parallèles, que la série est construite. Parmi les grandes thématiques des comics DC, les terres alternatives (terre 1, terre 2, etc.) est un des grands axes, et introduit dès le début de la saison 2 de The Flash. C’est d’une certaine manière l’accès au niveau “cosmique” de l’univers, qui serait plutôt représenté par le personnage de Superman. Néanmoins, à l’inverse de Arrow qui emprunte beaucoup à Nolan, The Flash elle, reste assez éloignée de Snyder. C’est une série qui joue plutot sur le fun et le second degré, avec un fort côté référentiel. C’est d’ailleurs avec la référence que la série brouille un peu les pistes de la démonstration, avec notamment une scène en saison deux dans laquelle les personnages utilisent un projecteur avec un logo en forme d’éclair pour convoquer le Flash, à l’instar de celui à la chauve-souris qui appelle le Chevalier Noir.

Les petits champions

Avec une troisième série “DC” dans les starting blocks, Legends of Tomorrow, qui a franchement l’air d’être là pour faire une place au personnage de The Atom, interprété par Brandon Routh et spin-off d’Arrow ET The Flash, The CW fait un sérieux squattage de DC sur son antenne, et surtout a l’opportunité de développer un univers trans-sérielle, les citations d’une série à l’autre étant déjà permanents sur celles à l’antenne. Ce n’est pas très étonnant puisque, rappelons-le, The CW est principalement une chaîne possédée par CBS et Warner Bros Entertainment. Cette dernière compagnie étant une filiale de Time Warner, qui possède également DC Comics. Et puisque nous parlons de la famille, citons également l’arrivée de Supergirl, sur CBS, qui rappelons-le est l’autre heureux propriétaire de The CW. Il y a fort à parier, dans un tel cadre, que le développement de l’univers de la cousine de Kal-El reste relativement cohérent avec celui développé sur la chaine des ados (en train de devenir celle des super-héros). Ce serait d’autant plus logique que les amis Berlanti et Kreisberg, mentionnés plus haut sont dans l’histoire.

supergirl_bts_video

Finalement, avec la disparition de Constantine, mais dont il semblerait que le personnage fasse une apparition dans Arrow cette saison, alors que, rappelons-le, la série était diffusée sur NBC, c’est Gotham qui fait un peu figure d’extra-terrestre.

Il y a sans doute une dernière série à citer et un dernier nom : Krypton et David S. Goyer. En effet, une série sur le monde natal de Superman, en préparation pour SyFy ne devrait pas tarder à arriver, crée par David S. Goyer. Sans doute est-il utile de rappeler que le monsieur est une peu le gardien du temple des adaptation contemporaines de DC au Cinéma (il a signé ou co-signé les scripts de la Trilogie de Nolan, de Man of Steel, Batman Vs. Superman: Dawn of Justice et les futurs Justice League Part 1 et Part 2), mais surtout qu’il est un compagnon de longue date de Geoff Johns, ayant travaillé avec lui sur l’écriture des comics Justice Society of America (JSA), mais également à la télévision sur la série Blade (ok c’est chez Marvel, mais bon…).

Au final, The CW se taille tout de même la plus grosse part en termes de présence de DC à l’écran, tout en étant limitée par une audience moyenne relativement restreinte par rapport à une chaine comme CBS. C’est néanmoins sur cette chaîne, longtemps estampillée “chaîne pour ados”, que l’univers télévisuelle DC se développe le plus, permettant au passage à la chaîne de changer son image.

Crédits: CW/CBS

  • Julien Vachon

    vrai et aussi ne pas oublier que Arrow avait également été un moment pensé comme spin off de Smallville, puis d’un autre côté l’idée de faire un spin off sur Aquaman…. Mais avec le changement de présidence à la CW, le projet fut annulé, car pour lui, Smallville datait déjà suffisament et que l’érosion du public risquait de ne pas porter très loin un spin off.

    • https://season1.fr Christophe Brico

      Cher Julien Vachon,

      Tout a fait exact, le personnage de Green Arrow étant très présent sur les dernières saisons de Smallville. Néanmoins tout l’objet de cet article était de se concentrer sur les développement actuel, d’où la volonté de ne pas remonter trop loin. Merci de la précision.

      Bonjour chez vous