Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Dealey Plaza (Dernier épisode): Code Quantum

Dealey Plaza (Dernier épisode): Code Quantum
Alexandre LETREN

Les interprétations de l’assassinat de JFK dans les séries ne sont jamais utilisées à la légère. En effet, l’événement est d’une telle ampleur – un assassinat en direct, et du leader du monde libre qui plus est -, qu’il est toujours utilisé pour donner une forte intensité dramatique à l’histoire ou au personnage qui y est impliqué. Pour terminer cette collection, on penche sur l’une des plus controversée, l’épisode d’ouverture de la saison 5 de Code Quantum baptisé « Lee Harvey Oswald ». 

lee

 

Pour mémoire, la série Code Quantum raconte les aventures de Sam Beckett, voyageur du temps, prisonnier de cette spirale infernale, et cherchant un moyen de rentrer chez lui, aidé de son ami Al. Au gré de ses voyages, Sam « remplace » des personnes au destin compliqué afin de le « changer ». En ouverture de cette dernière saison, Sam remplace l’un des plus célèbres personnages de ce XXème siècle: Lee Harvey Oswald, le tueur présumé de JFK. Une bonne occasion pour le créateur Donald Bellisario de nous montrer sa vérité de l’assassinat de Kennedy…à ceci près que Bellisario est un partisan de la théorie du tueur isolé. Pour lui, Oswald est le seul assassin et il a tiré sur Kennedy depuis la fenêtre du Dépôt de livres scolaires du Texas. Et il le montre dans cet épisode où la personnalité de Oswald prend le pas sur celle de Sam, ce dernier se révélant incapable d’éviter le meurtre du Président. Une vision de l’affaire qui fait évidemment polémique d’autant que l’épisode sort en 1992, quelques mois après la sortie de JFK, le film polémique de Oliver Stone qui lui, pour le coup, détaille la théorie du complot et le seul procès intenté dans l’affaire JFK par le procureur Jim Garrison. Une oeuvre de fiction aussi mais s’appuyant sur une véritable enquête et qui a beaucoup contribué à changer l’opinion sur cette affaire.

affiche_JFK_1991_1

 

Qu’on se le dise, libre à chacun de penser ce qu’il veut sur cette sombre affaire. Mais en revanche, c’est beaucoup plus gênant pour un auteur de véhiculer des idées qui semblent difficilement admissible par la raison. Car au delà des plus farfelues théories sur les commanditaires de l’assassinat, il y a un certains nombres de faits qui mettent à mal la théorie du tireur isolé. Le premier fait et pas des moindres c’est la « balle magique ». Selon la Commission Warren, une balle a occasionné 7 blessures sur Kennedy et le gouverneur Connally. Une « balle magique » bien entendu mise à mal depuis mais seule explication possible pour éviter d’en venir à la conclusion qu’il y a un 4ème coup de feu et donc un second tireur (seule 3 douilles ont été retrouvé près de l’endroit où Oswald est censé avoir tiré). Dès les années 70, deux films mettent en avant cette thèse du complot: Complot à Dallas (1973) et I comme Icare de Henri Verneuil (1979). Ce n’est donc pas une première quand le film de Oliver Stone sort sur les écrans.

lee2

 

Dans ce contexte, la version de Bellisario sonne non seulement creux mais met aussi mal à l’aise dans cette volonté de ne pas voir que les faits ont changé. Une telle version serait impossible aujourd’hui non?…Pas si sûr. Le journaliste français Philippe Labro, auteur du livre « On a tiré sur le Président« . Afin d’assurer la promotion du livre, le journaliste se rend sur l’antenne de RTL dans l’émission « L’heure du crime » animée par Jacques Pradel. Pendant 1 heure, il livre sa version et assène ses vérités comme étant LA verité, affirmant que c’est un fait établi que Oswald est le seul assassin. C’est son droit le plus stricte sauf qu’on aurait aimé que Jacques Pradel lui apporte la contradiction ce qui n’a pas été fait, un comble pour une émission sur les crimes et la justice donnant ainsi foi à ses dires.

L’épisode  « Lee Harvey Oswald » est disons le un des pires épisodes de la série. Une caricature et un comble pour une série qui a su à ce point ausculter l’Histoire de l’Amérique. 

Laisser un commentaire