Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Devoirs de vacances: 3 comédies à rattraper

Devoirs de vacances: 3 comédies à rattraper
Claire Tirilly

S’il vous reste quelques heures entre la remise des cadeaux et le réveillon du nouvel an, Season One vous propose de trois comédies à rattraper, et à faire découvrir à votre famille.

Trophy Wife

Il y a 3 mois, je craquais complètement sur cette comédie mignonne sur une famille compliquée. Et ça continue. Non seulement Trophy Wife a gardé sa promesse de nous divertir toutes les semaines, mais en plus elle a su créer des personnages emblématique. Bert, le gamin adorable et un peu fou en est l’exemple même. Dès qu’il apparaît à l’écran, on peut s’attendre à rire. Il est drôle, intelligent, naif et tendre à la fois. Et puis il y a sa mère, une hippie excentrique envahissante et attachante dont la série utilise assez justement le ressort comique. Depuis le pilote, chacun des personnages  trouvé sa propre dynamique sans tomber dans le cliché. En plus les scénaristes ont clairement fait évoluer le concept de base (contenu dans le titre) vers une comédie familliale en faisant la part belle (ou presque) à chaque membre de la famille. S’il n’y a qu’une comédie de la rentrée à garder, moi, je prends celle là!

trophy

 

Raising Hope

Sans autre raison particulière que c’est Raising Hope. Cette année, les épisodes sont arrivés un peu par hasard, en novembre, deux par deux, et c’est très bien comme ça. Une heure de péripéties de la famille Chance par semaine, ça me va très bien! La série continue à faire son bonhomme de chemin en s’éclatant dans son coin avec la société moderne (l’épisode parodiant le site Vine vaut son pesant de cacahuètes) et les classiques (allez jeter un coup d’œil l’épisode reprenant le concept du film “Fenêtre sur cour”). C’est exactement le genre de bonne sitcom qu’on espère voire durer de nombreuses années, en voyant se renforcer les relations entre les personnages et grandir les jumelles qui jouent Hope. Elles sont à croquer ces deux là.

raising-hope-season-4

 

The Crazy Ones

Parce qu’elle a réussi à mettre du fun dans la pub. Avant cette série, ce monde là, pour moi, c’était un mélange entre Mad Men et 99 Francs. Maintenant, ça a l’air drôle. Et puis elle a réussi à déjouer son risque majeur: faire une série de Robin Williams avec Robin Williams et où tous les autres personnages sont des excuses. En imposant Brad Garrett comme directeur financier de la boite, les scénaristes ont trouvé une forme d’équilibre. Garrett est au moins aussi drôle que Williams, mais dans un genre un peu différent, plus posé et moins surexcité. Ca ne fait pas de mal. Les autres s’en sortent bien aussi, James Wolk est définitivement l’une des révélation de l’année (son passage dans Mad Men ne lui a pas fait de mal), Sarah Michelle Gellar s’amuse, et c’est pas mal.

The-crazy-ones_casting2

 

Bon visionnage!

Crédits: ABC / FOX / CBS