Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Edito: « Série », un gros mot?

Edito: « Série », un gros mot?
Alexandre LETREN

Alors qu’il est indéniable que le succès des séries n’est plus à prouver, en France comme ailleurs, et qu’il n’est surtout pas nouveau, on a parfois des doutes en entendant certaines/ certains de celles/de ceux qui les font, les produisent ou les diffusent. Près de 20 ans après l’explosion des séries en prime en France, on a parfois l’impression que le mot « série » est un vilain mot, un mot sale.

Avec des amis et confrères journalistes, quand on se rend en projection presse de séries, on est parfois (souvent) atterrés de constater que l’on parle de « films » pour évoquer des séries mais on se résigne en se disant que on n’y arrivera jamais malgré nos « suppliques ».
En me rendant à la rencontre presse d’une nouvelle « série« , si je ne m’attendais pas à un miracle de Noël, je ne m’attendais pas non plus à ne plus en pouvoir et à prendre la parole.

« On aime le cinéma« , « Quand on a vu les films » (films ici signifie « épisodes » ndlr), parmi les phrases entendues… Les références pour créer votre série? « Tel film, tel roman »…et on attend les séries…
De nouveau, je fulmine dans mon coin, je peste, mais je suis résigné (même si l’envie de poser la question m’habite alors)…Mais un peu plus tard, la coupe est pleine.

Alors qu’on est en train de m’expliquer que ce qui est présenté partout comme « une série » est en réalité une mini série bouclée à la fin de la saison, qui n’aura pas de suite, la productrice « a le malheur pour elle » (car c’est ce qui déclencha ma prise du micro) de dire « on est train de réfléchir à l’idée de faire une anthologie« .
Aussitôt dit, aussitôt interpellée: « Vous dites être en train de réfléchir à la possibilité de…mais comment avez pensé votre programme au départ? Vous n’avez pas pensé votre série comme « un tout » dès le début? Parce que depuis le début, vous nous parlez de films, de cinéma, aucune influence à des séries qui pourtant ne manquent pas. Vous n’avez pas pensé votre série comme une série sur le long terme? Vous introduisez beaucoup de personnages, un univers complexe et c’est étrange de le voir s’arrêter après 6 épisodes.. »
Des regards s’échangent, visiblement ma question ne fait pas trop plaisir… Mais avec une grande franchise, on me répond et des influences de séries sortent (enfin), le mot « série » arrive enfin dans la conversation… Quoi que, peut-être n’aurait-on pas dû me répondre car une « confusion » s’installe devant une salle de journalistes qui, après coup, ne comprend pas trop pourquoi tout le monde ne dit pas la même chose dans l’équipe: une partie de l’équipe côté production nous explique que c’est une mini série bouclée, tandis que la partie créative « auteurs » nous raconte avoir inscrit leur histoire dans un univers « plus vaste » et « plus long »…. Nous n’en saurons pas plus mais cette « différence » de vision au sein d’un même programme est déroutante…
Déroutante mais reflétant bien ce qui se passe aujourd’hui.

Alors que « la série » s’installe partout, rencontrant un gros succès (en témoigne par exemple la très grande forme de la fiction sur le service public), les lieux dans lesquels elle peut faire le plus preuve d’audace sont aussi ceux où l’on a le plus l’impression de reculer, parlant de plus en plus de « films », où l’on programme des mini séries (par ailleurs excellentes, on ne parle pas ici de « qualité) en bloc, comme de long films, mettant en avant des réalisateurs (très bien) mais « oubliant » des auteurs…Un contre exemple pourtant: quand les séries sont portées par des auteurs qui connaissent et aiment les séries, qui savent ce que c’est et qui arrivent tant bien que mal à imposer leur vision, souvent quand ils sont soutenus par de bons producteurs et/ou une chaîne à l’écoute.

D’aucuns diront que je pinaille mais une série est d’abord « créée par » et ensuite « réalisée par« , avec au minimum ces deux fonctions mises « au même niveau« . Car « auteur de séries » est tout aussi noble comme métier que « réalisateur ». Un auteur de séries porte le projet du début à la fin quand le réalisateur peut être amené à changer; il est celui qui en assure la cohérence au fil des saisons.
Alors oui je pinaille mais j’ai bien l’intention de continuer à le faire, de continuer à râler quand on emploie le mot « sitcom » pour dire « série », quand on parle de « films » pour dire « épisodes », quand on néglige encore et toujours les auteurs au profit des réalisateurs (également très importants, le but n’étant pas de les opposer). Oui je continuerai à mon modeste niveau à donner de la voix lors de déjeuner quand un mot me hérisse le poil (et je pense à ce moment à un ami journaliste avec qui je partage souvent ces moments et qui partage avec moi ses énervements!!).
Parce que oui faire une série c’est vachement bien, raconter une histoire sur « x » saisons, ça demande beaucoup de talent, et parce que j’en ai marre d’avoir encore l’impression de devoir s’excuser parce que les séries existent et que ça marche, que c’est un nouvel espace qui se développe à côté du cinéma (pas contre, à côté).
Laissons les auteurs de séries travailler et remettons les partout au niveau qu’ils méritent…

  • Laurent Doucet

    Excellent édito qui démontre encore la complexité des représentations de chacun.
    Je pense que malgré l’existence de programmes de haute qualité, la « télévision » est encore considéré comme un « sous média » pour la création.

    Que cette même télévision peine encore à se donner les moyens de faire mentir cela. Mais que cela arrive enfin et qu’aujourd’hui on peut dire à la machine à café « T’as vu le dernier Malaterra ? » « T’as vu 10% hier soir ? » sans passer pour un neuneu.
    Ce qui est interessant c’est de voir la nuance entre la progression de la mentalité des spectacteurs et celles des décideurs de chaines. Les mentalités avancent de chaque côté mais pas à la même vitesse, parfois on a des surprises de l’un ou de l’autre.

    Depuis que j’écoute Season One (c’est à dire 2010) la fiction française a changé. En bien. La preuve, même ma maman regarde Castle ET Cherif ! :)