Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

« Eléonore l’intrépide » le 22 décembre sur France 3: Le retour du cape et d’épée à la télévision

« Eléonore l’intrépide » le 22 décembre sur France 3: Le retour du cape et d’épée à la télévision
Alexandre LETREN

La review

LE TELEFILM
5
LE CASTING
6.5
LE SCENARIO
5
5.5

GENTIL

Sans le charme de la comédienne principale, le téléfilm serait un peu trop fade. La faute à une histoire qui veut trop en faire en peu de temps

Après le grand retour de la saga romanesque l’an passé sur France 2 avec Rani, c’est au tour du cape et d’épée de revenir sur nos écrans pour les fêtes de fin d’année avec Elenore l’intrépide réalisée par Ivan Calbérac et qui sera diffusé le 22 décembre prochain sur France 3.

Eléonore n’a que 5 ans lorsque sa famille est sauvagement assassinée, victime d’un complot. Elle ne doit la vie sauve qu’à une méprise : on l’a prise pour la fille du forgeron, qui a été tuée à sa place. Le forgeron décide d’adopter la fillette, et accepte de lui enseigner le maniement des armes ! 1682 : Eleonore a 20 ans, un caractère bien trempé, se révoltant face à la moindre injustice. Fine lame, elle se coiffe d’un masque pour défier le pouvoir, fermement décidée à retrouver les commanditaires des assassins de sa famille : « le masque » est né. Au fil de son enquête, elle innocente Tristan de Fressange, un bagnard en fuite, qui se révèle avoir été l’amant de sa mère… Mais surtout, elle affronte le beau Renaud, chef de la garde, dont elle pourrait bien tomber éperdument amoureuse, s’il ne s’était pas juré de mettre le masque aux fers…« Démasque- moi si tu peux ! » semble-t-elle murmurer entre un baiser et un duel. En amour comme à l’épée, Eléonore excelle dans l’art de l’esquive ; mais saura-t-elle prendre le risque d’aimer ?

« Avec ce film, j’ai voulu renouer avec les grandes comédies d’aventure de cape et d’épée qui m’ont fait rêver lorsque j’étais enfant. Comme souvent dans mon travail, j’ai souhaité ici mêler le romanesque à la comédie. J’ai choisi des décors chatoyants, des bâtiments historiques, des sites naturels baignés de soleil, comme théâtre des aventures de nos protagonistes… Tout en gardant un ton de comédie omniprésent… » (Ivan Calbérac, réalisateur).
Les Etats-Unis ont une grande tradition de westerns liée à leur Histoire. Chez nous, en France, c’est le cape et d’épée qui revient souvent avec de grands auteurs tel Alexandre Dumas ou de grands films comme Le bossu ou Le Capitan (tous deux avec Jean Marais).
Il y a quelques années, on avait assité à un exemple, Lagardère avec Bruno Wolkowitch mais ce genre est assez peu présent, voir inexistant en télévision ces dernières années. Il fait donc son retour sur France 3 dans ce charmant petit téléfilm qui vous fera passer un agréable moment. Charmant mais pas exceptionnel, même si ce n’est pas faute d’essayer: une ambiance agréable, un bon casting (les amateurs de Les Revenants retrouveront Frédéric Pierrot ndlr), et des histoires sympas dans la tradition du cape et d’épée. Mais beaucoup trop de pistes sont lancées, par ailleurs intéressantes, pour qu’un sentiment d’indigestion ne finisse par survenir.
L’idée de ce personnage « Le Masque » (référence à Zorro version féminine) est plutôt agréable pour plaire à un jeune public mais il n’arrive qu’à la moitié du téléfilm et est très peu utilisé. Il finira par se « dévoiler » rapidement lors d’un face à face en fin de programme.
Quant aux combats à l’épée, on aurait gagné à plus soigner ceux de Eleonore car on peine à croire en la voyant qu’elle puisse être une fine lame capable de mettre en échecs les soldats du Roi. Et ce n’est pas le talent de la comédienne qui est en cause mais peut-être plus le temps imparti à la préparation de ces combats.

« Eléonore, l’intrépide nous a séduit, au delà du film d’époque, par le destin de notre héroïne, jeune, belle et dynamique qui va être amenée à enquêter sur son passé. L’idée maîtresse et originale des auteurs a été de garder le genre en le modernisant grâce à son personnage et ses situations de comédie tout en gardant les codes indispensables au film d’époque à savoir du romanesque et sa belle histoire d’amour. Nous rirons, sourirons et pleurerons avec notre héroïne. Telle est l’ambition de cet unitaire, avoir rendez-vous avec Eléonore car elle ne peut que toucher un large public comme elle nous a touchés en la lisant » (David Kodsi, producteur).
En revanche, la très belle révélation de ce téléfilm c’est son héroïne, Valentine Catzéflis (vue dans Nos 18 ans), superbe comédienne qui campe une héroïne forte, moderne et pleine de vie, un peu à l’image du personnage de Sophie Marceau dans La fille de D’Artagnan. Une comédienne assez juste qu’il faudra surveiller de près car je trouve qu’elle capte immédiatement l’attention de la caméra.

Eléonore l’intrépide est un programme idéal pour passer une agréable soirée en famille. Pas révolutionnaire mais agréable à regarder et qui saura ravir les enfants comme les parents.

Source: France 3/Blue Helium et K’ien Productions
Crédits Photos: Aramy Grandroques

  • van bever christine

    magnifique film , belle bande son , beaux costumes , beaux décors et belles interprétations , on aime