Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Emma Colberti: Retour aux sources avec La Nouvelle Maud

Alexandre LETREN

La review

LA SERIE
5.5
LE SCENARIO
5.5
LE CASTING
6.5
5.8

FRAIS

"Idéale pour les chaudes soirées d'été"

France 3 va profiter de l’été pour rediffuser une série lancée en 2010 sur son antenne, (La) Nouvelle Maud avec Emma Colberti. Tentative de faire se rencontrer les vieilles recettes des sagas de l’été et les codes des séries d’aujourd’hui, la série n’aura malheureusement pas connu plus de deux saisons, la seconde ayant été programmée en connaissance de cause face à The Voice, difficile de rivaliser. Nous avions pu rencontrer Emma Colberti lors du lancement de la série, elle revient avec nous sur ce personnage et, plus largement, sur ses liens avec la télévision.

La belle Maud a toujours été trop libre pour Aubeterre, son village natal. Et quand elle revient, vingt ans après avoir été l’objet d’un scandale, les rumeurs renaissent de leurs cendres. Enfuie avec le rêve de devenir danseuse, Maud est aujourd’hui stripteaseuse à Pigalle. Pas le genre de secret qui résiste longtemps à Aubeterre, doté du service de renseignements, hautement efficace, de Ghislaine Coiffure et de son réseau de clientes ! Il y a vingt ans, Maud ne tournait-elle pas déjà un peu trop autour d’ un homme marié, mort dans un mystérieux accident de chasse ? Son père, Michel, aurait-il pu être l’auteur du coup de fusil fatal ? Est-ce pour cela que le silence et la défiance se sont installés entre le père et la fille ? Si Maud revient aujourd’hui, c’est pour enterrer son petit frère, Etienne, victime d’un tragique accident de voiture. Elle ne se doute pas que son destin va basculer par la volonté posthume d’Etienne. En effet, dans son testament, son frère lui confie le café qu’il tenait sur la place du village, juste en face de Ghislaine Coiffure, et surtout ses trois enfants, déjà orphelins de mère : Ben et Lola, deux adolescents qui ont l’âge de tous les dangers, et le petit Pierrot.

LA NOUVELLE MAUD

Season One: Comment pouvez-vous nous présenter Maud?

Emma Colberti: Maud est une jeune femme de 36-37 ans qui a quitté 20 ans auparavant son village natal de Aubeterre pour monter à Paris réaliser son rêve de devenir danseuse, mais aussi pour diverses tensions avec les membres du village et avec son père suite à sa réputation de voleuse de mari. En fait, Maud a toujours été, et déjà à 17 ans, une jeune femme bien dans ses baskets, à l’aise et provocante. Si on ajoute à ça la liaison qu’elle a eue avec Bob Mercier, homme marié, à l’âge de 17 ans et qui est mort dans un accident de chasse, on comprend que les choses aient été tendues pour elle. On finira par comprendre qu’il ne s’agissait pas « seulement » d’un accident de chasse.

Season One: A Paris, Maud a trouvé aussi un nouveau métier qui ne va pas tellement apaiser les ragots à Aubeterre lors de son retour…

E.C: Au départ, elle a suivi des cours de danse classique tout ce qu’il y a de plus normal, et elle voulait en étant à Paris passer des auditions pour des compagnies de danse. Elle s’est rendu compte que le milieu était très difficile, où il faut se battre pour  réussir et comme Maud n’est pas  « un requin », elle a préféré prendre une autre « voie » et s’est retrouvé danseuse au Paradis Latin, puis à faire de la pole dance dans une boîte à Paris, le Pinky Love.

Season One: Est ce que ces chorégraphies ont été dures à jouer? On sait qu’il faut être à l’aise avec son corps et avec les chorégraphies un peu sulfureuses.

E.C: Non pas du tout. Vous savez la danse est ma seconde passion et j’en ai fait beaucoup donc ça ne m’a pas vraiment fait peur. Je n’ai pas été coaché pour ça, j’ai regardé beaucoup de vidéos de pole dance. La seule difficulté fut le temps très rapide de tournage. Je savais que l’on n’aurait pas beaucoup de temps pour les mettre au point. J’ai donc dû beaucoup travailler avec les équipes de l’image pour voir comment réussir à rendre tout cela visuellement très efficace.

Season One: Qu’est ce que vous retenez de ce tournage en compagnie de formidables comédiens comme Catherine Allegret ou Gérard Rinaldi? Ça vous a apporté beaucoup de choses?

E.C: Beaucoup. Toute l’équipe s’est tout de suite merveilleusement bien entendue, il n’y a pas eu d’ego d’acteurs mal placés. On a agit comme une troupe de théâtre, très concentrés, et avec l’envie de tous porter le projet jusqu’au bout. Il y a eu une très bonne écoute entre nous dans le travail.

Season One: Vous avez joué dans beaucoup de séries, de Nestor Burma à Jamais deux sans toi…t. Quel regard vous portez sur la fiction télé?

E.C: Je ne considère pas la télé, comme d’autres comédiens, comme un art mineur mais comme un endroit où l’on peut travailler comme comédien. Je me donne donc à fond dans tout ce que je fais, petit ou grand rôle. D’abord parce que je pense que n’importe quel rôle, même petit, peut nous apporter quelque chose. Et ensuite parce que la télé, même si c’est un endroit qui paraît mal exploité pour les séries, est un lieu où l’on peut exprimer beaucoup de choses. Je ne renie pas la télé et ce que j’y ai fait, bien au contraire. Elle me permet de faire d’autres choses qu’on ne peut pas faire autant au cinéma comme approfondir les personnages. Certes les temps de tournage sont de plus en plus courts, mais il ne faut pas être frustré en tant que comédien de n’avoir qu’une prise ou deux pour faire sa scène. Comme quand on fait des voix pour la radio, on s’exprime de manière différente mais on s’exprime et c’est très agréable.

LA NOUVELLE MAUD

(La) Nouvelle Maud est une agréable petite série, parfaite l’été. Reprenant ce qui a fait le succès des sagas de l’été, et notamment celles du service public comme le côté « fiction du terroir », la série s’appuie essentiellement sur l’aspect « qu’en dira-t-on » que l’on peut retrouver dans certains petits villages. Même si la série joue un peu trop sur certains clichés, elle reste très fraîche à regarder, notamment grâce au charme indéniable de Emma Colberti qui, au même titre que Alysson Paradis dans Q.I, ne rend jamais son personnage vulgaire, bien au contraire. Elle lui donne douceur et candeur, et en même temps force, nécessaire pour porter une telle série. Maud s’inscrit dans la ligne droite des héroïnes de sagas de la télé telles qu’on les connaît chez nous, secondée par de très jolis seconds rôles, dont le regretté Gérard Rinaldi. Idéal pour les chaudes soirées d’été. 

Crédits: France 3