Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Falco saison 3: Etre patient

Falco saison 3: Etre patient
Alexandre LETREN

J’ai déjà eu l’occasion de parler de Falco, et notamment du début de la saison 3, ayant fait parti des chanceux qui ont pu voir au Festival de la Rochelle les deux premiers épisodes baptisés « Chaos« . Cet article, plus court qu’à l’accoutumé se focalisera plus sur les personnages et les « sous-intrigues » développées par la série. Le maître mot pour les fans de la série: soyez patient!

Des personnages secondaires plus étoffés

J’avais eu l’occasion de le souligner dans le double épisode d’ouverture mais le passage à 10 épisodes permet incontestablement à la série de développer les personnages secondaires, notamment Eva et Chevalier. Leur vie personnelle est beaucoup plus étoffée et même si les arches de leurs personnages ne sont pas les plus originales, elles ont le mérite de donner du corps à ces deux personnages qui agissent désormais plus comme une équipe avec Falco. Ce développement des personnages donnent la sensation de se faire au détriment de la famille de Falco qui passe un peu plus au second plan (et je continue de penser que la jeune Marie Béraud aka la fille de Falco, n’a pas assez à défendre car les quelques moments avec son père sont très plaisants et elle est très lumineuse). Cette saison 3 ouvre aussi des portes dans le passé de Falco, notamment son enfance, des axes qui devraient être plus développés en saison 4 mais qui sont vraiment intéressants.

Falco. Ce personnage continue d’être réellement intéressant. Sagamore Stévenin le campe toujours à merveille. Il a une gueule qui imprime l’écran et à mesure que les saisons passent, il est de plus en plus à l’aise dans ce personnage torturé. Et en voyant le personnage se confronter à des situations toujours plus complexes, je trouve qu’il est presque plus un personnage d’action qu’un flic menant des enquêtes. Stévenin lui donne un style qui le rend très crédible dans les situations d’action, un peu comme un Jack Bauer, ou encore un Eddie Caplan dans Braquo (comment ne pas y penser en voyant l’épisode 6 très efficace?). Peut-être une orientation à plus creuser pour la série…

low_Falco 1

De l’art d’être patient

Soyons honnête J’étais prêt à tomber sur la série et sur le développement de son fil rouge. J’avais eu l’occasion d’en parler à la Rochelle avec Olivier Dujols après le visionnage du double épisode d’ouverture. Après les événements survenus à mi-saison 2, je trouvais que la série s’éloignait du fil rouge qu’elle avait lancé dans la saison 1. Ni le final de la saison 2, ni le début de la saison 3 ne semblaient retourner dans cette direction. Comme si on souhaitait lever le pied sur cette partie « trop feuilletonannte » pour mieux se focaliser sur les personnages. Jusqu’à l’épisode 6 de cette nouvelle saison, la série semblait me donner raison. Et franchement, ça ne m’aurait vraiment pas fait plaisir du tout. Oui mais c’était mal connaître les auteurs de la série. C’est à ce moment là que je dis à celles et ceux qui aiment Falco: soyez patient! Vous n’êtes pas baladés, les auteurs ne changent pas leur fusil d’épaule. La fin de l’épisode 6 vous montrera que tout ce qui est développé a un lien avec le fil rouge. Je n’en dirai pas plus. Restez juste attentif.
Comme en saison 1, la série distille ses éléments au milieu d’intrigues bouclées et c’est finalement plutôt malin. On reviendra bientôt sur la fin de cette saison mais je dois dire que les auteurs s’en sortent plutôt bien.

A suivre…

Crédits: TF1