Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Glee: les adieux à Cory Monteith

Glee: les adieux à Cory Monteith
Charlotte Calignac

Glee est une série truffée de défauts assez insupportables. La forme laisse à désirer avec une réalisation au mieux ban(c)ale, au pire donnant la nausée. Quant au fond… Entre personnages changeant de personnalité à chaque épisode, et morale dégoulinante à la mauvaise sauce humour, la série rend difficile de trouver une raison de revenir chaque semaine.

Ne reste alors que la musique… si on aime l’auto-tune, le lip-sync et les arrangements pop pour plaire au maximum de non-initiés.

Pour toutes ces raisons, l’épisode d’au revoir à Finn Hudson, rendant hommage à l’acteur Cory Monteith décédé cet été, pouvait susciter l’appréhension. Connaissant la propension de la série à tomber dans le mélo, il était légitime de songer que Glee allait tirer sur la corde de la tristesse et des larmes faciles. D’autant que ce n’étaient pas les moyens qui manquaient.

Surprise : l’épisode est assez émouvant de retenue. Lea Michele, compagne de Cory Monteith à la vie et à l’écran, n’apparaît qu’au bout d’une demi-heure et n’a que des scènes relativement « sobres » sans grands cris. On sent l’émotion de l’actrice évidemment, mais les scénaristes nous ont épargné les discours grandiloquents et faussement profonds. La douleur est même évoquée de façon parfois subtile, ne serait-ce qu’en montrant certains personnages qui refusent de chanter en chorale par exemple. Et l’on ne passe pas l’épisode entier à pleurer, certaines blagues présentées sous forme de regret viennent alléger l’épisode.

Certes, plusieurs acteurs ne savent toujours pas interpréter correctement la moindre émotion, mais de manière générale, l’épisode évite le pire. La série ne dit pas comment meurt Finn, probablement pour ne pas relancer la polémique de cet été. Les scénaristes le justifient de manière relativement convaincante, utilisant Kurt pour dire que lorsqu’on aime quelqu’un, la façon dont il meurt importe peu, c’est la façon dont il a vécu sa vie qui compte. Soit. Pourquoi pas. Difficile de dire si ça peut s’appliquer à toutes les situations, mais sur le fond ce n’est pas faux : il n’est pas nécessaire de savoir comment Finn Hudson disparaît. Les réactions de son entourage, et les conséquences que ce décès provoque sont plus intéressants d’un point de vue de la narration.

The Quaterback était donc un épisode d’au revoir émouvant et plutôt réussi dans le genre — même si loin d’être le meilleur.

On peut de nouveau oublier cette série.

Crédits: FOX