Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

6 Commentaires

Hero Corp: Quand des fans sauvent leur série

Alexandre LETREN

Moment de grande émotion en ce 3ème jour à Comic Con Paris 2013. Après avoir vu Simon Astier se donner corps et âmes pour donner une suite à sa série  Hero Corp, nous avons aujourd’hui assisté concrètement à sa résurrection effective. Et pas en petit comité. Près de 12 000 personnes (12000!!!) sont venues voir Simon Astier et sa « tribu » montrer aux fans que leur détermination a été payante. Entre deux shows de l’incontrôlable mais tellement bon Arnaud Tsamère, Simon Astier a dévoilé le dispositif de cette saison 3 qui devrait être diffusée à l’automne prochain sur France 4.
Mais avant d’évoquer ce dispositif annoncé pour le lancement de la saison 3  de Hero Corp, nous avons pu rencontrer Simon Astier lors de Comic Con Paris. Une interview en toute sincérité!!

Simon Astier 1

Season One: Simon, on y est. Vous pouvez enfin parler de cette saison 3. Après autant d’émotion sur la scène de Comic Con, comment ça va là tout de suite?

Simon Astier: Je suis dans les choux là. C’est très fort ce que l’on a vécu là ici à Comic Con. C’est une chance incroyable que l’on a de pouvoir faire cette nouvelle saison. C’était inespéré. Tout est allé tellement vite pour la production, l’écriture! On a vraiment dû foncer. Et j’ai dû gérer tout ça avec un état d’esprit particulier car j’ai eu du mal à être content car j’avais connu tellement de chaud-froid que j’avais peur que l’on me retire ce que j’étais en train de recommencer à faire. Ce n’est aujourd’hui que l’on profite vraiment. Ce matin, avant de monter sur scène à Comic Con, on était tous fébriles. J’étais pour ma part tremblant, j’avais peur que la salle ne se remplisse pas. En fait c’était une peur saine que j’avais. Comme l’histoire que l’on vit avec les fans est très forte, je craignais de m’écrouler.
Quand vous avez 12 000 personnes qui arrivent avec autant d’amour pour ce que vous faites, on se dit que l’on fait un beau métier même s’il peut aussi être très dur. On passe son temps à essayer de faire sa place et de prouver que l’on est compétent à des gens qui la plupart du temps s’en moquent complètement.

HC COMIC CON

Season One: Comment expliquez-vous que France 4 ait été là pour concrétiser enfin quelque chose que vous tentiez vous de faire depuis un moment?

S.A: France 4 s’est rendue compte que quelque chose se passait quand ils ont fait des rediffusions de la série et qu’elle faisait de très bons scores (400 000 téléspectateurs environ). C’est par accident qu’ils s’en sont rendu compte parce qu’il ne s’agissait pas d’une série originale pour eux (France 4 avait la seconde fenêtre de diffusion après Comédie ndlr). Pour qu’il la relance en étant unique diffuseur, c’est vraiment qu’ils croient en ce projet. Et on travaille dans des conditions incroyables, on est en totale confiance. Avec ce diffuseur, je parle de scénario et de plein de choses concrètes sur la série. Ils ne sont pas en train de me dire qu’il faut que j’arrête de faire des choses segmentantes par exemple.

Season One: Et autre preuve de cette confiance: malgré un sujet qui peut paraître segmentant, la chaîne vous offre un créneau stratégique autour de 20h…

S.A: Au delà du fait que j’espère que cela va marcher car c’est la seule condition pour qu’il y ait une saison 4, je pense que cette case, si casse gueule soit-elle, elle est jolie. Mais c’est vrai qu’elle est casse-gueule car on se retrouve en face de marques confirmées comme Scènes de ménage ou Plus belle la vie. En même temps, que France 4 nous programme en face de toutes ces marques là, je trouve ça couillu.

Season One: Le tout en lui offrant un mode de diffusion qui l’a rapproche de sa forme de comics, et une forme très sérialisante, découpée en petits épisodes à suivre…

S.A: Vous avez tout à fait raison. Je n’avais pas vu ça comme ça mais maintenant que vous le dites, c’est tout à fait ça. Mais au final, nous ne sommes pas sur un programme court mais on est vraiment sur une série. En 7 minutes, on raconte une histoire avec un cliffhanger à la fin et nous ne sommes pas en train de faire du sketches. Effectivement, c’est comme du comics. En même temps, je compte aussi beaucoup sur la diffusion en 1 bloc le weekend car je pense qu’elle va marcher plus. Si on ajoute le fait que maintenant on observe un peu plus les replays, ça donne une bonne perspective. Car c’est bien de pouvoir comptabiliser ces gens qui ne sont pas obligatoirement là un moment donné devant leur télé à une heure précise mais qui, en revanche, sont présents et actifs derrière.

Season One: Peut-on un peu revenir sur ce découpage particulier des épisodes?

S.A: Dans chaque épisode, il y aura toujours un petit enjeu principal auquel s’ajoute les enjeux que l’on aura évoqués la veille ou la semaine précédente et ceux que l’on prépare pour les épisodes à venir. Et bien entendu, on boucle cette intrigue en fin d’épisode mais elle déboule alors sur une autre intrigue. Mais j’ai aussi, à l’écriture, travaillé sur « le bloc semaine ». Chaque semaine verra une grosse étape de la narration de l’histoire de la saison. Il y a 7 semaines qui correspondent chacune à 7 points de structure de l’histoire. Vous verrez le rythme est très soutenu dans l’histoire, il n’y a pas de temps mort, tout va très vite. On a beaucoup appris depuis le début de cette aventure. On a progressé, appris de nos erreurs et je pense que cela se ressent dans notre travail. On a encore essayé de monter les curseurs en intensité. Quand je vois le résultat, je suis très content de que l’on a accomplit. Et dans une époque où l’on consomme tout très vite, je me dis que le format 7 minutes est idéal.

Season One: On peut ajouter à ça une très grande quantité de personnages à gérer…(beaucoup de nouveaux et notamment des femmes ndlr). Hero Corp est une vraie série chorale…

Herocorp-007

S.A: C’est vrai mais il y aura aussi différents niveaux d’implication des personnages. Certains seront là pour s’installer durablement, d’autres pour révéler certains aspects de l’intrigue. Mais ce qui est certain c’est que chaque personnage aura son utilité dans l’histoire. C’est un sacré travail mais c’est tellement agréable.

Season One: Cette saison pourra compter bien entendu sur l’explosion de Arnaud Tsamère ou Alban Lenoir (Lazy Company). Mais il y a une vraie équipe autour de vous. Un peu comme une famille.

S.A: Oui c’est tout à fait ça. Même si je remplacerais bien le mot « famille » qui fait un peu trop « fermé » par le mot « tribu ». Et honnêtement, vu le salaire que je leur donne, je suis sûr qu’ils sont là par amitié et par sincérité. Le peu d’argent que l’on a, on le met à l’image. Mais on arrive à une limite car on est montés encore un peu plus en ambition et si on veut une suite, je pense sincèrement qu’il faudra un peu plus de moyens pour monter encore un peu plus. Mais je n’ai pas de mot assez fort pour dire à quel point travailler avec cette équipe est un pur bonheur.

Season One: Il y aussi une nouvelle dimension qui est la partie interactive, transmédia.

S.A: On a cherché à faire quelque chose de plus pour notre public en leur offrant quelque chose qui là, pour le coup, est très segmentant. Il y a beaucoup de références pour celui qui connaît l’univers mais surtout, c’est important de dire que c’est quelque chose que l’on souhaitait faire depuis longtemps mais nous n’avions pas les moyens de le faire dans les chaînes. En ça France 4 est très novateur. Je défends d’ailleurs beaucoup cette chaîne car elle n’a jamais cédé à la télé poubelle, la télé-réalité et elle n’a jamais le pantalon baissé pour faire de l’audience. Il faut que cette chaîne reste car sinon, on aura la même chose que sur d’autres chaînes et nous n’aurons plus la possibilité de faire nos séries. C’est une des seules chaînes de la TNT qui n’essaye pas de faire une version light du hertzien et qui fait un vrai travail de laboratoire. Je suis très fier d’être chez eux. C’est la meilleure chaîne pour nous.

hero corp

Cette saison 3 sera composée de 35 épisodes de 7 minutes diffusés quotidiennement autour de 20h. Chaque épisode sera doté d’un cliffhanger pour patienter jusqu’à l’épisode du lendemain et un cliffhanger plus important viendra achever le dernier épisode de la semaine.
Mais ce n’est pas tout puisque, même si la saison 3 se déroulera dans la continuité du final de la saison 2, un dispositif particulier verra tout de même le jour pour faire le pont entre les deux saisons.

HC3_Android_Menu

Rendez-vous dès maintenant sur Hero-corp.com pour télécharger cette application. Le code 12804 vous permet également de débloquer le teaser de la saison 3.

Dès septembre, une websérie interactive verra le jour, accompagnée d’une application qui permettra aux téléspectateurs d’aider Klaus à retrouver toute une série d’objets mais aussi les survivants au naufrage survenu en fin de saison 2. A l’issue de cette opération qui devrait durer de 5 à 7 semaines, vous découvrirez un épisode supplémentaire qui lancera la saison 3…un 36ème épisode en somme.
Mais ce n’est pas tout puisque la diffusion de la série sera aussi interactive avec une énigme à déchiffrer qui vous donnera accès, en cas de succès, à un scène au-delà du cliffhanger de fin de saison 3.

Merci aux équipes de 8 Art City pour l’organisation de cet événement incroyable
Merci à nos deux attachées de presse Sarah Marcadé et Sabrina Gaudou pour leur excellent accueil et gestion de nos interviews.

comic con