Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

In America: 3 questions à Vincent Primault

In America: 3 questions à Vincent Primault
Alexandre LETREN

Ce n’est pas un mystère si vous nous suivez, on fut parmi les premiers à vous en parler, la série In America vient de débuter sur OCS City. Co créateur de la série et acteur principal avec son comparse Hedi Tillette de Clermont-Tonnerre, Vincent Primault a accepté de répondre pour nous à 3 questions sur sa série.

Retrouvez In America: On the road again (Critique de la saison 1)

vincent-primault

Season One: Comment est née In America et est-ce que ce fut long à mettre en place?

Vincent Primault: In America est née de l’envie de raconter une histoire à travers deux hommes que tout oppose. De les mettre dans un univers qui va leur faire changer leur vision sur l’autre, mais aussi sur le monde qui les entoure. Les Etats-Unis était aussi une terre de jeu que j’avais envie de connaître. J’ai toujours été impressionné par les séries américaines, le jeu des acteurs, c’étaient un rêve de nous frotter à des gens qui ont énormément d’enthousiasme ! Et d’envie !
Oui ce fut long à mettre en place tout d’abord parce que beaucoup de producteurs m’ont dit que cela n’était pas possible avec le budget qu’on avait. Stéphane Drouet et Mathieu Viala, associés à Noor Sadar ont eu les « corones » et peut être surement beaucoup de folie pour nous dire « banco ». Après tout s’est enchaîné mais nous avons réécrit beaucoup pour nous adapter a la préparation de tournage et aux conditions là-bas !

Season One: Comment gère-t-on les deux casquettes: auteur et comédien de la série?

V.P: On gère pas trop mal puisqu’on écrit pour soi. C ‘est agréable de s’écrire un rôle qui va évoluer sur dix épisodes. Et je crois que le réalisateur était assez content de nous avoir sur le plateau, car la série nous l’avions dans la tête et dans les jambes et vues les conditions de tournage je pense que cela aurait été difficile si il n’y avait pas entre Hédi et moi un lien fort dans le travail qui vraiment nous a sauvé dans les moments chauds. C’est aussi agréable d’écrire pour les autres et de jouer avec eux car on voit très vite ce qui marche ou ne marche pas. On peut proposer, être à l’écoute…Et changer certains trucs quand on sent que cela bloque. Je trouve d’ailleurs très intéressant que les scénaristes depuis quelques temps viennent sur les tournages pour aider, comprendre, et essayer d’améliorer certaines scènes. Parler aux acteurs ! Aux réalisateurs ! Car trop souvent la fabrication de l’histoire est coupée de son essence à savoir l’auteur.

Season One: Comment tu décrirais ton personnage?

V.P: Mon personnage est un homme un peu au bout de tout. De sa vie professionnelle qui décline. De sa vie de couple qui sombre. C’est un héros fatigué, qui subit, qui s’enfonce. Il n’attend qu’une chose : toucher le fond pour pouvoir remonter. Il doit sauver sa boite, c’est son moteur, mais il est accompagné d’un beau-frère assez particulier qui va le pousser au déclin malgré lui. Mais c ‘est un peu ce qu’il cherche au fond de lui, sombrer. Car cette vie ne lui va plus. Il semble habité par un profond ennui de tout… Il faut que cela change ! C ‘est l’archétype du mec qui a bossé toute sa vie et qui en se retournant un jour se rend compte qu’il n’a pas été au bout de ses rêves…

Crédits: Making Prod