Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Intime Conviction: Le passionnant projet bimédia de Arte

Intime Conviction: Le passionnant projet bimédia de Arte
Alexandre LETREN

Ce soir, à 20h45, Arte vous propose d’embarquer dans le téléfilm Intime Conviction, un polar qui oppose Philippe Torreton et Camille Japy. Mais au délà de ce téléfilm somme toute assez banal, il y a un projet plus vaste beaucoup plus intéressant.

La femme du médecin légiste Paul Villers (Philippe Torreton) est retrouvée morte dans la salle de jeux de ses enfants, il s’agirait apparemment d’un suicide. mais l’enquête menée par Judith Lebrun (Camille Japy), capitaine de la PJ de Bayonne, conduit à la mise en examen du principal suspect.

A l’issu de ce téléfilm, une personne sera mise en examen pour le meurtre de la femme de Paul Villers. Et c’est à ce moment là que le projet devient intéressant. Car le procès est d’ores et déjà disponible sur le web, depuis lundi 10 (ainsi que le téléfilm en avant première). Entre le 10 février et le 2 mars prochain, date du verdict, les internautes assisteront chaque jour à une audition, pourront sur le site intimeconviction.arte.tv avoir accès à des éléments du dossier, partager leurs doutes avec les autres internautes et se forger leur intime conviction.

Mais la construction même du procès est vraiment originale. Le projet Intime Conviction est construit les mêmes personnes qui avait fait le formidable documentaire Soupçons il y a quelques années maintenant. Denis Poncet sait donc très bien comment produire ce type de fiction, à la limite du documentaire dans sa partie judiciaire.
Réalisée par Rémy Burkel, Intime Conviction « Le procès » immerge les personnels du téléfilm « dans le réel ». Ainsi, les jurés ont été recrutés en amont sans voir le téléfilm, les magistrats impliqués dans le procès sont de vrais magistrats, et les comédiens ont été plongés durant une semaine dans les conditions d’un procès, devant improviser leurs répliques et se fondre plus que jamais dans leur personnage. A la toute fin, le jury délibère vraiment, ouvrant pour la première fois les portes de la salle de délibération à une caméra, et le verdict n’est écrit dans aucun scénario. Comme dans certains spectacles de Robert Hossein, c’est ce jury qui va déterminer si l’accusé(e) est ou pas coupable.

Un projet donc passionnant qui justifie pleinement l’aspect bimédia. Vous pouvez très bien regarder uniquement le téléfilm, très banal comme je l’ai dit, et vous perdriez alors tout l’intérêt de Intime Conviction.

Crédits: Arte/ Maha Production