Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

10 Commentaires

Invitation au voyage…dans le générique de Lazy Company

Invitation au voyage…dans le générique de Lazy Company
Alexandre LETREN

Si l’on se réfère à la définition communément admise, le générique d’une série télé est tout simplement la partie où l’on indique le titre, les noms des acteurs et des divers collaborateurs. Bref, un simple objet technique destiné à aligner une série de noms et pourtant… Pourtant ils sont bien plus que ça, particulièrement dans les séries télés dont ils font sans aucun doute partie intégrante. Ils sont la “page de présentation de la série”, une sorte de concentré de celle-ci et de son ambiance. Mais ils sont aussi bien souvent des objets d’art et parfois même des objets cultes pour les fans. Avoir en France un générique de série aussi soigné que chez nos voisins britanniques ou américains est très rare. Mais les choses évoluent, changent et le générique de Lazy Company en est une parfaite illustration. Rencontre avec deux des artisans de cette réussite « made in France » (en voilà un à qui ça devrait faire plaisir!!!!).

Pour identifier un générique et ainsi se le graver en mémoire, il y a bien sûr les images qu’il montre de la série, nous permettant de mieux savoir ce que l’on va voir dans la série. Comme un rappel, semaine après semaine de ce qu’elle est.
Mais le premier élément qui se grave dans notre tête c’est sa musique. On peut avoir oublié une série et s’en souvenir comme par enchantement des années plus tard rien qu’en entendant les quelques notes de musique qui la compose. Peu de séries peuvent se vanter en France d’y être parvenues. Lazy Company en fait parti. En seulement quelques notes, la musique de la série résonne dans notre tête. Cette musique, on l’a doit à un jeune compositeur talentueux, Jean Sébastien VERMALLE aka JANSKI Beeeats que nous avons rencontré et qui nous raconte comment il a composé la musique et ce qu’il a voulu dire sur la série.

J.S.V: Samuel Bodin (le réalisateur de la série ndlr) voulait pour le générique quelque chose de très identifié et qui ressemblerait beaucoup à Ennio Morricone. A la demande de Sam, j’ai d’abord fait un essai, sans me donner trop d’informations si ce n’est qu’il s’agissait d’une série comique se passant au moment du Débarquement. Mon premier essai de générique était proche de celui de Thierry La Fronde que Sam a bien aimé. Mon second essai était en revanche plus classique, teinté de violons. Il m’a dit qu’il faudrait quelque chose qui serait un peu un mix des deux, très Ennio Morricone dans l’esprit. J’ai alors fait une plage audio d’environ 6 minutes avec différentes variations: des montées, des descentes, des moments de suspense,…et un passage plus speed où je reprends le thème musical principal et c’est ce passage là du morceau qu’ils ont retenu pour en faire la musique du générique.

Comme Christophe La Pinta sur la musique de la série Les hommes de l’ombre, le générique de Lazy Company est en fait un petit passage d’un morceau plus important que les auteurs de la série ont extrait pour en faire le générique de Lazy Company. Pour avoir écouté ce morceau en intégralité, on y retrouve, en plus du générique, tous les thèmes forts de la série qui sont autant de variantes de cette musique maintenant bien connue. Et le hasard fait bien les choses, la partie que Samuel et Alexandre ont choisie pour en faire le générique, correspond à celle que Jean-Sébastien avait imaginé lui aussi.

J.S.V: La première partie du générique s’inspire un peu des grands mouvements de cavaleries dans les westerns, des grandes chevauchées. Il y a un film que j’ai toujours adoré qui est Mon nom est personne.

mon-nom-est-personne

Dans ce film, il y a un thème particulier qui s’appelle The wild horde avec cette masse de bandits (environ 150) qui arrive. J’ai toujours été un grand fan de ces ambiances et des westerns spaghettis. En musique, je suis un autodidacte et l’apprentissage de la musique pour moi est passé par ces choses que l’on chante et qu’on retient facilement. C’était donc très important pour moi que le générique s’inscrive à la fois dans cet héritage qui m’a bercé et en même temps, qu’il s’agisse de quelque chose qui s’inscrit très vite dans nos mémoires.
On a donc la première partie du générique qui correspond un peu à cette cavalerie qui approche. Pour la seconde partie, on a ces chants en fond qui donne un côté un peu naïf qui correspondait bien aux héros de la série, les bras cassés que l’on connaît. Et en même temps, on a les trompettes qui symbolisent les fanfares de l’armée et donc le côté plus héroïque des personnages. Il y a un peu dans cette musique des influences de la musique du film Le bon, la brute et le truand.

bon brute

Mais l’essentiel de mon inspiration vient encore une fois de The wild horde. A un moment, on en entend en fond comme des cris d’indiens couplés avec un instrument de musique et je m’en suis servi pour créer cette partie du générique.

Jean-Sébastien s’est donc fortement inspiré de ces deux grandes bandes originales de films pour créer le générique de Lazy Company. A la fois donc The wild horde de Mon nom est personne et le mythique thème de Le bon, la brute et le truand avec au milieu, une montée de cuivre qui donne le frisson et dont on sent la présence en forme d’hommage dans le générique de Lazy Company.

Maintenant que l’on en sait plus sur ce que nous dit le thème et d’où proviennent ces inspirations que l’on sent à chaque note, intéressons nous aux images, le seconde facette d’un générique, toute aussi importante pour ce qu’elle dit de la série. Pour cela, nous avons rencontré Grégory Tschanturia, Producteur associé chez Six Pieds sur Terre (qui produit aussi la série), et qui a aussi élaboré le générique très particulier de la série.

G.T: Le générique a découlé de tout notre travail avec les auteurs sur l’habillage de la série au moment des pilotes (que l’on voit sur le DVD de la saison 1). Pour le générique, les premières idées que l’on a eu lorgnaient plus du côté d’un esprit BD qui collait bien avec la série. Mais ça ne plaisait pas trop à Samuel Bodin et Alexandre Philip qui voulaient quelque chose d’un peu plus grave, un peu plus proche de la patte Sergio Leone (on y revient ndlr) que l’on retrouve dans la série. Et dans le générique de Lazy Company, il y a un peu du générique de Le bon la brute et le truand avec des tâches qui arrivent, des coups de pinceaux un peu partout, et on fait apparaître les titres et les mentions comme ça.

Sur Lazy Company, on n’a pas un gros budget, pas de possibilités d’avoir beaucoup de grands angles quand on filme, de grands décors,…On devait donc faire passer à l’image beaucoup de choses: Lazy Company est une série française sur la guerre avec des héros américains joués par Français. Il fallait donc que le générique raconte ça. Il devait aussi présenter le cadre- on est dans l’armée donc on les voit sauter en parachute, c’est le Débarquement,…Cela sert un peu d’introduction à la série. Il fallait aussi mettre en avant la menace, l’ennemi allemand en montrant ce logo nazi qui se répond comme une tâche encore sur la carte de l’Europe qu’il viendrait brûler.
A la base, on avait penser à une sorte de médaillon planté sur l’Allemagne avec Hitler dedans mais on l’a abandonné car ça ressemblait trop à Astérix.

generique_LAZY (1)

Derrière, on la présentation des personnages qui se fait de manière un peu épique. Cela donne une consistance aux personnages avec ce regard un peu ténébreux qui tranchera avec ce que l’on va montrer d’eux par la suite dans la série.

generique_LAZY1 (1)

 

On a donc les héros de la série et ensuite, tous les personnage qui gravitent autour d’eux, seconds rôles très importants. Mais avec cette partie très axée sur les personnages, on renforce l’idée que Lazy Company est un peu comme une pièce de théâtre: pas beaucoup de décors mais des personnages hyper importants.

On sent une vraie harmonie entre musique et images dans ce générique. La première partie de la musique, très cavalerie, correspond aux images qui présentent la situation de la série, tandis que la seconde partie, très héroïque dans la bande son correspond aussi à la présentation en images de manière héroïque des personnages. Ainsi le générique de Lazy Company, sans rendre compte réellement de ce qu’est le ton de la série, distille tout de même ici et là, par la musique, des petites pistes laissant à penser qu’il ne s’agit pas uniquement d’une série sur la guerre.
Mais en étant aussi stylisé, il nous donne aussi des indications sur le fait que la série va beaucoup jouer sur l’image, sur les références (Lazy Company est une vraie série « méta ») et avoir recours à de vraies trouvailles visuelles comme scénaristiques. A l’image de la série qui est unique, ce générique est aussi un vrai petit bijou en son genre et s’inscrit vraiment dans une longue tradition de génériques réussis et qui existent indépendamment de la série comme un objet à part entière.

Crédits: OCS/ Six Pieds sur Terre/ Empreinte Digitale
Retrouvez Lazy Company: La série qui retourne le Débarquement
Retrouvez Lazy Company: Un grand 8 d’émotions

  • DeLorean

    Cet article tombe bien car je cherche depuis Décembre dernier le MP3 de l’opening, je l’ai jamais trouvé sur Amazon, alors où pourrait-on l’acheter ?

    • http://twitter.com/alexandreletren Alexandre LETREN

      Il n’existe pas à la vente

      • DeLorean

        C’est dommage, merci pour la réponse

  • Olympia-Medou

    Très bon article ! merci Alexandre.
    C’est très intéressant en effet de voir comment ce générique qui reste tant en tête a pris forme en musique et image. Bravo à Jean Sébastien Vermalle et Grégory Tschanturia. Musique sublime, images magnifiques ! bref un très beau générique

  • Sophie-T

    Très bon article Alexandre et merci.
    Je trouve géniale l’idée de reprendre des thèmes musicaux de ce type pour un générique de série française. La première fois que je l’ai entendu, j’ai de suite reconnu les références. Un Grand Bravo pour cette musique à Jean Sébastien Vermalle.
    La présentation épique des personnages donnent le ton de la série (même si on sait qu’on a à faire à 4 guignols hein !). Les images sont magnifiques !
    Un générique à part entière qui donne envie de voir cette magnifique série !

  • Laetitia

    Merci pour l’article Alexandre !!!! On apprend plein de choses et je ne me lasse pas de ce générique, avec toutes ces méga-bonnes références !!! Comme le dit si bien Olympia : bravo Jean Sébastien Vermalle et Grégory Tschanturia !!!!

  • Cécile

    Merci pour ce bel article !
    Très bon décryptage d’un générique que j’aime beaucoup, pour plusieurs raisons dont beaucoup sont développées plus haut :
    – parce qu’il est reconnaissable aux toutes premières notes
    – parce que les images sont magnifiques
    – parce qu’il présente terriblement bien la série, que ce soit ses enjeux avec la carte d’Europe qui brule, ou ses personnages, avec par exemple Slice en treillis mais avec les fleurs en fond.
    – parce que le côté Western/Ennio Morricone, ça le fait grave !
    Et j’en passe …

  • Pingback: La bande originale de Lazy Company enfin disponible | Season One()

  • http://geekroniques.fr Mat

    J’espère que l’on pourra se procurer un jour ces musiques dans le commerce!! Même un album MP3 m’irait très bien!!

  • Pingback: Lazy Company: Un final en apothéose | Season One()