Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Invitation au voyage…dans les génériques de Fringe

Invitation au voyage…dans les génériques de Fringe
Marine Di Meglio

Si l’on se réfère à la définition communément admise, le générique d’une série télé est tout simplement la partie où l’on indique le titre, les noms des acteurs et des divers collaborateurs. Bref, un simple objet technique destiné à aligner une série de noms et pourtant… Pourtant ils sont bien plus que ça, particulièrement dans les séries télés dont ils font sans aucun doute partie intégrante. Ils sont la “page de présentation de la série”, une sorte de concentré de celle-ci et de son ambiance. Mais ils sont aussi bien souvent des objets d’art et parfois même des objets cultes pour les fans. La série dont on parle est certes finie mais a marqué les fans de SF: il s’agit de Fringe.

Dans la famille des séries à énigmes de JJ Abrams je demande la série scientifico-policière, Fringe. Plus intime que d’autres séries de ce créateur comme Lost ou Alias, Fringe n’est pas moins tortueuse que ses deux grandes sœurs, au contraire. Et bien entendu son générique a sa part de mystères et d’indices cachés.

Mais tout d’abord revenons à la série elle-même. Fringe suit l’agent spécial du FBI Olivia Dunham qui, avec le professeur Walter  Bishop, un scientifique brillant mais fou  et son fils touche-à-tout Peter, travaille pour une branche fictive de l’agence, la section « Fringe », qui enquête sur des événements mystérieux touchant à certains aspects des « fringe sciences» ou sciences marginales dans lesquelles Walter est spécialisé. Des enquêtes qui les amène à se rendre compte que tout cela n’est qu’une infime partie d’une vérité qu’on nous cache. Comme dans X-Files, “la vérité est ailleurs”.

C’est le web designer Andrew Kramer qui est derrière le générique de Fringe qu’il a créé sur une musique de JJ Abrams himself. Ce cofondateur de Video Copilot, site réputé de didacticiels d’effets spéciaux, collabore régulièrement avec JJ Abrams pour la télévision ou le cinéma. Le générique de Fringe qu’il a réalisé, a entièrement été crée avec After Effect, le logiciel bien connu d’effets spéciaux. La particularité de ce générique est de changer au fur et à mesure de la série, il diffère non seulement à chaque saison mais se transforme également lors d’épisodes spécifiques ou lorsque l’univers de la série n’est pas le même. Quand Fringe a débuté, son générique, malgré les indices qu’il contenait, n’était qu’un simple générique. Au fil des saisons et de ses changements, il est devenu un repère pour le spectateur. En fonction de sa couleur et des mots qu’il comporte, le spectateur peut deviner dans quel univers l’épisode que l’on va regarder se déroulera et de quelle saison il fait partie.

fringe_s1

Le premier générique est celui expérimental du pilote. De couleur jaune, il diffère des autres versions même si on y retrouve l’essence des génériques de Fringe, les différents mots dérivés des sciences marginales, la police d’écriture, les éléments ronds figurant des gouttes d’eau ou des particules et surtout la musique de JJ Abrams sont déjà là. Néanmoins il manque plusieurs éléments, dont les glyphes. On y trouve aussi un effet de défilement de pellicule cinématographique absent dans les autres versions. Les mots qui s’y trouvent sont : science, psychokinésie, métamorphose, téléportation, intelligence artificielle, précognition, matière noire, nanotechnologie, cybernétique, animation suspendue. Ce générique marque bien le fait que cet épisode est bien différent du reste de la saison, il donne une base à la série avant qu’elle ne commence vraiment, tel un prequel.

Le “vrai” générique de la saison 1 est celui qui sert de base aux autres génériques.  De couleur bleue, il reprend le concept du générique du pilote avec les mêmes mots en rapport avec la série tourbillonnant à l’écran ainsi que le thème musical original mais plusieurs changements ont été faits. Tout d’abord la police d’écriture définitive de Fringe est utilisée, l’effet de “reconstitution” du titre également, les gouttes d’eau ou particules gagnent un effet 3D, des fibres sont ajoutées au décor et un mouvement arrière qui nous entraîne vers les mots suivants a été rajouté. Mais surtout les glyphes sont apparus.

Ces fameux glyphes sont tout d’abord des pauses entrecoupant les épisodes. Une manière d’entretenir le mystère de la série inventée par les créatifs de la chaîne FOX. Il y avait même un site spécifique crée par la chaine, ImagineTheImpossibilities, consacré à ces glyphes afin de promouvoir la série. Chaque lettre de l’alphabet correspond donc à un symbole et si au départ, tout le monde se lance sur la fausse piste d’une variation de braille, un fan a fini par trouver la solution de l’énigme en utilisant la méthode de cryptographie du chiffrement de César. Ainsi à chaque épisode il y a un mot mystère donnant un indice sur la série. Différentes formules mathématiques se retrouvent aussi dans les glyphes que ce soit le nombre d’or ou encore la suite de Fibonacci. On retrouve également les glyphes dans le générique de la série tels le papillon, la marguerite ou la main à six doigts.

Le générique de la saison 2 est également bleu, seulement les mots diffèrent de celui du premier: hypnose, pyrokinésie, perception extra-sensorielle, neuroscience, clairvoyance, conscience collective, cryonie, univers parallèles, projection astrale, protoscience, mutation, génie génétique. Néanmoins pour le 16ème épisode de cette saison, “L’histoire de Peter”, qui se déroule en 1985, l’infographiste s’est inspiré des jeux vidéos Atari pour donner au générique un look rétro afin d’être raccord avec la période (l’épisode  15 de la saison 3 “Sujet 13” a également ce générique). Et dans le dernier épisode de la saison “De l’autre côté”, le générique devient rouge pour la première fois alors qu’on passe dans l’autre univers

Dans la 3ème saison, le générique alterne entre le bleu et le rouge selon l’univers dans lequel on se trouve. Et lorsque l’épisode se passe dans les deux univers, le générique se panache, alternant entre bleu et rouge. Quand aux mots de cette saison ils sont: informatique individuelle, fusion froide, clonage, profil ADN, nanotechnologie, invisibilité, génie génétique, chirurgie laser, furtivité, fertilisation in vitro, réalité virtuelle. Le dernier épisode de la saison “Le jour de notre mort” qui se passe dans un futur alternatif a un générique en noir et blanc s’adaptant à ce monde qui s’effondre.

Quand à la quatrième saison, le générique y arbore une teinte ambrée suite à la nouvelle direction que prend la série. A l’occasion du 19ème épisode de cette saison “Armée secrète” qui se passe en 2036, le générique, s’il garde le même principe de base et la même musique, intègre de nouveaux éléments iconographiques bien distincts. On part de l’intérieur d’un cerveau et de ses cellules puis on sort pour voir l’arrière de la tête de cet homme qui se trouve au milieu d’une foule, une foule elle-même entourée de murs de prison. Il comporte des mots eux-aussi emprisonnés: communauté, joie, individualité, éducation, imagination, pensée secrète, libre arbitre, propriété, jugement, liberté. Le générique place donc le cadre de ce futur et ce n’est pas très joyeux. Ce sera également le générique de la cinquième saison celle-ci se passant également en 2036.

Pour conclure, ce générique est une parfaite porte d’entrée sur la série, intrigante à souhait. Il pose parfaitement l’atmosphère mystérieuse de cette série. Mais il en profite également pour faire se remuer les méninges des fans et leur servir de repère pour deviner dans quel univers se passe l’épisode et dans quelle saison il se trouve. Bref, ce générique rempli son contrat et plus encore.