Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

4 Commentaires

Le grand retour de « Les mystérieuses cités d’or » les 9 et 12 décembre sur TF1

Alexandre LETREN

La review

LA SERIE
7
LE SCENARIO
6.5
RESPECT DE L'ANCIENNE VERSION
5.5
6.3

SURPRISE

On était tellement en droit d'avoir peur. Finalement une jolie surprise Carton rouge pour le changement de voix

« Proposer sur TFOU la suite des Mystérieuses cités d’or correspond à notre volonté sans cesse renouvelée d’imaginer et d’offrir des histoires inédites et captivantes pour notre public des 4-10 ans, de les guider dans d’incroyables aventures jusqu’à la découverte des prochaines cités… »
(Yann Labasque, Directeur des programmes jeunesses de TF1)

C’est peu de dire que Les mystérieuses cités d’or est un dessin animé culte. Parfaite illustration de la génération Récré A2, ce dessin animé a non seulement bercé tout une génération d’enfants (tout en continuant de rencontrer un vif succès au fil des rediffusions) mais a su aussi montré d’indéniables qualités scénaristiques. En clair: Les mystérieuses cités d’or est un superbe dessin animé intelligent.

Il y a plus de dix mille ans, prévoyant le cataclysme qui allait s’abattre sur eux, l’Empereur de Mu fit construire sept cités aux quatre coins du globe. Son but : sauvegarder la mémoire des deux cultures des peuples de Mu et de l’Atlantide et témoigner de l’état de leurs connaissances et de leur savoir en préservant les secrets de leurs plus grandes découvertes scientifiques. Ces cités d’or ne pourraient être découvertes et accessible qu’à deux enfants dignes de cet héritage hors commune mesure : des « Elus » porteurs des médaillons du Soleil… Dans la première saison, cette grande série d’aventure raconte le voyage extraordinaire de trois enfants, Esteban, Zia (les deux enfants élus) et Tao (descendant du peuple Mu), dans l’Amérique latine du 16e siècle. Leur périple se termine par la découverte de l’une des sept Cités d’Or légendaires.

La fin de la première série voyait les enfants s’envoler vers de nouvelles aventures en Asie, si les auteurs avaient pu à l’époque écrire la suite.
C’est donc peu de dire que la suite de ce dessin animé est attendue avec impatience (et frilosité il faut bien le dire) par toute une génération de jeunes adultes et de leurs enfants.
La suite de la série prend donc place quelques mois plus tard, exactement au même endroit que démarrait la première saison à savoir Barcelone.

Nos trois jeunes héros, Esteban, Zia et Tao, accompagnés de leur fidèle perroquet Pichu, retrouvent le navigateur Mendoza et ses deux inséparables sbires Sancho et Pedro à Barcelone. Là, ils les délivrent de la prison dans laquelle le mystérieux et inquiétant Zarès les a enfermés. Puis, ayant pu déchiffrer une étrange carte rapportée d’Amérique du Sud, notre joyeuse troupe repart à bord du Grand Condor vers une nouvelle destination où, semble-t-il, se cache une deuxième Cité d’Or… Direction : la Chine ! Jalonné de belles rencontres, leur parcours sera aussi semé d’embûches. Il leur faudra affronter de redoutables adversaires souvent cupides et assoiffés de pouvoir. Mais une menace encore plus grande les guette… Celle du terrible Zarès, lui aussi à la recherche des Cités d’Or…

On ne se rend pas compte à quel point proposer une suite à un dessin animé aussi culte que celui-ci est un défi titanesque. Il faut en effet satisfaire les anciens téléspectateurs (qui sont bien sûr visés par ce dessin animé) tout en étant capable d’amener vers ces personnages un nouveau public.
Pour se faire, TF1 a confié l’élaboration de cette nouvelle série à Blue Spirit Animation: « Nous en avions l’idée depuis très longtemps avec Bernard Deyriès. Il y a environ six ans, nous sommes allés en parler avec Jean Chalopin. Lui aussi avait toujours eu envie de faire une suite. Mais la gestion des droits du dessin animé était assez compliquée » (Eric Jacquot, Producteur à Blue Spirit Animation).
L’un des premiers obstacles est de taille: Les mystérieuses cités d’or appartient à une génération de dessins animés où l’on faisait confiance à la mémoire du jeune téléspectateur, où on le respectait en tant que public et donc la série était feuilletonnante. Une tradition qui a aujourd’hui quasiment disparu des dessins animés. Impossible cependant d’envisager la série autrement. « Ce genre est compliqué à écrire car on ne peut pas travailler sur plusieurs épisodes en parallèle, aussi bien pour l’écriture que les dessins. Tout est imbriqué et il faut attendre de connaître la fin d’un épisode pour réaliser le suivant » comme le confie Armelle Glorennec (Blue Spirit Animation).
La série va donc à nouveau s’aventurer sur ses sentiers et c’est une excellente nouvelle pour le jeune téléspectateur d’aujourd’hui.
Le résultat est-il à la hauteur des attentes?

Étant enfant, et encore aujourd’hui je l’admet sans honte, Les mystérieuses cités d’or a toujours été l’un de mes dessins animés préférés. Un vrai dessin animé intelligent et passionnant, ça fait du bien et ça donne du plaisir. J’attendais donc avec joie cette suite, maintes et maintes fois annoncées. Je l’attendais et en même temps m’en méfiais. Même si je prend toujours du plaisir à revoir la première série, que restera-t-il de ce plaisir à la vision de ces nouveaux épisodes? Et bien plaisir intact à ma grande surprise.
Il y a un vrai temps d’adaptation aux nouveaux dessins (et aux nouvelles voix on y reviendra) mais l’histoire est toujours là et s’annonce une nouvelle fois passionnante à suivre: « Réaliser une suite trente ans après représentait un défi de taille : il ne fallait pas décevoir les fans, tout en étant en phase avec l’actualité. Nous devions trouver la forme adéquate pour cette suite. Nous avons cherché pendant environ dix-huit mois. Jean Chalopin et Bernard Deyriès ont été présents tout au long de la création et nous ont apporté leurs conseils avisés » (Eric Jacquot Blue Spirit Animation). Quasiment tout est au rendez-vous malgré une impression bizarre au début, impression que je ne saurais expliquer (mais qui tient peut-être à ces nouveaux dessins, plus modernes). Tout! De l’histoire passionnante aux personnages travaillés en passant par le générique, culte s’il en est (et dont on ne pouvait faire l’impasse dessus), ce que l’on espérait voir est bien présent.
C’est à la fois une vraie bouffée d’air frais agréable et en même temps un joli retour en arrière pas désagréable du tout.
Bon tout n’est pas réussi, on ne va pas faire croire le contraire. Je ne suis pas très fan du nouveau méchant de la série, Zarès (« Calculateur, insensible, manipulateur et un peu pervers, Zarès est d’une grande intelligence. En pleine action, il peut calculer trois coups d’avance, comme aux échecs« ). De même, je ne retrouve pas encore (seul le tout premier épisode en deux parties nous a été présenté), la sublime bande originale de la série que l’on avait en « saison 1″. Une bande originale qui savait rendre à merveille toute l’atmosphère de l’Amérique du Sud. J’espère que dans les épisodes à venir, le même soin aura été apporté à créer une bande originale rendant bien compte des merveilles de l’Asie.

Seule ombre au tableau et il n’était pas possible pour moi de passer au travers. Ce nouveau dessin animé ne reprend aucune des voix de la série originale. Des comédiens talentueux, toujours en activité et qui aurait très bien pu reprendre leur rôle. Citons les car ils ont contribué en son temps au succès de la série: Jackie Berger, Odile Schmitt, Isabelle Ganz, Jean-Claude Balar pour les rôles principaux. Cela paraîtra peut-être anecdotique à certains mais c’est pourtant primordial. Et en dessin animé, peut-être plus qu’ailleurs car les comédiens ne font pas que reprendre comme dans une série ou un film ce qui a été fait avant eux. Il s’agit vraiment de création pure. Et prendre d’autres voix c’est comme faire une suite à un film ou une série en changeant tout le casting mais en prenant des comédiens qui ressemblent aux originaux. Car c’est un peu ce dont il est question ici: les timbres de voix sont proches des originaux. Pour le coup, c’est LE plus gros raté de cette suite.

Pour conclure oui on conseille tout de même ce dessin animé qui saura ravir les fans de la série et combler les nouveaux qui ne l’ont pas vu.
A ce titre, et pour faire le lien, la nouvelle série s’ouvre sur un double épisode qui fait le pont entre les deux séries, rappelant des faits survenus dans le premier dessin animé avant d’emmener le public vers de nouvelles aventures (que l’on pourra suivre dès 2013). Et détail qui a son importance: le petit documentaire présent à la fin de chaque épisode, fait aussi son retour dans la nouvelle saison!!!
Je ne me sens pas trahi en voyant ce dessin animé et c’est bien le principal!!

« Graphiquement, le résultat correspond à mes attentes. Si nous avions bénéficié de cette formidable technique à l’époque, c’est à cela que la première saison aurait ressemblé ! »
Bernard Deyriès (Réalisateur et coauteur de la première saison)

Source: TF1 (+ Résumé Officiel de la série)
Photos : © Blue Spirit Animation / Be Films – © MP – Nils HD / TF1 – DR

  • http://elprogramator.blogspot.fr/ Fenriss

    étonné, je m’attendais à moitié à un désastre. Du coup faudra vraiment que je jette un oeil.
    Une idée de la raison qui a poussé à changer les voix? Raison économique?

    • https://season1.fr Alexandre LETREN

      Peut-être que toi tu trouveras ça raté. Mais j’ai écris mon article en essayant de ne pas mettre en parallèle avec un dessin animé d’il y a 30 ans pour juger juste celui là

  • attachboy

    le premier épisode en deux morceaux, où les deux premiers épisodes, c’est selon, ont été diffusés ce matin sur TF1. Enfin, pourrais on dire. On commençait à ne plus y croire…

    Bon, début prometteurs ! Les dessins ne sont pas tout à fait les mêmes, et le nouveau générique est un tantinet pourrave, mais bon, bonne impression quand même. On attend la suite…

    J’ai adorer le passage secret dans la taverne et le bec qui fait échelle sur le grand condor.

    Quand à ce mystérieux zares, je me pose des questions…

  • Pingback: Test DVD Les mystérieuses cités d’or saison 2 Part 1 | Season One()