Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Les petits meurtres d’Agatha Christie: « Un couteau sur la nuque »

Les petits meurtres d’Agatha Christie: « Un couteau sur la nuque »
Alexandre LETREN

La review

L'EPISODE
5
LE CASTING
7
6

USE

Le duo a fait son temps, il est temps de changer

C’est le 14 septembre prochain que France 2 diffusera le tout dernier épisode de la série Les petits meurtres d’Agatha Christie avec Antoine Duléry et Marius Colucci. Dès 2013, un nouveau binôme prendra la place. Nouvelle époque, les années 50, et nouveaux enquêteurs, le Commissaire Laurence et Alice Avril. Mais pour l’heure revenons à cet ultime enquête qui adapte le roman « Un couteau sur la nuque » (sortie en 1933).

Larosière a la surprise de voir débarquer sa fille, Juliette, qui a fugué de chez sa mère qui l’étouffe…Mais le Commissaire ne voit pas d’un très bon oeil l’arrivée de sa fille car une jeune femme vient d’être sauvagement assassinée dans un théâtre…
Larosi-re et Lampion vont se retrouver plongés dans un univers passionnant d’une troupe de théâtre avec ses jalousies et ses haines. Larosière retrouve avec délices la star de cinéma qui a enchanté sa jeunesse, Sarah Morlant.
Mais quand l’acteur principal de la pièce est retrouvé agonisant , un couteau planté dans la nuque, l’affaire se corse…Toujours cabot, le Commissaire sera même obligé de le remplacer pour jouer Dom Juan ce qui ne sera pas pour lui déplaire…

J’ai une tendresse particulière pour les romans d’Agatha Christie que je dévorais étant plus jeune. Et j’aime tout particulièrement ce que cette série en a fait: à la fois vibrant hommage et relecture des histoires au travers de personnages inexistants dans les romans et de trames retravaillées.
« Un couteau sur la nuque » est initialement une aventure de Hercule Poirot avec un trame un peu différente:

Après un spectacle de Carlotta Adams, la célèbre imitatrice, Hercule Poirot et Hastings vont au restaurant où ils rencontrent Jane Wilkinson, une grande actrice, qui leur demande de la suivre dans sa suite. Elle leur explique qu’elle veut se « débarrasser » de son mari, mais que celui-ci refuse le divorce. Elle va même jusqu’à dire qu’elle serait prête à prendre un taxi pour le tuer. Poirot décide de prendre rendez-vous avec le Lord Edgware (le mari de Jane Wilkinson). Celui-ci, étrangement, leur dit qu’il est d’accord pour un divorce et qu’il a même envoyé, il y a 6 mois, un lettre à sa femme où il le lui expliquait. Ils vont annoncer la bonne nouvelle à l’actrice, qui dit ne pas avoir reçu de lettre.   Le lendemain, le Lord Edgware est retrouvé mort chez lui, poignardé à la nuque.

Cette 12ème et dernière aventure de Larosière et Lampion est toujours très agréable à suivre, le duo d’enquêteurs étant interprété à merveille par Duléry-Colucci. Et pourtant, on ne peut s’empêcher de trouver que ce qui nous est proposé ici a un parfum de déjà vu sur des épisodes précédents. Une fois de plus, l’exubérant Larosière se met en scène, en fait des tonnes (un peu trop à force) et finit par retomber sur ses pattes à la toute fin pour révéler le nom de l’assassin. Cette partie est d’ailleurs celle qui nous permet de renouer avec l’ambiance des romans d’Agatha Christie. Certes Poirot est aussi un personnage qui en fait beaucoup mais on baigne toujours dans l’enquête, une partie un peu oubliée parfois dans ces épisodes.
Et puis que dire ce l’intrigue parallèle qui plombe un peu l’histoire principale pourtant très forte et qui n’a rien à voir avec le meurtre « principal ». Dommage. A force de vouloir trop mettre en avant la partie « comique » et le personnage de Larosière, on en oublie un peu ce qui fait le sel des romans de la Reine du Crime.

Au final, ce duo nous manquera mais on guettera avec plaisir la nouvelle équipe qui arrivera en 2013. Et on se prend à souhaiter l’adaptation d’enquêtes comme Mort sur le Nil ou Le crime de l’Orient Express, classiques parmi les classiques.