Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

5 Commentaires

Ma première fois avec…Treme

Alexandre LETREN

Immersion dans la série « Treme » diffusée sur France Ô

Je suis arrivée avec une vision totalement profane de cette série car je n’en avais jusqu’alors jamais entendu parler donc aucun apriori sinon l’envie et la curiosité de découvrir la vie de ces musiciens de « Treme » quartier nord ouest du plus vieux carré français de la Nouvelle Orléans lieu hautement symbolique de la culture afro-américaine et créole. Jazzmen de leur état et membres du même groupe, ils tentent de reconstruire leurs vies après le passage de l’ouragan Katrina.

treme_hbo1

La série est d’un réalisme total. Aucun décor édulcoré, aucune mise en scène « rose bonbon », aucun sentiment mièvre et fantasmé, tout est parfaitement concret et rationnel, on se croirait même plongé au coeur d’un reportage avec de véritables protagonistes, tant les acteurs et le rendu nous semblent vrais. Nous découvrons le quotidien d’Antoine Batiste, tromboniste talentueux emprisonné dans une vie qui ne l’inspire plus vraiment avec sa femme Désirée, institutrice, et leur petite fille. Il cherche secrètement à se rapprocher de son ex épouse, Ledonna qui, elle, tente de remettre son bar à flot suite à l’épouvantable catastrophe et aussi à retrouver son frère Daymo disparu lors de l’ouragan. Pour cela, elle se fait épauler de la brillante avocate Toni Bernette incarnée par Melissa Leo. Les acteurs sont justes, ils n’ont pas de physique ou de personnalité pour nous faire rêver, ce sont juste des hommes et des femmes tentant de reconstruire une vie brisée. Ils possèdent des qualités et des défauts comme tout un chacun et on se laisse facilement porter. Tout est parfaitement orchestré comme une partition de Mile Davis et on aime la bonne musique.

treme-steve-zahn

De nombreux musiciens faisant partie du casting sont même de véritables jazzmen de la Nouvelle-Orléans et non des acteurs et l’on ressent cette vibration, cet amour, cette communion de la musique qui est très présente dans la série. Les personnages sont tous d’une psychologie et d’une intelligence émotionnelle réelle.
Certains sont drôles, touchants, d’autres nous plongent dans des situations plus dramatiques. Il y a de la variation, on ressent le tempo avec eux et on vibre aux accords de la musique très communicative. Treme parvient à capter l’essence de la Nouvelle Orléans qui prend corps et âme au sein de cette série.

treme11

Nous aurions pu facilement basculer dans le pathos et le trop plein de bons sentiments surtout touchant un sujet aussi sensible que celui de l’ouragan Katrina et pourtant tout se tient. Les intrigues sont variées, les différentes émotions sont présentes, nous avons de l’humour, de l’angoisse, de la gravité et au final la véritable héroïne de cette série est « la Nouvelle Orléans » et je trouve que David Simon et Eric Overmyer les créateurs de la série, ont visé juste.

Si vous aimez les séries réalistes et que vous ne recherchez pas le « glam » made in Hollywood mais plutôt l’authenticité et la profondeur d’une région malheureusement mise en lumière suite aux évènements tragiques que l’on lui connait, vous aurez plaisir à découvrir l’univers de Treme et ses accents jazzy.

Crédits: HBO

Céline Rosa

  • http://www.evamoreno.book.fr/ Vavoum

    Encore un article bien écrit, qui donne envie de regarder cette série
    Bravo pour ta plume, j’aime te lire et je suis toujours impatiente de découvrir tes rubriques….et les prochaines à venir
    Eva

  • Céline Rosa

    Merci beaucoup..! :)

  • fa_sol

    Cette série est ce qui est arrivé de mieux selon moi sur le cable US depuis bien des années. On retrouve la patte de David Simon (ex The Wire), mais aussi celle de George Pelecanos (ecrivain US aussi parfois derrière The Wire).
    C’est poignant, bouleversant, drôle, musical et juste.

    • http://twitter.com/alexandreletren Alexandre LETREN

      David Simon est plus que « parfois derrière The wire ». Il en est l’essence

      • Fa_sol

        C’était Pour Pelecanos le « parfois derrière The Wire ». Il me semble avoir surtout été derrière la saison 2 sur les docks.