Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Mes séries d’antan (2/5): Perry Mason

Mes séries d’antan (2/5): Perry Mason
Alexandre LETREN

Actualité plus légère en période estivale, c’est le moment de regarder en arrière et de revenir sur des séries que l’on a aimé. Même si notre regard sur les séries s’est affiné avec le temps, on peut garder une tendresse particulière pour certaines séries qui même si elles ne sont pas les meilleures du monde, nous laissent cependant un petit sourire aux lèvres quand on les revoit. Perry Mason, as du barreau, en est un brillant exemple.

Pour bon nombres d’entre nous, la série Perry Mason est composée d’épisodes de 90 minutes, en couleur, que l’on regardait dans les années 80 sur La 5, puis à de nombreuses reprises sur TF1. Mais en réalité, c’est une série qui voit le jour dans les années 50 avec 9 saisons et 271 épisodes de 52 minutes (une autre vit le jour brièvement dans les années 70 The new adventures of Perry Mason, toujours sur CBS mais avec un comédien différent dans le rôle principal).
Dans le rôle de ce brillant ténor du barreau, on retrouve l’imposant comédien Raymond Burr qui marqua de sa présence le rôle. Quelques années avant d’interpréter avec succès le rôle de Mason, le comédien s’illustra notamment en campant le rôle du voisin assassin du mythique film de Hitchcock, Fenêtre sur cours.

Perry Mason est à elle seule un genre que les Américains aiment beaucoup: les séries et séquences de prétoire dans lequel un brillant avocat se livre à des démonstrations souvent très théâtrales dans le but de faire innocenter son client, accusé d’un terrible crime. Le succès se déclinera dans bon nombres de séries comme Matlock dans les années 80 (également 9 saisons) avant que la vague des séries judiciaires réalistes ne déferlent sur la télévision américaine dans les années 80 avec des séries comme L.A Law ou Law and Order.

Dans les deux séries, Perry Mason est secondée par sa fidèle assistante Dela Street, interprétée à presque 30 ans d’intervalles par la même comédienne, Barbara Hale. C’est d’ailleurs en la défendant après qu’elle ait été accusée de meurtre que Mason fit son retour dans les années 80 sous la forme de téléfilms. Pour mener les enquêtes sur le terrain, Mason fait appel à un détective privé, Paul Drake, puis à son fils Paul Drake Jr et Ken Malansky.
Lors de son retour 30 ans après, Perry Mason s’inspire du modèle Columbo: une personnalité du petit écran vient jouer le rôle de l’accusé que Mason va devoir innocenter.
Si la série est très divertissante dans sa forme, rappelant les romans policiers où des détectives tels Hercule Poirot confondent le coupable après une brillante démonstration, elle est très loin de la réalité de ce qui se passe dans les tribunaux américains. Mais, comme toujours, elle permit de préparer le terrain aux séries réalistes des années 80-90 en familiarisant le téléspectateur à des termes qu’il entend aujourd’hui dans beaucoup de séries: « Votre honneur« , « Objection« , « Spéculations« ,…

Notons enfin que la mythique musique de la série est composée, rien que ça, par Bernard Herrmann (compositeur de génie à qui on doit la musique de Psychose) et Jerry Goldsmith (La malédiction ou Star Trek The next generation).

Crédits: CBS

Laisser un commentaire