Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Nos séries d’antan (3/5): Band of Brothers

Claire Tirilly

En 1998, quand son film « Il faut sauver le soldat Ryan » sort, Steven Spielberg et Tom Hanks ont la sensation de ne pas avoir fini de raconter la seconde guerre mondiale, loin de là. De cette sensation naîtra non pas une mais deux des meilleures mini-séries historiques des années 2000, « Band of Brothers » (« Frères d’armes » en français ) et sa sœur « The Pacific » (simplement renommée « Band of brothers : l’enfer du Pacifque). 

BOB

 

Band of brothers c’est l’association de Spielberg, Tom Hanks et de HBO. C’est surtout l’adaptation de l’oeuvre de l’historien Stephen E.Ambrose qui raconte relativement fidèlement l’histoire de l’Easy company,  une partie d’un régiment lors de la seconde guerre mondiale.

easy company hbo

 

Chaque épisode relate un moment marquant de cette période, en commençant par le camp de formation aux Etats Unis puis en Angleterre. On verra ensuite le débarquement, les premiers objectifs en France, et plus tard la découverte des camps de concentration. En racontant la petite histoire de cette période, Spielberg nous propose finalement un regard assez juste sur la Grande Histoire. Tous les épisodes commencent par un entretien des vétérans de l’Easy company parlant du thème qui va être abordé lors de l’épisode et finissent par une brève remise en perspective dans l’Histoire de cette guerre. Cette technique ancre définitivement la mini-série dans la réalité, en faisant plus qu’une œuvre de fiction, presque un témoignage, un morceau d’histoire, caractéristique particulière à Spielberg et à toutes ses œuvres portant sur la Seconde Guerre Mondiale.

Egroup

 

Band of brothers est selon moi l’une des plus belles séries tant par sa portée émotionnelle que pour son aspect plastique. Les images sont travaillées, particulièrement belles. Cela qui peut sembler paradoxal quand on filme la guerre, mais loin de glorifier l’action, cette façon de filmer la rend accessible, réelle. Et puis soyons honnête, c’est parfois plus sympa de voir de belles images.
La portée émotionnelle n’est pas non plus à oublier. Les images de la découverte des camps sont pour toujours gravées dans la mémoire de ceux qui ont vu la série tellement elles sont justes. Spielberg utilise ici un artifice typique de l’écriture cinématographique/sérielle pour mettre en scène la découverte. Choisissant de nous montrer une patrouille, puis un homme qui court vers la base, anxieux, le réalisateur ne nous montre effectivement le camp que lorsque les gradés y arrivent. Le suspense est troublant car tout est fait pour nous induire en erreur, nous faire croire encore une fois à un massacre, des soldats encore violemment malmenés par l’ennemi allemand. La réalité est en fait bien pire. Et c’est tellement bien fait que j’en viens à me demander si on ne devrait pas diffuser ce passage en classe d’histoire, en complément de Nuit et Brouillard.

bob camp

 

Comme souvent, Spielberg fait entrer instantanément dans la pop culture cette série, en en faisant un classique de sériephile. Il faut dire aussi qu’en plus de se s’appuyer sur un scénario plutôt solide et une réalisation intéressante, Band of Brothers bénéficie d’un excellent casting. Les acteurs, au départ choisis pour leur ressemblance physique avec les vétérans, se révèlent particulièrement justes d’un bout à l’autre de la série. Et puis avec la temps, on reconnaît des visages qui ont poursuivis de belles carrières à la télévision comme au cinéma et quelques gloires d’alors. Parmi eux, Damian Lewis (Homeland, évidemment), Scott Grimes (Urgences), David Schwimmer (Friends), ou encore Micheal Fassbender et James McAvoy.

band_of_brothers_freres_armes

Mais si parler de Band of Brothers, de l’épisode Bastogne, des belles performances d’acteur, c’est bien, regarder la série c’est encore mieux. Tellement que vous trouverez toujours un coffret dvd chez n’importe quel revendeur, même plus de dix ans après la sortie de la série. 

Crédits: HBO

Commentaires

  1. Sallyngton

    Magnifique série, qui est très fidèle au livre (c’est assez rare pour être souligné) qui est tout aussi excellent. Je recommande particulièrement le documentaire du DVD bonus qui rassemble les témoignages complets des vétérans.

Laisser un commentaire