Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: Bloodline (Netflix)

Pilote d’essai: Bloodline (Netflix)
Charlotte Calignac

Bloodline est la nouvelle série de Netflix. Décrite comme un drame familial aux allures de thriller, l’histoire raconte celle de la puissante et famille Rayburn dans une ville de Floride, dont le retour du fils aîné considéré comme le vilain petit canard vient remuer de vieux souvenirs. La série est créée par Daniel Zelman, Todd A. Kessler et Glenn Kessler : la même équipe qui avait créé Damages en 2007.

Il m’est difficile de juger une série Netflix pour une raison principale : son mode de diffusion. Certes, un premier épisode a les mêmes prérogatives, que toute la saison soit disponible d’un coup ou que l’on doive attendre une semaine pour avoir la suite (à savoir : donner envie de revenir) mais je reste persuadée que le téléspectateur peut être plus patient devant une série Netflix précisément parce qu’il peut dévorer la saison dans son intégralité et lui laisser sa chance en entre apercevant les qualités qui pourraient être développées.

Clairement, ici c’est mon cas. Ce pilot m’a paru interminable mais paradoxalement prometteur. L’épisode dure 58 minutes et on sent chacune d’entre elles s’écouler, ce qui ici est problématique. Il n’était peut-être pas aussi lent qu’il ne m’a semblé, mais il manquait de rythme, s’attardait trop sur deux personnages principaux en lançant de multiples intrigues sans chercher à les explorer.

Danny, l’aîné de la famille, revient pour le 45ème anniversaire de l’hôtel qui a fait la renommée de ses parents. Il est plus ou moins méprisé par ses trois frères et sœurs John, Meg et Kevin. L’épisode est concentré sur Danny, ses relations tumultueuses avec tous les membres de sa famille et surtout sur le lien très complexe qui l’unit à son frère John (Kyle Chandler, vu dans Demain à la Une et Friday Night Lights). En cela, l’intrigue est très bien installée. Mais à aucun moment la série ne semble chercher à me montrer qui sont les parents ou Meg et Kevin, dont les interprètes sont assez connus (Linda Cardellini notamment a joué dans Freaks and Geeks et Urgences). On reste sur sa faim et on a surtout l’impression qu’il y a trop de personnages qui paraissent inutiles et ne méritaient peut-être pas d’être introduits si tôt.

On est réellement dans une introduction des personnages, tout en introduisant réellement que deux des six ou sept qui auront un impact sur l’histoire.

Parallèlement au mystère des relations entre les membres de la famille, il y a celle d’une jeune femme mystérieuse qui est probablement une vision de Danny et dont on n’a pas la moindre idée de qui elle peut être (probablement liée au passé secret de la famille) ainsi qu’un flashforward qui rappelle énormément la structure de Damages et qui relance l’intrigue à la dernière seconde, ce qui fait un peu cheap.

La structure de l’épisode sur 58 minutes dessert ce pilot qui reste très contemplatif et répétitif. Personne ne veut voir Danny. John le défend contre sa famille (probablement par culpabilité), Danny est un bon à rien complexe, sombre et inquiétant, la mère Rayburn adore ses enfants et souffre de voir Danny souffrir. Le tout, rabâché sur tous les tons.

Bloodline

Alors effectivement, j’ai envie de revenir, mais pas pour en savoir plus sur les membres de la famille Rayburn. Je veux uniquement savoir qui est cette fille. Ce qui, dans un thriller familial, est un peu dommage. Du coup, je regarderai peut-être la suite, mais ce n’est pas forcément ma priorité. Encore une fois, connaissant ma tendance au binge-watching compulsif, c’est dommage.

Crédits: Netflix/ Saeed Ayani