Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Commentaires

Pilote d’essai: Fargo (FX)

Pilote d’essai: Fargo (FX)
Christophe Brico

La review

Pilote
8
Scénario
7
Casting
9
8

REUSSI

Pour se replonger dans l’univers

Adapté du film multi-primé éponyme des Frères Coen, Fargo a débarqué sur FX. Avec en top du casting Billy Bob Thonton (qui avait déjà joué pour les Coen, notamment dans The Barber) et Martin Freeman, décidément star montante du moment, la série utilise les mêmes concepts que le film dont elle est tirée. Générique.

Le Grand Saut

A l’image du film, le pilote s’ouvre sur le texte fondateur du concept “Fargo” à l’exception de la date et de la disparition de la mention “Dans ce film :

THIS IS A TRUE STORY.

The events depicted took place in Minnesota in 2006.

At the request of the survivors, the names have been changed.

Out of respect for the dead, the rest has been told exactly as it occurred.

Traduction :

C’EST UNE HISTOIRE VRAI

Les événements dépeint sont arrivés au Minnessota en 2006

A la demande des survivants les noms ont été changés

Par respect pour les morts, le reste est raconté exactement tel que ca c’est passé

Comme les frères Coen l’ont largement commenté à l’époque de la sortie du film, cette annonce d’ouverture est un effet scénaristique avant tout. En réalité le script du film est fondé sur un amoncellement de faits divers utilisés pour construire le scénario. Les Coen s’en sont expliqués : en annonçant le film comme “basé sur des faits réels”, ils avaient la possibilité de mettre en scène des situations impossibles autrement. Au final, le film est surtout remarquable par son ambiance particulière, ses personnages décalés et les situations improbables dans lesquelles ils se retrouvent tous. A cette image la série tente de reproduite cet ADN du film oscarisé. L’annonce fera l’ouverture des 10 épisodes de la saison. Cela est d’autant plus criant avec le plan d’ouverture qui suit l’annonce, une voiture solitaire sur une route enneigée, illustrée par une musique qui commence crescendo et fini sur l’emphase au son du carillon de Noël. Bien entendu, les Freres Coen ne sont pas loin puisqu’ils sont Producteurs Exécutifs du show, leur premier. Ajoutons pour la bonne mesure que la série est créée et showrunnée par Noah Hawley, expérimenté mais ayant ici sont premier projet à grand retentissement médiatique.

FARGO 03.jpg

Pour entrer dans le détail, Fargo nous raconte l’histoire de Lester Nygaard (Martin Freeman), agent d’assurance raté que l’on passe une grande partie de se pilote a mettre dans des situations plus humiliantes les unes que les autres, et de sa rencontre avec Lorne Malvo (Billy Bob Thornton), visiblement tueur professionnel, arrivé a Bamidji, Minnessota, et qui y apportera sa mauvaise influence. Véritable personnage malin, dans tous les sens du terme. Une conversation d’apparence banale entre les deux personnages déclenchant une série d’événements qui seront le cœur de la série.

O’Brothers

On peut globalement dire que le pari est plutôt réussi. En effet, le premier public de la série sera sans doute pour les fans du film, et ils sont nombreux, et à ce titre, dès les premières images on retrouve l’ambiance si particulière de cette petite ville du nord-est américain. Il faut également saluer la performance de Martin Freeman, qui interprète à merveille ce personnage un peu passif, qui passe son temps à se fourrer dans le pétrin malgré lui. C’est principalement lui qui apporte la dynamique de comédie noire, qui est le ton de la série.

FARGO 02.jpg

Billy Bob Thornton, quand à lui, nous offre un personnage froid et calculateur, en tout cas à première vue, qui pose la menace sur la durée, l’énergie qui permettra de transformer la dynamique d’un épisode en une histoire sur une saison.

Au final, et si les deux univers sont très éloignés en substance, on ne peut s’empêcher de penser, sur la forme, à une autre série de cinéaste, Twin Peaks, qui se fondait également essentiellement sur ses personnages, et sur une ombre présente en permanence sur l’action. Il en est de même pour le rythme de l’action. Il faut bien le dire, Fargo est une de ces séries lente, qui prend plus de temps à offrir des “moments”, des dialogues absurdes, des interactions entre les personnages, qu’à développer l’intrigue. Le nombre réduit de 10 épisodes néanmoins, permet que l’ensemble ne traine pas trop en longueurs et globalement, si vous n’êtes pas du genre à avoir besoin d’un cliffhanger à chaque coupure pub, l’ensemble est suffisamment juste pour tenir le spectateur du début à la fin.

Credits : FX Network

  • chico

    en un mot, c est une tuerie lol

  • http://leschroniquesd'atreyu atreyu

    merci christophe pour votre article que vous m’aviez conseillé de lire, un pilote qui confirme donc l’immense qualité de cette série qui par la suite qui ne cessera de devenir encore meilleure ! l’épisode 6, dernier en date est une véritable claque a tous points de vue !! et donne une envergure scénaristique magistrale aux futurs évènements de la série que j’ai hate de découvrir !!!! il est impératif que vous parliez de « Fargo » dans un podcast carla après 6 épisodes, on s’aperçoit que c’est du lourd ! et Billy bob Thornton ainsi que Martin Freeman sont tout simplement énormes dans leurs roles respectifs !