Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

3 Commentaires

Pilote d’essai: Halt and catch Fire (AMC)

Pilote d’essai: Halt and catch Fire (AMC)
Alexandre LETREN

La review

LE PILOTE
8.5
LE SCENARIO
8
LE CASTING
8.5
8.3

BRILLANT

AMC est depuis quelques années maintenant une chaîne qui nous permet de découvrir de vraies pépites, qui ont ou pas duré dans le temps. Qu’il s’agisse de Breaking Bad, Mad Men, ou encore la trop courte Rubicon, le voyage dans ces séries est toujours ou presque gage de qualité. Le 1er juin prochain, la chaîne lancera sa nouvelle production, Halt and catch fire, et on peut d’ores et déjà vous dire que l’on tient sans nulle doute l’une des pépites de demain. Canal+ Séries l’a bien compris puisque la chaîne renforce son rôle de chaîne séries en la proposant 48 heures après la diffusion américaine dès le 3 juin 21h30 (entre 24 et Mad Men), et offrant ainsi une vraie alternative au téléchargement illégal.

Au cœur des années 80, au Texas, un visionnaire, un ingénieur et un prodige spécialisés dans la micro-informatique confrontent leurs inventions et innovations aux géants de l’époque. Leurs relations sont alors mises à rude épreuve, entre convoitises, jalousies et crises d’égo.

Présentée lors du dernier MIP à Cannes, la série avait fait chez nos collègues présents une forte impression. Halt and catch fire est créée par Chris Cantwell et Chris Rogers et portée au casting par l’excellent Lee Pace (vu dans Pushing Daisies) et a délicieuse MacKenzie Davis (et ses faux airs de Robin Wright). Period drama comme la télévision aime à les faire depuis quelques années, Halt and catch fire est pourtant bien plus que ça: c’est une vraie critique du capitalisme américain des années Reagan grâce à son personnage principal retors, Joe MacMillan, qui ne recule devant rien pour parvenir à ses fins et réussir dans le domaine qui est le sien à savoir l’informatique.

« HCF dénote une instruction non documentée à effets secondaires inhabituels, incluse dans le processeur à des fins de test. Les utilisateurs qui découvrent ces instructions se sont appropriés l’ancienne instruction Halt and Catch Fire et son mnémonique HCF pour exprimer de manière humoristique que l’exécution par inadvertance de ce genre d’instructions conduit le système à cesser de fonctionner de manière normale. »

haltandcatchfire-2

C’est chiant comme définition hein? Vous n’y comprenez rien? Rassurez vous, moi non plus et pour tout dire on s’en moque totalement. Halt and catch fire est tout sauf une série barbare sur le monde de l’informatique qui rebuterait celles et ceux qui n’y connaissent rien. C’est bien plus que ça. C’est une série sur celles et ceux qui ont envie de réussir à une époque où tout semblait encore possible. Les années Reagan. Les années du capitalisme à outrance, sauvage, qui écrase tout sur son passage, incarné ici par MacMillan. Et à une époque comme la nôtre où ce capitalisme là est rayé, remis en cause, quel meilleur moyen que de le faire avec un personnage de cette envergure. Fils spirituel de Jim Profit, MacMillan est un héros sombre mais terriblement passionnant, brillamment interprétée par Lee Pace. Mais ses partenaires de jeu n’ont rien à lui envier et ne sont jamais faire-valoir du personnage principal, mais bien des personnages solides et tout aussi passionnants.

Le pilote est une réussite de bout en bout, superbement écrit et réalisé, doté d’une bande son incroyable, et d’un générique déjà dans mon cœur en très bonne place.
Halt and catch fire réussit à faire une série d’une modernité terrifiante. Un vrai coup de poing qui, s’il se confirme sur les 10 épisodes de la saison 1, pourrait conduire à une grande série… A condition que le public accroche ce que l’on espère vraiment.

Source: AMC/ Canal+ Séries
Merci aux équipes de Canal+ de nous avoir permis de découvrir ces deux premiers épisodes avant la diffusion américaine.