Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: Legends (TNT)

Pilote d’essai: Legends (TNT)
Christophe Brico

La review

LE PILOTE
7
LE SCENARIO
7
LE CASTING (SEAN BEAN EN FAIT)
8
ENVIE DE VOIR LA SUITE
7
7.3

REUSSI

La chaîne câblée TNT continue de développer ses projets et a lancé cette semaine une nouvelle série : Legends. Avec Sean Bean au générique (qui ne meurt pas tout de suite, il semblerait) et Howard Gordon à la production, la série adapte un roman de Robert Littell qui avait déjà adapté en mini-série son best-seller : The Company.

Martin Odum est un spécialiste des opérations sous couverture, il est capable de complètement endosser une nouvelle identité et ainsi de devenir une “légende”, personne fictive dont toute l’histoire et la vie sont fabriqués pour une infiltration. L’état mental d’Odum lui facilite la chose et détruit sa vie personnelle. Mais est-elle vraiment sa vie ?

Who are you ?

Le pilote de Legends est presque un modèle du genre. Introduction durant une opération, épreuve, enquête, nouvelle opération et intrigue en fil rouge qui se met en place. Tout cela sans omettre les scènes sur la vie personnelle de Martin Odum, son mariage raté, son état psychologique, son rapport compliqué au travail en équipe et particulièrement à l’autorité représentée par la sculpturale Ali Larter (dans le rôle de Crystal McGuire, en charge des opérations). Le show dont le premier run est prévu pour 10 épisodes n’a pas de temps à perdre, et le pilote répond à son objectif : donner un maximum de pistes dès le départ pour accrocher très vite une audience. A ce titre, la présence d’Howard Gordon dans le développement et la production du show n’est sans doute pas un hasard. Le vieux briscard de la télé (X-Files, Homeland, 24, Buffy, Angel, entre autres) a une carrière qui parle pour lui.

Pour Sean Bean, c’est l’occasion de sortir des rôles de guerrier médiéval, et de trouver un rôle contemporain qui lui permet d’exprimer sa palette de jeu. A ce titre, la série lui offre un rôle aux multiples facettes et l’avant-goût que propose le pilote est plutôt réussi. La composition alternée de Martin Odum/Lincoln Dittmann est assez saisissante. Sean Bean, à la fois capable de force, mais aussi, et peut-être surtout, de camper des personnages en proie a des démons intérieurs, trouve ici un rôle à sa mesure.

Legends

 

Who am I ?

Legends aurait pu être un procedural efficace. Le concept le permet. Pourtant, très vite, on nous met sous les yeux une histoire aux relents conspirationistes qui sera sans doute le principal enjeu du show. C’est probablement le principal défaut de ce pilote, si tant est que l’on adhère à l’histoire. On veut tout donner et l’on se sent conduit dans une direction précise sans avoir l’opportunité de se poser beaucoup de questions.

La réalisation de ce pilote est très académique, mais fait son office, et surtout fait la part belle aux scènes dans lesquelles Sean Bean interprète successivement deux personnages, qui sont le pilier du show à ce stade. C’est heureux, car si Ali Larter compense ses faiblesses de jeu par une plastique attrayante, notamment dans une scène dans un club de strip Tease, Sean Bean reste assez seul à porter le pilote de cette série policière aux saveurs d’espionnage.

Avec 2,6 millions de téléspectateurs pour la première diffusion, TNT obtient une très bonne audience (en troisième place cet été après The Last Ship et Murder in the first) donnant à la série une belle perspective pour l’avenir, si cette tendance devait devenir une règle.

Crédits: TNT