Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: Life in pieces (CBS)

Pilote d’essai: Life in pieces (CBS)
Charlotte Calignac

La review

Pilote
5
Casting
7
Scénario
6
Réalisation
5
Envie de voir la suite
3
5.2

Convenu mais charmant

Life in Pieces est la nouvelle comédie diffusée sur CBS juste après la neuvième saison de The Big Bang Theory. Elle est produite par Justin Adler, qui avait notamment participé à Samantha Who et Better Off Ted.

Life in Pieces, pour reprendre le carton de départ, raconte l’histoire d’ « Une Grande Famille. Quatre Histoires Courtes » (courtes, parce que la famille s’appelle Short. HUMOUR). Puis le pilot se divise comme prévu en quatre histoires d’environ 5 minutes.

Ca vous dit quelque chose ? Oui, Life in Pieces, c’est un peu le Modern Family de CBS. La famille gay en moins (bah oui, on est sur CBS).

Et, dieu merci, avec moins de personnages stupides et ridicules.

La série a pour elle qu’elle repose sur un cast comique extrêmement solide (et connu) : Betsy Brandt (Breaking Bad), Colin Hanks (Fargo), Zoe Lister-Jones (New Girl), Dan Bakkedahl (Legit, Veep), Dianne Wiest (Law & Order, In Treatment) et James Brolin (Hotel, quand il était plus jeune, récemment vu dans Castle et Community) incarnent la majorité des adultes de cet univers.

Il faut le reconnaître, le contenu des sitcoms/comédies familiales tourne un peu en rond : il est difficile de faire du neuf avec les mêmes clichés depuis trente ans. Donc pour faire de la nouveauté, il faut jouer avec le format. Modern Family utilise le mockumentary et joue avec ce que l’on montre face caméra et ce que l’on essaie de cacher. Life in Pieces s’essaie à un format qui rappelle un peu celui des sketches où l’on enchaîne les blagues sur une déclinaison de thèmes similaires. Reste à savoir si ça peut fonctionner sur le long terme.

LifePieces

En l’occurrence dans le pilot, plusieurs éléments ont donné un élan de fraîcheur au contenu, grâce au format. À part la partie finale, qui était pour moi assez plate. Mais le premier rencard avec la jeune femme obligée de vivre avec son ex (complètement dingue) par souci financier était assez actuel et suffisamment barge pour être drôle, sans pour autant s’essouffler précisément parce que le format de la scène permettait de ne pas être rapidement déçu. Pareil pour la naissance, qui joue pour une fois sur un tabou de l’accouchement : j’ai nommé l’épisio/déchirure, et sur laquelle Zoe Lister-Jones et Colin Hanks parviennent à se lâcher de façon originale et presque crédible.

Finalement, on est face à une série assez traditionnelle et convenue, qui ne cherche pas à révolutionner quoi que ce soit, mais qui fonctionne assez bien grâce à un cast intéressant et une façon de raconter ces histoires de manière un peu atypique. Toutefois, ne soyez pas surpris si vous avez cette horrible impression de déjà vu. Ce n’est probablement pas qu’une impression.

Crédits: CBS