Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

3 Commentaires

Pilote d’essai: Looking (HBO)

Pilote d’essai: Looking (HBO)
Claire Tirilly

La review

LE PILOTE
9
9

Réussi

Tendre, juste, indie, drôle par moments. Le bon mélange, pour l’instant.

On a dit beaucoup de choses sur Looking, avant de la voir. Le “Girls” pour les gays, le nouveau “Queer as folk”… Bref, on s’est beaucoup demandé comment qualifier ce truc un peu nouveau, dont on ne savait au final pas trop quoi penser. Et si finalement, c’était bon signe?

Ce qui est surprenant, c’est tout ce qu’elle n’est pas, tellement elle se pose plus qu’elle ne s’impose. Comme si le premier épisode était une plume qui venait casser toutes les attentes, et proposer doucement son univers; proposer un groupe de personnages, une ville, sans nous imposer des storylines lisibles à des kilomètres. Bref, comme un moment, une pause d’une demi-heure, après laquelle on peut repartir vaquer à ses occupations, sans avoir l’impression d’avoir perdu du temps.

Looking ne sera pas addictive. Pas à la façon de ses aînées. Mais ce n’est clairement pas l’idée. Et c’est peut être même mieux. Car on a la sensation qu’on va avoir le temps de suivre ses protagonistes dans la durée, un peu comme un groupe de copains qu’on revoit fréquemment. Il y a l’attendrissant qui se plante souvent, Jonathan Groff. Et puis le type un peu plus agé qui cherche encore et toujours à se taper des petits jeunes, ou encore le mec en couple.

La série, pour moi, se rapproche plus de “How to make it in America” que des deux séries précitées. On retrouve le même type d’image, urbaine et réaliste sans être dégueulasse pour autant. Le même type de musique, sympa, à la mode, et puis en même temps pas trop. Et le même type de personnages: des mecs, un peu paumés, ou pas complètement, qui vivent leur vie. Et quand “How to …” s’intéressait à leur boulot, Looking, se concentre sur leurs vies sentimentales.

Les personnages sont bien dessinés, agréables, loin d’être clichés, crédibles. Après, allez savoir s’ils sont vraiment le portrait de leurs générations… Comme prévu, il y a du sexe, mais rien d’aussi graphique ou inconfortable que chez Lena Dunham. Et puis il y a ce quelque chose un peu indéfinissable, que ceux qui ont lu les “ Chroniques de San Francisco” d’Amistead Maupin retrouveront, une vision du milieu gay propre à la Bay Area.

Enfin l’univers est sain, pas morose. Fini le drame des années sida, l’urgence des années 90 de vivre à tout prix, ou la crise façon génération perdue de Girls. Dans Looking, les personnages ne sont pas victimes de leur époque, ils vivent en plein dedans.

Bref, Looking, c’était un bon moment.

Crédits: HBO

  • Visiteur

    HBO lançait à 22h30 la nouvelle dramédie gay « Looking ». Avec un lead-in modeste et un pitch très segmentant, le premier épisode n’a pas fait de miracles avec 338 000 téléspectateurs en première diffusion. L’audience grimpe à 606 000 téléspectateurs en incluant les rediffusions proposées plus tard dans la soirée.

    • https://season1.fr Claire

      Merci! C’est pas mal pour ce que c’est. En espérant que ça monte suffisamment pour garder la série en vie plus d’une saison…

  • joubou57

    C’est bien ce genre de commentaire « anonyme » qui reprend mot pour mot des propos tendancieux d’un site d’audiences. Quel courage !
    Ce pilote mérite bien plus que ce pauvre qualificatif. J’attends la suite avec impatience. Crtitique très juste pour ma part. Bravo !