Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: Man seeking Woman (FXX)

Pilote d’essai: Man seeking Woman (FXX)
Christophe Brico

La review

PILOTE
8
SCENARIO
8
CASTING
8
REALISATION
8
ENVIE DE VOIR LA SUITE
8
8

Rating

Dans la série “OVNI improbable de la télévision”, FXX nous offre une comédie adaptée du recueil de nouvelles “The last girlfriend on earth”, qui met en scène de manière absurde les rencontres romantiques d’un looser qui vient juste de se faire larguer. A la fois, drôle, impertinent et potache, Man seeking woman est de ces séries qui échappent aux standards. Que l’on aime ou pas, ça fait quand même du bien.

Girl you know it’s true (hou ! hou ! hou !)

Josh Greenberg, jeune homme un peu gauche au boulot d’intérimaire, vient de se faire jeter par sa copine après 4 ans de relation. Commence alors pour lui le difficile processus de rencontres, toutes plus ratées les unes que les autres, afin de trouver l’amour.

C’est ainsi que se résume l’intrigue de Man seeking woman. Pour autant, ce pitch ne rend absolument pas compte de ce qu’est réellement la série. En effet, ce show prend le parti de l’absurde, et met en image un univers métaphorique. Pas simple d’expliquer réellement ce qu’est cette série qui, disons-le, échappe tout de même aux standards des comédies auxquelles nous sommes habituées.

Peut-etre il faut commencer par dire un mot du créateur de la série, Simon Rich, qui se trouve également être l’auteur du recueil dont est adapté le show. Issue d’une famille “hype” de New-York (papa rédacteur au New-York Times, frangin écrivain, belle maman également journaliste pour le NY Times), il a fréquenté la préstigieuse école privée Dalton, puis Harvard. Engagé par le Saturday Night Live, il en fut le plus jeune auteur, et nominé pour un Emmy, et aujourd’hui il crée et produit Man Seeiking Woman alors qu’il n’a que 30 ans ! Le moins que l’on puisse dire est que le monsieur a de la créativité à revendre !

man-seeking-woman

Dans le rôle principal on trouve Jay Baruchel, parfait pour le personnage, que l’on a surtout pu voir au cinéma, notamment dans Tonnerre sous les tropiques, Les lois de l’attraction ou encore En cloque, mode d’emploi de Judd Apatow. Il a d’ailleurs également fait partie du casting de l’éphémère série Undeclared du même Judd Apatow. Le garçon incarne parfaitement ce personnage looser, qui est toujours pris dans des situations gênantes.

Et pour finir sur l’équipe de la série, il faut sans doute également citer Jonathan Krisel, également issu de la comédie (Funny or die, Saturday Night Live, Portlandia), qui réalise le pilote et le second épisode. Au moment où cet article est rédigé, la série a été commandée pour un premier run de 10 épisodes.

Man seeking

I am the Walrus (Coucou cou tchou !)

Pas simple de réellement expliquer ce qu’est Man seeking woman sans dévoiler un peu du contenu de ce pilote. En effet, au delà du pitch ultra classique (on a déjà eu cette saison Manhattan Love Story ou encore A to Z, disparus sur le champ de bataille), c’est surtout dans la forme que la série se démarque.

Tout d’abord, il faut dire que c’est une comédie en single caméra (donc pas une sitcom multi caméras, souvent tournée en partie en live), qui n’économise pas les effets visuels. Cela commence dès l’ouverture du pilote, où, après un court dialogue de rupture, la pluie, la grêle puis des pigeons tombent littéralement sur la tête de notre héros. Sans aller trop dans le spoiler, sachez que dans ce simple pilote de 22 min vous pourrez voir, en plus des pigeons qui chutent, un troll, Adolf Hitler ou encore Barak Obama.

Certes, si le procédé est drôle et franchement réussi, il faut bien avouer qu’il y a des petits problèmes de rythme dans ce pilote, certaines séquences étant un peu trop longues. Cela ne nuit pas à la qualité de l’ensemble à ce stade, mais à l’échelle d’une saison complète, une fois la surprise passée, cela pourrait devenir un handicap.

Au final, Man seeking woman est une de ces très agréable surprises, barrée, absurde, drôle, et surtout différente de ce que l’on peut voir par ailleurs. A découvrir. Prenant le contre-pied absolu de la rom’ com”, avec un ton qui évoque définitivement l’humour à la Judd Apatow, mais une mise en images qui fait plus penser à du Monthy Python, Man Seeking Woman s’applique à mettre au premier degré un univers métaphorique.

Crédits: FXX