Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: Mr Robot (USA Network)

Pilote d’essai: Mr Robot (USA Network)
Priscilla Casadei

Diffusé sur USA Network, Mr Robot est sans aucun doute un futur classique télévisuel.
Mr Robot nous plonge dans un univers sous-terrain très loin des séries mainstream auxquelles nous avons le droit depuis plusieurs années : celui des hackers.
Retour sur un pilote pour le moins prometteur.

Campé par Rami Malek (vu entre autre dans la Nuit au Musée), Elliot est un personnage singulier que le spectateur est amené à suivre et à écouter tout au long de l’épisode. Pour gagner sa vie, il travaille comme ingénieur en cyber criminalité au sein de la société AllSafe. Autrement dit il prévient et stoppe les attaques que subissent les entreprises qui en ont besoin cependant nous découvrons que cette vie ne lui plait pas car elle va à l’encontre de sa vision du monde, sombre, désillusionnée et soumise à ceux dont le porte monnaie est le plus important. Pour tenter de palier au dégoût que provoque en lui la société dans laquelle il évolue, Elliot enfile son masque de justicier de l’Internet la nuit en allant fouiller dans la vie des gens qu’il côtoie de prêt ou de loin. D’un patron de café à sa meilleure amie, Angela (jouée par Portia Doubleday), Elliot va utiliser toutes les données qu’il va pouvoir trouver sur Internet et les réseaux sociaux pour essayer de régler ce qui ne va pas dans ce monde. Il n’hésite pas à hacker des mots de passe pour et s’en sert pour punir des personnes malveillantes ou protéger ceux qu’il aime.

Dès la scène d’ouverture, on peut sentir que cette série est différente. Nous sommes loin d’une vision idéale de la vie : tout semble très anxiogène et froid. Ce sentiment est renforcé aussi par le fait que le spectateur n’a qu’un seul point de vue : celui d’Elliot. Le réalisateur, Sam Esmail, nous lie avec son personnage principal et ne nous laisse pas d’autre choix que de se mettre à sa place et d’être au moins aussi tourmenté que lui. L’épisode est donc ponctué par les réflexions d’Elliot en voix off et ses visites chez sa psy où il nous fait part de son mal être, de sa difficulté à se sociabiliser et des choses qui lui semblent aberrantes et pourtant totalement acceptée par la société. Pour lui, les héros sont contrefaits et le monde est un vaste canular. Elliot va finalement faire la rencontre de Mr Robot, interprété par le talentueux Christian Slater, dans le métro New Yorkais. Mr Robot va lui proposer de s’associer à lui pour faire tomber une des plus grosses firmes mondiales la E Corp qui génère principalement ses revenus et capitaux sur les crédits à la consommation et la vente de produits high tech. Problème : la société pour laquelle il travaille est aussi celle qui assure la sécurité d’E Corp. Cette sorte de Robin des bois moderne va donc forcer Elliot à faire un choix : bousculer le système économique mondial et s’accomplir dans ses aspirations de justicier ou rester dans son train train quotidien sinistre.

Mr Robot

Cette série aborde des sujets de société brûlants comme la spéculation, les profits des grosses sociétés qui exploitent les ressources humaines et matérielles sans aucun sentiment de culpabilité, la manipulation des plus riches sur le reste de la population, les côtés pernicieux et intrusif d’Internet via les réseaux sociaux ainsi que de la moralité actuelle. Le traitement de tous ces aspects guidé par Elliot et ses connaissances redoutables en informatique peut sembler difficile à digérer au premier abord : tout le monde ne maîtrise pas le jargon informatique. Cependant, Esmail ne laisse personne sur la brèche et permet de ne pas s’y perdre en expliquant de façon simple et intelligente ce qui pourrait être compliqué (comme le terme Rootkit par exemple). Donc pas d’inquiétude à avoir de ce côté-là.

La réalisation n’est pas en reste non plus, le pilote est fluide, la narration se déroule doucement (un peu trop parfois), et il n’y a aucune difficulté à suivre l’intrigue car tout les éléments sont mis en place progressivement sans que cela ne ressemble à du bricolage pour en dire le plus possible sur une courte période de temps.
D’un point de vue visuel, tout est très soigné et colle parfaitement à l’univers dans lequel Elliot évolue. Les décors sont froids, terriblement impersonnels comme à AllSafe ou même dans l’appartement du héro et on se sent encore plus mal à l’aise.
En revanche, la musique est un des points sur lesquels j’ai eu beaucoup de mal à accrocher car elle accentue encore un peu plus le malaise que l’on peut ressentir.

Mr Robot est donc une série qui a un fort potentiel car elle se démarque vraiment des productions actuelles. Elle ne pourra cependant pas plaire à tout le monde car il vous vaudra mieux être dans de bonnes dispositions : si vous cherchez un divertissement et de quoi rire, passez votre chemin. Mr Robot remplit bien son contrat de série dramatique et psychologique. Et tenez-le vous pour dit : USA Network est en tellement satisfait qu’une seconde saison a déjà été commandée avant même la diffusion du premier épisode, c’est vous dire la qualité de cette nouvelle production… Affaire à suivre en France !

Crédits: USA Network