Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Pilote d’essai: Scream (MTV)

Pilote d’essai: Scream (MTV)
Alexandre LETREN

La review

Pilote
6.5
Scénario
6
Casting
5
Envie de voir la suite
7
6.1

Le Scream paie

Une vague d’adaptations de films en séries s’empare de la télévision américaine. Alors que The Omen (La malédiction) va être dévoilé au Comic Con San Diego et que Minority Report arrivera la saison prochaine, MTV fait le pari d’adapter une franchise horrifique à succès, Scream, réalisé dans les années 90 par Wes Craven sur un script de Kevin Williamson (Dawson). « On ne peut pas faire de slasher à la télévision », dit l’un des personnages dans le pilote. Vérifions cet adage.

Retrouvez Screenplay spécial Slashers ici

A Lakewood, un tueur masqué déguisé en fantôme sème la terreur autour de lui, faisant remonter à la surface les secrets d’un passé trouble. Le coupable aurait-il un lien avec le mythique Brandon James, qui avait à l’époque laissé de nombreuses victimes sur son passage ? L’assassin était alors obsédé par la jeune et belle Daisy. La fille de celle-ci, Emma, a aujourd’hui l’âge de sa mère au moment des drames. Le cauchemar recommencerait-il ? Qui sera la prochaine cible du détraqué ?

« Pas de slashers à la télévision »? Il y a des précédents

Si l’horreur s’est taillée une place à la télévision depuis quelques années, le slasher n’est pas le genre le plus représenté. En tout cas nettement moins qu’il ne l »est au cinéma. Pas très représenté c’est vrai mais pas absent non plus.
On peut considérer que Bates Motel est le préquel d’un slasher car finalement, Norman Bates « au sommet de sa forme » se déguisera pour tuer des femmes à l’arme blanche.
En 2008, bien avant American Horror Story, CBS tente d’imposer une anthologie du slasher avec Harper’s Island. Si la série avait fonctionné, nous aurions eu à chaque saison un carnage différent dans un lieu différent. Au début des années 2000, avec son intrigue du Salem’s stalker, Des jours et des vies propose son slasher, son tueur éliminant méthodiquement tout le cast de la série.
De nouveau dans un soap, fin des années 90, NBC lance un nouveau daytime soap Sunset Beach et lors des épisodes des fêtes de fin d’année, un tueur masqué s’en prend à nos héros coincé sur une île pour le réveillon. Enfin, American Horror Story nous en a proposé à au moins deux reprises dans les saison 2 et 4 de la série. Mais ces quelques cas isolés ne permettent hélas pas de dégager une vraie tendance de fond…jusqu’à maintenant!!

scream-tv-series-pilote

« Le Scream était presque parfait »

Si l’on en croit ce qu’on peut lire un peu partout sur le net, Scream version MTV n’a pas convaincu grand monde. Beaucoup lui reproche de n’être qu’une pâle copie du film de Wes Craven, une série sans saveur qui n’apporte rien de neuf comme l’avait fait le premier film avec le genre.
Outre, et j’y reviendrai, que je ne partage pas du tout ce point de vue, je crois que l’erreur est de croire que Scream The TV series devait révolutionner quoi que ce soit. Scream devait à la fois se mettre dans les pas des films, et prouver qu’on peut faire du slasher à la télévision. C’est tout. Et sur ces deux tableaux, la série y parvient parfaitement.
Des personnages sans aucune profondeur? Honnêtement, pour en avoir vu beaucoup, je n’ai pas en tête de personnages issus de ces films qui en aient vraiment. Pardon Laurie Strode, Sydney Prescott ou les victimes de Jason dans Vendredi 13 mais on n’appelle pas pour rien ces héroïnes des « Scream Queens« .
Ce qu’on peut en revanche reprocher à la série, c’est justement de ne pas avoir prouvé que, passant à la télé où les personnages doivent avoir un peu d’épaisseur pour tenir sur la longueur, un slasher télé aurait du coup des personnages construits, charpentés et que le terme de « Scream Queen » deviendrait presque obsolète.
Dans le même registre, si la série ne lésine pas sur les références à l’univers télévisuel actuel (Hannibal, The Walking dead,…), et jouant les innovations technologiques et autres apps comme Facebook, Snap ou les selfies, elle n’évolue pourtant pas dans un univers où les films Scream semblent exister, en tout cas elle n’y fait pas référence de manière frontale, ce qui aurait vraiment pu être intéressant.

Scream slfie

Le pilote de la série multiplie les références au premier film de la saga, depuis la mythique scène d’ouverture jusqu’au meurtre de Tatum dans le garage. Ces clins d’oeil sont certes parfois très appuyés mais servent à poser l’univers, assurer le fan service comme pour mieux s’en défaire une bonne fois pour toute. On note aussi de multiples allusions à Vendredi 13, Halloween,…
Ce qui est malin c’est que Scream la série mélange les recettes de Scream (en reprenant le Ghostface) et ce qui fit le sel des précédents slashers à savoir une figure de croque-mitaine identifiée et nommée comme Jason, Michael ou Freddy…Ici c’est Brandon (bon ok c’est moins terrifiant d’un coup). Dès lors, plutôt que de se créer un vrai univers nouveau comme dans le premier film, la série semble plus ressembler à un grand mash up pouvant faire dire à ses détracteurs qu’elle n’invente rien. Sauf qu’elle le fait bien et c’est là qu’elle sauve sa peau.

Sans être la série de l’année, Scream est un très bon divertissement estival qui fait ce pourquoi elle est là: continuer l’aventure de la franchise tout en introduisant de nouveaux personnages. Pour s’assurer de réussir son pari, Scream doit adopter un format anthologique (si saison 2 il y a, l’intrigue doit repartir à 0), et faire que la saga des films faisait: assurer une vraie surprise quant à la résolution de l’intrigue (identité et motivation), voir allant là où le 4ème n’osait pas aller: ne pas offrir un vrai happy end. 

Crédits: MTV