Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: Silicon Valley (HBO)

Pilote d’essai: Silicon Valley (HBO)
Claire Tirilly

La review

Pilote
6
6

A confirmer

Hier, HBO lançait sa nouvelle comédie : Silicon Valley, basée sur les souvenirs de Mike Judge en tant qu’ingénieur à Palo Alto. Voyons voir ce que ça donne.

Richard Hendricks est un nerd. Un vrai, au plus bas de l’échelle de la nerdité, et même en travaillant à la Silicon Valley, il reste un looser. Il vit le rêve, mais sans les moyens d’en profiter à fond, parce que son boulot ne le paye pas assez pour lui permettre de se payer un loyer dans la Silicon Valley. Alors il vit en coloc avec une bande de nerds comme lui. Il a mis au point un algorythme génial, mais il ne l’utilise que pour une simple application musicale. Un jour, par un concours de circonstances, sa boite découvre son algorythme et lui propose de le lui racheter pour une grosse somme d’argent. Au même moment, un autre découvreur de talents lui offre la possibilité de développer son idée sans la lui acheter. La série va donc observer comment Richard et sa bande de copains vont monter leur projet au sein de la Silicon Valley, le tout avec l’idée de faire quelque chose de différent. Comme tout le monde.

Le pilote nous présente l’univers: une bulle aseptisée où tout est mis en place pour faciliter la productivité et la créativité. Les mini bus hyper confortables pour aller au boulot, les univers de travail qui ressemblent plus à des cours de récrés pour geeks, tout le monde a son projet de start up qui pourrait faire des millions… et évidemment les patrons prêts à tout pour s’enrichir. Les références à Google, Facebook, Yahoo et tous vos clichés sur la Silicon Valley sont utilisées pour créer ce microcosme dans lequel évoluent nos personnages. Et pour épicer le tout, on reprend les clichés du lycée. Les sportifs sont remplacés par les programmeurs stars, hyper cools et prompts à descendre n’importe qui un temps soit peu en dessous d’eux dans l’échelle du succès, soit nos personnages.

 

Pour l’instant,  on nous a donné un aperçu de ce que ça pourrait être, mais il faudra attendre l’épisode 2 pour voir comment le cadre mis en place pendant le pilote va réellement fonctionner.

L’idée de s’intéresser à des losers attendrissant surprend mais peut avoir son intérêt et la satire ne pourrait être plus claire. Il ne reste plus qu’à espérer que les personnages, particulièrement les grands patrons, soient décrits avec un peu plus de finesse que dans cet épisode. L’aspect bigger than life, culte de la personnalité peut rapidement devenir énervant.

Il reste que la série propose portrait des geeks et autres nerds dépassant les limites imposées depuis des années par The Big Bang Theory, et c’est appréciable.

Crédits: HBO

Laisser un commentaire