Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Commentaires

Pilote d’essai: The 100 (CW)

Pilote d’essai: The 100 (CW)
Charlotte Calignac

La review

Pilote
7
7

Efficace et intéressant

La planète Terre a été ravagée par une guerre atomique il y a près de cent ans et seuls quelques centaines/milliers de personnes dans des stations spatiales ont survécu et se sont alliés tous ensemble pour faire une grosse station multinationale (où tout le monde parle l’anglais bien sûr) appelée l’Arche. Depuis, ils attendent gentiment que la planète se dépollue. L’Arche décide d’envoyer cent délinquants mineurs pour voir si les radiations sont toujours mortelles (ou si Sa Majesté des Mouches est une histoire réaliste ? Ce n’est pas exclu).

J’aime le pitch. Hunger Games (des ados magnifiques à la mâchoire parfaite doivent subsister), rencontre Battlestar Galactica (la planète est morte et faut survivre dans l’espace) à la sauce CW (des gens beaux avec des hormones en suractivité), moi, ça me parle. La dernière fois que j’ai été autant motivée par un pitch, c’était pour The Following. Ça vous en dit long sur mon instinct (= ne vous y fiez pas).

L’histoire se divise assez rapidement, mais montre des faiblesses qui font lever les yeux au ciel (ou alors je deviens trop vieille pour la CW ?).

PilotD’un côté, on a les 100 délinquants sortis de leur prison qui atterrissent et font la rencontre de la planète Terre. Ils découvrent par la même occasion la liberté, et ont pour la première fois l’impression qu’ils peuvent reprendre leur (courte) vie à zéro, loin de l’Arche et des règles très strictes qui régissent leur système. En même temps, aucune incartade n’est tolérée sur l’Arche et vu comme c’est compliqué de survivre avec le peu d’air dont ils disposent, on comprend bien pourquoi on ne s’embarrasse pas de contrevenants. Ce qui fait que parmi les 100 qui débarquent sur Terre, tous ne sont pas des grands malades. Y a des ados qui apparemment fument de la drogue conservée même sans herbe, soleil ni eau courante dans l’Arche, d’autres qui se font piéger, d’autres qui sont justes nés (un seul enfant par famille). Après, y en a qui tentent de tuer le Big Boss de l’Arche et qui font un peu flipper. C’est donc un joli méli-mélo de sociopathes et de mégalomanes.

Parmi les 100, deux groupes se forment. Celui de l’héroïne (ils sont 5, c’est dire comme ils sont puissants) qui acceptent d’obéir aux ordres de l’Arche, d’aller chercher des provisions, et essayer de contacter les autorités là-haut pour expliquer qu’en gros c’est bon ils peuvent revenir peupler la Terre. Ce groupe-là découvre (parce qu’on ne s’en doutait pas du tout) que les producteurs ont été inspirés par Lost et qu’ils ne sont pas seuls sur Terre (oh mon dieu mais qui peut lancer des piloris sur des dizaines de mètres sans louper leur cible ? Pas moi, j’arrive même pas à lancer des bâtons à mes neveux). Celui des Autres (95 – 2 morts pendant l’atterrissage = 93) qui se rebellent contre l’ordre établi (lutte des classes comprises, apparemment), savent créer des feux de camps, et décident de brûler les bracelets qui transmettent des informations sur leur état de santé à l’Arche. Comme ça, les adultes pensent qu’ils sont morts et choisiront de ne pas rentrer sur Terre.

D’un autre côté, on a l’Arche avec les adultes composés de médecins (beaucoup de médecins) et d’un Chancelier (c’est Isiaah Washington, le docteur qui s’est fait virer de Grey’s Anatomy). Eux, ils se chamaillent, observent les signes vitaux des gamins et essaient d’en tirer des conclusions. Sur l’Arche, on comprend l’enjeu de cet envoi de masse de 100 gosses : il y a un problème de fuite et l’air s’échappe de l’Arche. Globalement, il faudrait tuer 100 personnes pour gagner un mois, et ça urge un peu. Décisions, décisions…

Voilà globalement ce qu’on retient de ce pilot. C’est la merde, mais heureusement, le destin de l’humanité est entre les mains d’adolescents frappadingues. Je serais eux, je commencerais à m’entraîner à respirer moins et j’arrêterais le sport (je plaisante, je mets un point d’honneur à ne jamais faire de sport).

the-100-cw-tv-reviewBon, je charrie mais c’est pas si mal que ça. J’ai détesté Sa Majesté des Mouches parce que c’était gore et que je dois être quelqu’un de fondamentalement gentil qui ne comprend pas la cruauté, mais l’idée de groupes se créant spontanément avec des leaders aux idéaux opposés, l’idée qu’ils ont de la liberté et la volonté des jeunes de vouloir s’affranchir d’une société qui les a étouffés et se les est aliéné en voulant jouer la carte de la survie sans la moindre flexibilité sont des concepts assez mûrs (plus mûr que ce que The Originals tente de faire en tout cas) qui me parlent. Sur l’Arche, c’est assez maladroit et caricatural, mais on comprend aussi l’urgence de la situation et les enjeux sont suffisamment importants pour s’y intéresser.

Le problème, c’est qu’on voit assez vite les limites du concept. Que les ados soient envoyés, on peut l’expliquer par le fait que les adultes ne vont pas en prison : ils sont exécutés immédiatement après avoir été jugés (sommairement, c’est assez expéditif comme fonctionnement). A partir de là on comprend bien qu’il n’y a pas d’autre solution. Mais je ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas envoyé des volontaires adultes pour les encadrer par la même occasion ? Et surtout, pourquoi le Chancelier envoie son fils qui a fait exprès de se faire arrêter sur Terre s’il a si peur que les radiations le tuent ? Il veut pas attendre un peu, histoire de voir comment ça se passe ?

Et je ne comprends pas trop non plus pourquoi les adultes ne communiquent pas le fait que la situation va vite devenir encore plus difficile et ne proposent pas que des volontaires aillent repeupler la Terre. Clairement, l’Arche n’est pas une démocratie, mais au lieu d’exécuter des gens sommairement, y a des solutions bien plus simples comme la communication à quelques personnes, voire carrément à ceux qui ont commis un crime. Au lieu de les laisser tomber dans le vide intersidéral, pourquoi ne pas leur laisser le choix ? « L’espace ou d’éventuelles radiations, puisque tu as eu un deuxième enfant, vile catin ? » Ca fait un peu lever les yeux au ciel, comme je disais. Faut passer outre, et après ça devient assez plaisant.

Enfin, je vais être chiante, mais ils sont les arrières-petits-enfants de mecs qui ne vivaient déjà pas sur Terre. Ok, ils ont sûrement des livres, mais en attendant : comment ils savent à quoi ressemble l’Arc de Triomphe et tous les trucs terrestres qu’ils ont dessiné sur les murs de la prison ? Comment ils savent faire un feu de bois sur Terre ? L’héroïne explique qu’elle sait lire une carte et se repérer (parmi des montagnes qui se ressemblent toutes, elle arrive à comprendre qu’ils n’ont pas du tout atterri au bon endroit mais à 20 miles du point prévu. Je ne sais pas vous, mais moi sans Google Maps je m’assois et j’attends qu’on vienne me chercher) grâce à son père, mais personne n’a essayé de leur filer une encyclopédie ou un guide de survie qui leur donne des indices sur ce qu’ils peuvent manger et ce qu’il faut absolument éviter ? Ils veulent qu’ils survivent ou qu’ils meurent, ces abrutis d’ados hormonaux ? Je pinaille, je sais, et faut suspendre sa crédulité (encore plus) devant de la science-fiction, mais au moins dans Hunger Games on nous explique que les enfants sont entraînés. Pourquoi, en une phrase, ils n’ont pas mentionné un système scolaire qui leur inculque ne serait-ce que de la théorie dans le cas d’un retour sur Terre imminent ?

the 100

Evidemment, c’est made in CW, donc c’est bourré d’ados qui vont tous coucher ensemble et qu’on a l’impression d’avoir déjà vu : y a la version jeune de Rebekah de TVD/The Originals, la copie conforme de la reine de Reign, la version américaine du Visiteur du Futur (!!!), et le format ‘jeune’ de Jon Snow. J’ai réussi à retenir trois prénoms (celui des filles, et celui du Visiteur du Futur parce que dans les 5 dernières minutes qui sont téléphonées il a subitement une identité !). Evidemment, c’est made in CW donc ils ont recyclé les acteurs adultes. On a un mec de Gilmore Girls, Kelly Hu vue dans TVD récemment, Isiaah Washington, et une fille qui a apparemment joué dans Person of Interest (mais j’ai cru que c’était la mère dans 90210 Nouvelle Génération j’ai bien fait d’aller voir).

Contrairement à ce que mes critiques suggèrent, j’ai aimé ce pilot. Il était efficace, un peu en sous-représentation féminine mais au moins elles ont une personnalité (et un prénom). Mais je pense que la série gagnera à être regardée en format marathon et non de façon épisodique, histoire de voir l’évolution sur une saison. Du coup, je pense que je serai un peu frustrée semaine par semaine, et qu’à terme je suivrai la série l’été une fois que chaque épisode aura été diffusé. Donc mon conseil pour The 100, binge-watchez quand vous vous ennuierez sur la plage pendant que vos enfants feront des pâtés de sable.

Sinon, pour ceux que ça intéresse j’ai fait les comptes. En une journée, il y a 3% de décès (je suis mathématicienne : ils sont 100 envoyés, 3 morts). Je vais essayer en visualisant la suite de faire le calcul, mais sur 13 épisodes, si on garde une telle moyenne, on devrait arriver à 61 survivants. Ça craint pour les saisons prochaines. Par contre, j’espère qu’ils arrêteront de nous faire croire que les deux héroïnes peuvent être en danger. C’est pas du tout crédible, selon les Grandes Lois de la CW elles sont trop belles pour mourir.

Crédits: CW

  • http://thierryardiller.com thierry

    Entièrement d’ac avec tout ce que vous avez dit.
    (leur capacité d’auto satisfaction permanente est pénible, en plus.)
    j’imagine Descraques devant son écran et découvrant que les ricains lui ont pompés son look ! !

  • Pingback: The 100: Génération sacrifiée | Season One()