Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

3 Commentaires

Pilote d’essai: The affair (Showtime)

Pilote d’essai: The affair (Showtime)
Christophe Brico

La review

Pilote
7
Casting
8
Scénario
7
Réalisation
8
Envie de voir la suite
8
7.6

Affaire à suivre...

Nouvelle venue sur Showtime, The Affair agrémente le catalogue de programmes originaux de la chaîne d’un nouvel opus dont le moins que l’on puisse dire est qu’il est qualitatif. La chaîne, qui se pose un peu comme une petite sœur de HBO, a depuis quelques années développé une programmation de bon niveau avec notamment des séries comme Dexter ou Homeland et qui diffusera la très attendue saison 3 de Twin Peaks. Premier regard sur leur nouvel opus.

Man on the moon

Noah Solloway (Dominic West) est professeur à New-York, père de 4 enfants et auteur ayant déjà publié un premier roman mais peinant à en finir un second. Alison Lockhart (Ruth Wilson) est serveuse à Montauk (Long Island), brisée par la perte de son enfant et errant dans sa propre existence. Cette histoire nous raconte leur histoire, confrontant les points de vue de l’un et de l’autre.

A priori, The Affair nous raconte la plus vieille histoire du monde : l’histoire commune d’un homme et une femme, chacun engagés de leur côté. Comment se rencontrent-ils ? Comment se rapprochent-ils ? Que leur arrive-t-il ? Qu’arrive-t-il à leurs conjoints ? Néanmoins la série nous propose une façon assez efficace de raconter cette histoire, ou plutôt une double façon : la narration épouse séparément les points de vue de Noah Solloway et d’Alison Lockhart, et le tout en flashback.

Mais avant de rentrer dans le cœur de ce pilote, quelques mots sur l’emballage. Le pilote de The Affair est réalisé avec soin. Mark Mylond, pas très connu au bataillon, nous propose une mise en scène élégante, fait attention à ce que les ambiances très particulières de la région dans laquelle se déroule l’action soient bien rendues, que les personnages soient mis en valeur de manière à ce que l’on comprenne la complexité de leurs émotions, de ce qu’ils traversent. C’est d’autant plus important que les créateurs de la série Sarah Treem et Hagai Levi (In Treatment), sont plutôt des auteurs du statique, de la conversation. Ce mélange d’une écriture du relationnel avec une mise en scène qui évoque plutôt le thriller psychologique, donne au pilote de The Affair une ambiance singulière, et surtout efficace. Le quatuor qui porte cette histoire est, lui aussi, pour beaucoup dans la qualité de l’ensemble. En sus des deux personnages centraux, les conjoints sont le contrepoint indispensable à l’équilibre de l’ensemble. Maura Tierney (qui interprète Helen Solloway) et Joshua Jackson (ici Cole Lockhart) nous proposent des personnages en subtilité, alors même que la place qui leur est accordée est complexe dans la mesure où ils sont perçu par les yeux de Noah et Alison. Le jeu de la perception est tout l’enjeu de ce show.

Girls, they wanna have fun

The Affair est donc avant tout une histoire de perception. Si l’écriture nous promet un twist à un moment futur de l’histoire, ce n’est pas le cœur de cette série. En le pilote est clairement découpé en deux parties : la perception de Noah dans la première moitié, et la même histoire (ou en tout cas la même période de temps), perçue par Alison. Chacun des deux vit une tragédie du quotidien : Lui a une belle famille, une femme séduisante, mais souffre de ne plus avoir d’intimité avec sa compagne et de dépendre financièrement de sa belle famille, étant un auteur sans succès. Elle vient de perdre son enfant, et si son compagnon semble être un gars comme un autre, on comprend rapidement qu’elle est en proie à une profonde dépression. Le jeu de la double perception permet aux auteurs de ne pas avoir besoin de mettre en scène des situations incroyables, la simple mise en présence de ces deux banalités suffit à créer le drame.

affair

 

Pourtant, le jeu de la télévision se fonde sur l’attente et la durée. Dès lors, c’est un second concept narratif qui permet de générer cet effet. Après quelques minutes, un dialogue en off entre en scène, d’après ce que l’on comprend, Noah et Alison sont interrogés. A priori par la police. On ne nous donne pas grand chose dans cet épisode, mais l’on comprend, ou semble comprendre, que plusieurs années se sont écoulés depuis les événements dépeints dans le pilote, qu’un événement a du intervenir amenant nos personnages dans cette situation.

Globalement, The Affair est une série qui s’ouvre sur un pilote engageant. Dépeignant une histoire qui n’est pas nécessairement originale, la forme ainsi que la capacité du cast a incarner ces personnages sans excès permet une narration de belle qualité.

Crédits: Showtime