Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Season One fais moi peur…avec Twin Peaks

Season One fais moi peur…avec Twin Peaks
Christophe Brico

En cette semaine d’Halloween, Season One inaugure une série d’articles pour fêter comme il se doit cette fête des monstres en tout genre. Moments de terreur en séries ou épisodes d’Halloween, la rédaction de Season One se plie en 4 pour vous procurer des nuits blanches!!!

Parental-Advisory

Diffusée sur ABC de 1990 à 1991, Twin Peaks est une sorte de soap déformé, explorant à la fois les terres de l’enquête policière, de l’angoisse dans un univers fantastique et fantasmé. Après une courte première saison (7 épisodes) qui pose le concept et l’univers, la seconde saison manipulera tous les éléments pour créer un show qui, encore aujourd’hui, est unique en son genre. A l’occasion de l’ouverture de cette seconde saison, une séquence particulièrement dérangeante et angoissante, pose le ton, et vient essayer de vous donner des cauchemars.

Dans la séquence qui nous intéresse, c’est justement Ronette qui rêve, dans son coma, de Bob (Franck Silva), véritable démon de la série, aux cheveux gris et longs et au costume en jeans. Les interventions de Bob constituent toujours des moments angoissants dans la série, mais cette séquence en particulier montre un moment important dans la narration : le meurtre de Laura Palmer.

Au début de la séquence il y a des images de couloirs vides, c’est l’hôpital de Twin Peaks, puis un travelling qui évoque irrémédiablement le Shinning de Stanley Kubrick. Le code de cette mise en scène est si fort que l’on sait immédiatement que l’on est dans une scène de peur. Arrivée dans la chambre où repose Ronette, Un mouvement de bras presque surnaturel nous indique que nous pénétrons dans son rêve comateux.

S’en suit une série syncopée d’images chocs : le wagon dans lequel Laura Palmer a été tuée, Bob hurlant devant le corps de Laura, Bob courant dans la maison de Laura, Laura hurlant avec un visage déformé et ensanglanté, Bob frappant quelque chose à deux mains avec une grande violence.

Ronette ouvre les yeux.

Séquence d’images suivante : le corps sans vie de Laura éclairé au stroboscope. Un papier sur lequel est inscrit “Fire walk with me” en lettres de sang. Bob qui pousse un hurlement surnaturel devant le corps sans vie de Laura.

Twin Peaks est un show qui, dès le départ, joue avec les codes de l’angoisse. Cela fait partie de l’ADN de la série. Au fil des 7 épisodes de la première saison, le spectateur aura compris que, comme une grande partie du cinéma de David Lynch qui crée la série, le show est une exploration métaphorique du mal. Dans cette histoire, tous les personnages ont un élément de noirceur en eux, qui les définit. En plus des habitants “réels” de la petite ville, Twin Peaks nous offre aussi une galerie de personnages fantasmagoriques parmi lesquels le Géant, le nain de la loge noire, et bien entendu Bob, le tueur.

bob tp

La séquence du rêve de Ronette, qui clôt le premier épisode de la saison 2, est effrayant à double titre : tout d’abord parce qu’il met en scène la sauvagerie de la mort de Laura Palmer des mains de Bob, qui a déjà valeur de Boogeyman pour les spectateur de la série. Bob est déjà associé à la peur. Mais la séquence est également effrayante parce que les images de Laura Palmer ne sont pas uniquement celle d’une victime, mais aussi celle d’un monstre. Dans cette histoire, il n’y a pas d’échappatoire, pas de chevalier blanc qui vient sauver la princesse, pas d’éclair de bonté qui vient rattraper l’horreur. Il n’y a que le mal ajouté au mal et incarné par des personnages qui sont tous, d’une manière ou d’une autre, des monstres.

La force de cette séquence est d’utiliser une mise en scène qui induit tous les codes de l’angoisse telle qu’on peut le voir dans le cinéma d’épouvante de l’époque, ou plus généralement dans les films qui sont à la frontière comme Le Silence des Agneaux. Séquences d’images courtes et syncopées, utilisation de la lumière, de l’ombre, visages exprimant une folie, sons déformés. Tous ces éléments sont d’autant plus probants de la volonté de rendre cette séquence réellement effrayante que c’est elle qui constitue la conclusion de l’épisode. Là encore, pas d’échappatoire, les dernières images que garderont les spectateurs de cet épisode seront celles de la folie, de l’horreur et de la mort.

Dire de Twin Peaks que c’est une série qui aura marqué son époque est un euphémisme. Encore aujourd’hui, peu de séries auront été capables de proposer un univers aussi riche et original que ce show. Grâce à une esthétique particulière, à l’aspect fantasmagorique de l’histoire, Frost et Lynch auront pu, sur un network, aborder allègrement dans leur soap du mal, des questions de meurtre, inceste, viol, sexualité débridée, drogue, escroquerie, folie, mort. Et nous livrer quelques séquences réellement dérangeantes de la télévision, comme celle du rêve de Ronette.

laura palmer

Si le show n’aura duré finalement que 29 épisodes, il aura marqué une génération et ouvert des portes à la télévision. “Qui a tué Laura Palmer ?” est un slogan aussi célèbre que “La vérité est ailleurs” ou encore “Winter is coming”, et ce n’est pas pour rien.

Crédits: ABC

Laisser un commentaire