Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Séries Mania 2013: La vitrine de la création internationale

Séries Mania 2013: La vitrine de la création internationale
Alexandre LETREN

La 4ème édition du Festival Séries Mania vient de se terminer avec la remise des prix de la presse. Après une semaine intense pour l’ensemble des participants et des journalistes, il est temps de dresser un bilan de toutes les belles choses que l’on a pu voir durant cette semaine via la vitrine de la création internationale. De beaux moments, de grands voyages et de belles découvertes.

En marge du Festival Séries Mania, de ses projections et rencontres, les journalistes accrédités ont eu le loisirs de découvrir les séries du monde entier par le biais de la Salle des collections, un endroit « magique » où chaque journaliste peut à volonté regarder toutes les séries qu’il souhaite dans le meilleur des cadres. La salle des collections est un endroit chaleureux, doux où l’on prend plaisir à s’installer via de minis canapés, face à un écran d’ordinateur, afin de découvrir toutes les séries que l’on souhaite. Mis à part les séries américaines, les journalistes ont pu effectuer le plus beau des voyages au travers de l’espace et du temps dans des univers sériels dont ils n’ont pas connaissance parfois. Tout l’intérêt d’un tel lieux est de se plonger dans des programmes que l’on n’aura pas l’occasion de voir dans notre pays, ou du moins pas avant un long moment.
Que faut-il retenir de cette semaine de visionnage intense?

forum images

  • Coup de coeur Season One: Redfern Now
    Série d’anthologie australienne qui nous emmène à Sydney en Australie dans le quartier aborigène de Redfern. Dans cette série qui date de 2012, on va découvrir 6 histoires qui dressent chacune dans leur registre le tableau d’une communauté de laissés pour compte que son les Aborigènes, dans leur propre pays. 6 histoires poignantes et au message universelle. 6 histoires dont celle d’un étudiant qui refuse de chanter l’hymne australien. Une série magnifique. Première série écrite, produite et jouée par des Aborigènes.
    redfern_now
  • Coup de coeur Season One: Allenby
    Série israélienne signée Gadi Taub et Erez Kav-El.
    Mika, une jeune strip-teaseuse, se fait tabasser dans une discothèque. Cet incident va révéler la violence des videurs du club, la vie et les secrets des protagonistes : le patron du club, amoureux de Mika, les stip-teaseuses et un journaliste d’un magazine de Tel-Aviv venu pour un reportage sur les bas-fonds de Tel-Aviv. Cette série nous fait pénétrer dans les entrailles du melting pot israélien, un univers où les apparences sont trompeuses. Violente, sombre mais rapidement addictive, Allenby se révèle passionnante. Une très belle surprise.
    Allenby
  • Le choc de la semaine: Unité 9
    Série québécoise de Danielle Trottier
    Cette série raconte l’incarcération d’une mère de famille approchant la cinquantaine, qui vient tout juste d’être condamnée pour tentative de meurtre. Dans cet environnement hostile qui lui est nouveau, elle devra apprendre à survivre tout en relevant le plus grand défi de sa vie : soutenir d’autres femmes et les aider à reprendre leur vie en main. On pensait avoir fait le tour avec les séries carcérales. On avait déjà eu le droit à une série allemande de femmes prisonniers, Les Condamnées. Mais cette série se démarque par son scénario réussi et sa réalisation enlevée.
    unité 9
  • L’histoire en marche: Volver a nacer
    Série argentine de 2011 et qui raconte l’histoire de Soledad et Pilar, deux soeurs jumelles séparées à la naissance. Des années plus tard, Soledad se rend pour la première fois dans la capitale, alors que Sebastian, le frère supposé de Pilar, revient en Argentine pour découvrir la vérité sur leurs origines. Une série qui revient sur le drame des bébés volés durant la dictature argentine. Durant la période de la dictature (1976-1983), on évalue à plus de 500 le nombre de bébés volés puis adoptés illégalement. Seuls 107 ont été identifiés à ce jour. La série est intéressante même si sa construction n’est pas la plus originale du monde et elle rappelle ce que l’on a pu faire dans d’autres pays, notamment en France avec une série comme Les grandes marrées (TF1). Mais pour la capacité à s’emparer d’une affaire brûlante, la série vaut le détour.
    volver
  • La curiosité de la semaine: Noces croisées
    C’est aussi ça le plaisir ce Festival: aller découvrir des séries de pays comme le Burkina Faso.
    La série suit l’histoire de Hamed qui veut épouser Mimi mais son père refuse car elle n’est pas musulmane. Ou encore Marcel, catholique, amoureux de Roucky, musulmane.
    Cette série que l’on a pu voir aussi sur TV5 Monde prend de faux airs de soaps.
    Mais malgré le charme de se tourner vers des séries d’un continent comme l’Afrique dont on ne connaît que très peu la production, il est assez difficile d’accrocher au style de la série, très surjoué.
    nocescroisses-cast
  • On se la joue « comme les Américains »: El laberinto
    « I know what you did…il y a 15 ans », tel pourrait être le slogan de cette série colombienne (pour pasticher le film Souviens-toi l’été dernier). Quand un homme se met à recevoir des messages de menaces lui informant que quelqu’un connaît le crime qu’il a commis 15 ans auparavant (le meurtre de la femme de son boss) et pour lequel il n’a jamais été inquiété, tout bascule. D’autant que dans l’ombre, un mystérieux groupe semble tirer les ficelles de sa vie et de son futur.
    La série a tous les airs du high concept à l’américaine, une histoire à tiroirs et qui fonctionne bien. Du bon divertissement!
    El_Laberinto_Caracol_TV

On aurait pu en retenir bien d’autres mais le manque de temps a fait que l’on a eu du mal à tout voir (si on ajoute la projection des séries françaises). Mais cette vitrine de la création internationale qui revient cette année pour la seconde fois, est une très belle initiative qui permet aux journalistes se s’ouvrir au monde en matière de séries et de sortir du carcan des séries françaises, américaines, anglaises ou nordiques maintenant.