Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Séries Mania 2014: Ainsi soient-ils saison 2, promesses tenues

Séries Mania 2014: Ainsi soient-ils saison 2, promesses tenues
Carole Llombart

Attendre impatiemment la deuxième saison d’une série française n’arrive malheureusement pas si souvent. Mais avec Ainsi soient-ils, cela ne fait aucun doute. Et pourtant, au départ, rien ne prédestine cette série à susciter l’engouement. Pensez, un drama diffusé sur Arte qui explore les tréfonds de l’âme humaine à travers cinq jeunes hommes se destinant à la prêtrise, cela ferait plutôt fuir. Et pourtant, la première saison remporte un succès critique et public. Malgré les quelques défauts qui subsistent dans l’écriture et la construction des personnages, on se prend au jeu de cet univers et on en redemande. Les deux premiers épisodes projetés à Séries Mania ce mardi 29 avril confirment cette bonne impression et élèvent le niveau.

Bruno Nahon (producteur et cocréateur) le dit et le redit : le gros avantage de travailler sur une série est de pouvoir s’améliorer à chaque saison, apprendre de ses erreurs et aller de l’avant. À n’en pas douter, les scénaristes ont travaillé leurs personnages et les enjeux. Les créateurs ont pour ambition d’écrire et produire un drama centré sur l’âme humaine. La première saison avait parfois pêché sur ce terrain, la faute à certains dialogues encore trop littéraux et des storylines semblant sortir de nulle part.

En ce début de saison 2, les choses sont bien plus claires. On aurait pu craindre que le premier épisode soit une fastidieuse exposition, afin de remettre les téléspectateurs sur les rails. Les créateurs ont choisi l’ellipse temporelle, ce que certains pourront regretter alors que la première saison se terminait sur un cliffhanger. Mais cette ellipse temporelle permet au contraire de mieux situer les personnages là où ils en sont et de rentrer tout de suite dans le vif du sujet. Les créateurs ont également dû réagir suite au décès de Michel Duchaussoy qui interprétait monseigneur Roman, président de la Conférence des évêques de France. La disparition de ce personnage est intégré à l’intrigue et son successeur, interprété par Jacques Bonnaffé, permet d’emmener cet arc narratif dans une autre direction et de proposer un personnage diamétralement opposé et plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. D’ailleurs, cette deuxième saison ne manque pas de nouveaux personnages qui trouvent leur place et leur ton.

On reproche souvent aux séries françaises de ne pas s’ancrer dans une temporalité définie et de fuir comme la peste tout contexte d’actualité (à l’exception notable de Plus belle la vie). E cette saison, Ainsi soient-ils décide de s’attaquer à un sujet particulièrement sensible : le mariage homosexuel. La sexualité des jeunes aspirant prêtres était déjà au cœur de la première saison, mais parfois de façon peut habile, comme l’homosexualité de Jérôme. Avec cette saison 2, ces importants enjeux sont bien mieux maîtrisés, font sens avec les personnages et la gestion de ce sujet de société qui a tant clivé est, pour le moment, traité avec justesse.

Ces deux premiers épisodes sont très prometteurs et annoncent une belle deuxième saison. Un seul défaut : il va encore falloir attendre avant de la découvrir sur nos petits écrans. Mais que cette attente fait du bien !

Ainsi soient-ils, saison 2, 8×52 minutes. Coécrite par David Elkaïm, Vincent Poymiro et Arthur Harari. Diffusion dans l’année sur Arte