Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Stella, la série qui vous donne le sourire

Stella, la série qui vous donne le sourire
Claire Tirilly

Il est de ces fictions qui ont le don de vous arracher un sourire toutes les 3 minutes. Stella en est. La dernière création de Ruth Jones, déjà aux manettes de Gavin and Stacey avec James Corden, rayonne d’une simplicité à découvrir.

Le principe est simple, raconter la vie de Stella, une mère célibataire de 3 enfants de 13, 16 et 24 ans, qui vit avec pas beaucoup de sous dans un village du Pays de Galles. On va suivre sa vie quotidienne et celle de ses proches, sa belle-soeur tendance alcoolo qui tient une maison funéraire, son ex et sa copine blonde dans tous les sens du terme. Et puis surtout ses 3 enfants, Ben, le gamin un peu intello qui vient de se mettre au rugby, Emma l’ado pas facile et Luke, qui est en prison pour vol de voiture au début de la série. Ça pourrait facilement ressembler à une version galloise de Shameless, et c’est pourtant tout le contraire.

Car Stella est attachante et drôle. Et enjouée. Elle tente de se dépétrer de ses problèmes de manière sensée et simple, en faisant de son mieux en respectant son système de valeurs. Quand sa fille lui annonce qu’elle veut quitter l’école, elle s’y oppose en argumentant qu’elle veut une meilleure vie pour elle. Mais elle est aussi est incapable de voir qu’elle suscite l’intérêt des hommes tellement elle n’envisage pas qu’à 42 ans, avec quelques kilos en trop, quelqu’un puisse encore vouloir d’elle. Enfin elle attend fébrilement le retour prochain de Luke à la maison.

Stella est entourée d’une galerie de personnages tout aussi attachants que drôles. Il y a Daddy, l’ancien, qui rappelle le personnage du vieux prêtre sénile dans Father Ted. Il parle un charabia que tout le monde dans le village semble comprendre, sauf le télespectateur. Et puis Paula, la belle-soeur et meilleure amie un peu fofolle portée sur les jeux de rôles sexuels. Ou encore Karl, l’ex-mari pas très malin. Et la série raconte les histoires simples, touchantes et drôles de tout ce petit monde.

On retrouve du Gavin and Stacey dans l’écriture, des blagues qui reviennent régulièrement, des formules typiquement galloises, et la même tendresse pour les personnages. L’image aussi est belle, claire, verte, le pays de Galles à portée de main.

Stella raconte des histoires de vie, sans artifices scénaristiques toutes les deux minutes, sans grand chambardement toutes les 15. On s’y dispute, on s’y réconcilie, on se débrouille pour vivre ensemble. Et c’est ça qui est bien. Un peu à l’image de Looking ou de Parenthood, elle propose un regard sobre et réaliste sur la vie. Sans drames, sans larmes (ou presque) et des sourires plein les yeux. Elle compte aujourd’hui parmi ce qui se fait de mieux au Royaume-Uni.

Stella-Ruth-Jones-31Stella est diffusée en ce moment sur Sky 1 au Royaume Uni. Elle compte pour l’instant 3 saisons de 10×42 minutes. Un christmas special et une saison 4 ont déjà été commandés. Et on trouve les dvds chez les bons revendeurs, à priori en export, parce que curieusement, aucune chaîne française ne l’a achetée. Moi, j’en suis à l’épisode 7 et j’ai du mal à m’arrêter.

Crédits: Sky 1