Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

[The Strain] Richard Sammel: « Les séries ont sauvé la télévision »

[The Strain] Richard Sammel: « Les séries ont sauvé la télévision »
Alexandre LETREN

La série The Strain vient de faire son retour à la télévision américain, sur FX, pour une saison 2 inédite. A cette occasion, j’ai eu l’occasion de recevoir dans La loi des séries (Radio VL) l’un des comédiens de la série, Richard Sammel (Thomas Eichorst) qui en a profité pour nous donner son lien avec le support série. Un discours qui fait vraiment plaisir à entendre:

« Les séries ont sauvé la télé au niveau mondial, c’est très clair. Regardez à quoi ressemblait la télévision avant que les séries n’aient pu s’implanter, regarder la poubelle qu’était la télé. Pour la télévision, l’arrivée des séries est une relation « win-win » pour tout le monde. C’est une situation gagnante pour le comédien car il récupère une notion fondamentale qui est le temps. Le temps de développer une histoire, un personnage, ce qu’on ne peut pas faire au cinéma car tu racontes toute une vie, toute une histoire en 2 heures, 2 heures 30. Et au niveau commercial, c’est bien entendu gagnant car c’est format vendable qui n’a rien à voir avec un unitaire qu’on aurait du mal à vendre dans d’autres pays. Ce sont des sagas, des épopées, qu’il faut accompagner un certain nombre de temps pour espérer pouvoir les vendre. Mon expérience américaine m’a appris qu’il faut un minimum de 36 épisodes, 3 saisons, et une version anglaise pour vendre un projet.
Ce qui est intéressant avec la série c’est qu’à partir du moment où tu as le temps, tu peux t’intéresser à tous les personnages. Chaque personnage a le droit d’y raconter son histoire, le plus méchant, le plus vicieux jusqu’à la plus grande héroïne. On créé ainsi de nouveaux héros, une nouvelle mythologie. Les mythologies des temps modernes ne sont pas arrivées avec les livres mais avec les séries. »

strain-occult-1

Pour écouter l’intégralité de l’interview, c’est ici que ça passe