Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

4 Commentaires

This is the end (6/8): Dawson

Claire Tirilly

L’été 2013 verra la fin de deux grandes séries de la télévision américaine que sont Dexter et Breaking Bad. Après respectivement 8 et 5 saisons, ces séries vont tirer leur révérence. Si tout le monde salue la qualité constante de Breaking Bad, beaucoup disent que Dexter n’a que trop duré. On a donc décidé de profiter de cette actualité pour revenir sur 8 fins de séries avec deux questions à la clé: Comment l’ont-elles gérée? La fin est-elle satisfaisante? Place cette semaine à la série d’une génération: Dawson.

dawson's-creek-poster

Je ne sais pas pour vous, mais Dawson, pour moi, c’est comme un pote, un copain d’adolescence. J’ai presque littéralement grandi en même temps que lui. J’ai passé des goûters en famille à regarder ses aventures, à discuter avec des copines pour savoir si oui ou non, Joey et Pacey étaient faits l’un pour l’autre, et comment ils devraient le lui dire. Je me suis énervée contre Dawson d’être si méchant avec son meilleur ami, stupide dans sa relation avec Joey, j’ai compatis à la vie parfois bien merdique de Jen, et Jack a du être l’un des premiers gays que j’ai connu. (Ben oui, ça arrive) Bref, Dawson et sa bande, c’est un peu comme des potes pour moi. Malgré ses faiblesses, elle reste pour toujours une de mes séries cultes.

Ceci dit, passons aux choses sérieuses, le final. Donc on en est à la saison 6, tout le monde sait, sent, qu’il est largement temps d’en finir. On ne s’étendra pas sur le détail des storylines de la dernière saison auxquelles le final ne fera quasiment aucune référence. Les scénaristes choisissent de clore tout lors des épisodes 21 et 22, se laissant le champ libre pour faire le final qu’ils veulent avec les épisodes 23 et 24. Ils rappellent aussi le créateur de la série, Kevin Williamson, qui avait déserté les rangs deux saisons auparavant. L’idée est de revenir aux sources et d’offrir aux personnages et aux fans le final qu’ils méritent. Et on va en avoir pour notre argent.

En effet, nous sommes propulsés 5 ans dans le futur, l’occasion de voir les adultes que sont devenus nos chers ados. Et les scénaristes s’éclatent tout en proposant des pistes cohérentes. Dawson travaille sur sa série adaptée de sa propre vie pour un The WB (le diffuseur de Dawson à l’époque), Joey est dans l’édition, Jack, prof du littérature au lycée de Capeside, Pacey tient un resto acheté avec l’aide financière de toute sa famille, et trouve encore le moyen de se mettre dans les embrouilles pour des histoires de cœur, et Jen a un bébé. Bon, pour Jen, ça paraît bizarre, mais quand ce personnage a t’il vraiment fait les choses comme les autres ? Et puis la petite surprise, c’est Doug. Vous vous souvenez du frère aîné de Pacey ? Objet pendant 6 saisons de blagues pas toutes de bon goût sur sa potentielle homosexualité, qu’il renie avec véhémence. Et bien dans le final, notre cher Doug, il est en couple. Avec Jack. C’en est joli tellement c’est bien vu.

Alors vous vous doutez bien que nos chers personnages, il faut un événement pour tous les ramener à Capeside. Il s’agira du mariage de la maman de Dawson. Et c’est l’occasion de jouer avec les retrouvailles, de montrer que notre bande de copains, même si elle ne s’est pas eu au téléphone tous les jours, s’entend toujours aussi bien. On revient sur les moments qui ont marqué leur adolescence, et sans flash-back, s’il vous plaît

dc604_6

Cet épisode c’est aussi un moyen de faire pleurer dans les chaumières, parce que bon, Dawson, c’est fini quand même. Alors on va prendre une métaphore un peu lourde, mas jolie quand même. On va tuer un des personnages principaux, mais suffisamment lentement pour qu’on ai bien le temps de lui dire au revoir. Après que Jen (oui, voilà, vous savez maintenant, tant pis pour vous, fallait pas lire l’article) ait fait un malaise, tous découvrent qu’il lui reste que peu de temps à vivre et se retrouvent à son chevet. On échange des paroles vraies, on fait un peu le bilan, et puis on laisse la latitude à Jen d’exposer tout le drame et la beauté de sa vie dans un monologue pour sa fille. Un magnéto avec nos 4 ados préférés, soit disant filmé par Dawson peu de temps après l’arrivée de Jen en ville, une chanson un peu triste et puis voilà. Bye bye Jen. Et avec elle, bye bye Dawson’s creek.

Dans ce final, on s’efforce de revenir à ce qui a fait le succès de la série, les paysages de Wilmington, les personnages plus ou moins récurrents qui reviennent pour un dernier coucou, et les références qui ont l’ont parcourues. Par exemple, quand Pacey est envoyé pour entrer en premier dans la chambre de Jen à l’hôpital, il réplique : « Vous envoyez le clown en premier ». (« Send in the clown first. » en VO) Or c’est justement autour de cette notion de clown, dans presque tous les sens possibles, que s’est défini le personnage. Pacey est un clown, tente de dépasser ce statut de rigolard pas sérieux, l’assume pleinement, joue avec, en joue même, tout au long de la série.
Et puis surtout, il reste la référence ultime, THE QUESTION, avec qui finira Joey ? Ben oui parce que quand l’épisode commence, son personnage dans « The Creek » (la série de Dawson) hésite entre ses deux prétendants, mais elle, a bien décidé. Et c’est ni l’un ni l’autre. Oui, mais cette certitude est bien vite ébranlée et les souvenirs de ses relations avec ses deux meilleurs amis vont hanter tout l’épisode, de Dawson qui galère à écrire la fin de « The Creek », à un slow qui rappelle des souvenirs à Pacey. Et puis clairement, c’est cette question que le public veut surtout voir résolue. Même Jen se fait l’écho de cette attente et tente de faire chanter Joey pour avoir la réponse, invoquant sa mort proche pour la convaincre.
Au final, c’est plutôt bien vu, même si la réponse traîne clairement jusqu’à la fin de l’épisode, histoire de garder les spectateurs.

Il y aurait tant encore à dire sur ce final, mais il reste pour moi l’un des meilleurs. Sa scène d’ouverture est un rappel direct à la scène d’ouverture de la série, et on est constamment replongé dans les meilleures saisons de la série tout en ayant tout de même la sensation d’évoluer, de ne plus être face à des adolescents mais de jeunes adultes. Un dernier magnéto, une dernière chanson, feu le True Love, le bateau de Pacey, s’éloigne sur l’océan, et voilà, c’est fini.

Crédits: WB

Commentaires

  1. Merci pour ce joli article :) ça me rappelle tellement de gouter BN et verre de lait!

    • Claire

      Ben tant mieux alors. :-)

  2. BlueMoon

    Merci pour ces souvenirs. Je n’ai jamais autant pleuré à la fin d’une série.
    J’ai acheté les DVD bien sur‚ heureusement le final était vendu séparément. Car le dawson’s creek que j’aime s’arrête à la fin de la saison 4 et finit en beauté avec ce double épisode de clôture de saison.

  3. Que de souvenirs Dawson, la série culte d’une génération de filles en effet ;) (et peut-être de quelques garçons mais pour leur faire avouer…). J’ai l’intégrale, et à chaque fois que je m’y remets, j’ai beaucoup de mal à continuer après la saison 3, la meilleure avec la première à mon sens. La fin est vraiment dans l’esprit de la série, elle est très réussie je suis d’accord avec toi. Je crois bien que je verse ma petite larme à chaque fois que je la revois !

Laisser un commentaire