Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

WorkinGirls saison 3: Le travail c’est (pas toujours) la santé

WorkinGirls saison 3: Le travail c’est (pas toujours) la santé
Alexandre LETREN

WorkinGirls saison 3. Je n’aurais pas pensé quand cette série est arrivée sur l’antenne de Canal+ il y a deux ans, qu’elle serait encore là pour une saison 3. La faute à un ton si différent des autres productions maison (ouvertement trash) et à une programmation en seconde partie de soirée (inexistante à la télévision française) qui condamnaient presque automatiquement pour moi WorkinGirls. Et  pourtant, la série a fait son chemin, séduit des fans et a su s’installer (durablement?) dans le cœur des abonnés de la chaîne  cryptée. Pour combien de temps, il est trop tôt pour le savoir mais cette saison 3 s’inscrit dans la continuité des autres, parvenant à maintenir tout ce qui a fait le sel de la série depuis le début. Pour certains, ce sera une qualité, pour les autres,…!!!

Dans cette saison, Karine, la redoutable boss se posera enfin les bonnes questions sur sa sexualité, alors que Deborah perdra le mode d’emploi de la sienne, Nathalie découvrira finalement les joies du célibat et de la vie moderne. Pendant que Sophie et Sophie trouveront un adversaire à leur mesure qui taze plus vite qu’elles n’embrouillent ! Quant à Hélène, elle découvrira tout simplement l’amour au service compta

Retrouvez Invitation au voyage…dans le générique de WorkinGirls

WorkinGirls est une série « terrible ». Sur le papier, c’est LA série qui divise. Non pas par ses sujets qui clivent, mais par son humour. Un humour tantôt subtil, noir, et tantôt totalement trash et bien lourdingue. Et c’est sur ce second type d’humour que la série perd en général une partie de l’audience qui pourrait la voir. Mais WorkinGirls est une série plus maline qu’il n’y parait. D’abord et surtout par sa capacité à « séduire », à faire « rire » même le plus réfractaire de ses téléspectateurs. En effet, il serait bien étonnant que si vous vous mettiez face à un épisode de la série, vous ne vous surpreniez pas à rire face à certains gags bien poussifs. C’est par exemple, et à nouveau, le cas dans cette saison.

NEWS_WORKINGIRLSJe n’ai jamais été un grand fan de la série. J’ai toujours trouvé qu’elle détonnait un peu face aux autres comédies de la chaîne comme Platane ou Kaboul Kitchen. Un peu comme pour XIII qui brouillait un peu la ligne éditoriale des dramas de la chaîne, WorkinGirls était moins fine dans son écriture que les autres comédies originales. Mais l’atout majeur de cette série est son casting. L’intégralité des comédiennes de cette série sont vraiment très bonnes, chacune dans leur registre. Et c’est vraiment sur elles que repose toute la série. Malmenées par le scénario, appelées à ne pas avoir peur de ternir leur image, elles ont un potentiel comique que les scénarios parviennent vraiment bien à faire ressortir.

Dans cette nouvelle salve d’épisodes, la série poursuit sur la lancée de la saison 2 soit continuer à imaginer des gags très BD, avec des personnages « bloqués » dans leur caricature ce qui rapproche la série des shortcoms habituelles. Les situations sont toujours extrêmes, le réalisme ne compte pas, même si la critique du monde du travail est elle bien réelle. Mais, la série a aussi décidé d’insuffler une dose de feuilletonnant dans ces épisodes. Le gros de l’intrigue repose donc sur la « terrible » malédiction qui frappe Deb, la nympho de service victime d’une panne qui l’oblige…à travailler. Egalement, les rapports avec les investisseurs chinois et indiens qui ne s’arrangent pas.
Et comme à l’accoutumée, la saison se termine sur un cliffhanger insoutenable à base de prise d’otages et de GIGN qui fait se poser pas mal de questions sur ce que la série pourra raconter en saison 4. Et en enfin, la métamorphose de Hélène dans cette saison est assez « incroyable ». A ce titre, la série réserve à Mr Poulpe un rôle aux petits oignons et qui ne devrait pas vous laisser indifférent.

Comme en saisons 1 et 2, WorkinGirls ne fait pas dans la légèreté et le vieil adage qui dit que « les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures » ne semble pas destiner à la série. Mais portée par un casting royal, et un humour décapant, qui fait vraiment mouche par moment, la série devrait sans peine continuer à séduire ses fans avec ces 12 nouveaux épisodes.

WorkinGirls saison 3 dès le 20 février 22h30 sur Canal+

Crédits: Canal+