Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

In America saison 2: « Cap » sur le Brésil

In America saison 2: « Cap » sur le Brésil
Alexandre LETREN

Il y a un peu plus d’un an, In America était la jolie surprise de la saison. Comédie d’aventure réussissant le pari de faire une belle série avec peu de moyens, son renouvellement pour une saison 2 changeant de pays était attendu. Ces 10 nouveaux épisodes constitue non plus une surprise mais une confirmation: In America fait partie des bonnes séries françaises. 

Retrouvez La loi des séries spéciale In America saison 2 ici

David Cap et Michel Mousset ont changé de vie, mais sont toujours aussi incompatibles. La recherche du père de Michel va les mener dans une course-poursuite infernale à travers le Brésil, pour finalement se confronter à eux-mêmes…

Ecologie, recherche de soi, paternité. Autant de thèmes riches qui vont parsemer cette nouvelle saison. Alors que la saison 1 prenait parfois un peu trop des allures de longue exposition, la saison 2 fluidifie l’ensemble, enchaîne bien mieux les séquences et évite le ventre mou à mi saison (même si la structure en épisode propre aux séries se fait moins ressentir dans cette saison).
L’histoire se déroule parfaitement tout au long de la saison, et les interactions entre les personnages sont encore plus réussies.
Bien sûr le binôme principal fonctionne toujours à merveille mais Hedi Tillette de Clermont-Tonnerre explose dans cette saison 2 en délivrant des séquences allant du « grotesque » au bouleversant. Sa prestation est réellement excellente et sa proximité avec celle d’un Pierre Richard dans La chèvre se fait encore plus présente.
L’autre découverte, que dis-je révélation même, de cette saison 2, s’appelle Camille Constantin. Révélée il y a quelques années sur M6 aux côtés de Pascal Légitimus dans Ma femme, ma fille 2 bébés, elle fait preuve d’une grande maturité de jeu au côtés de nos deux héros. Mieux, elle s’insert parfaitement dans un duo pourtant rompu à l’exercice sans jamais détonner. Elle sait trouver une place, sa place et se révèle être un maillon essentiel de cette nouvelle saison. Qu’une série de potes donne une aussi jolie place à un rôle féminin en lui laissant la place d’exister est très plaisant.
Enfin, la réalisation de Alexis Charrier est toujours maîtrisée, rythmée et soignée, restituant un Brésil loin des cartes postales et dans toute sa diversité et sa richesse.

IAmerica s2

Petit bémol sur les flashbacks. En saison 1, il permettait de présenter de manière habile les personnages que l’on découvrait dès le début dans l’action. Mais leur autre fonction essentiel est de remplir les 20 minutes de contenu nécessaire à chaque épisode (avec les « previously« ) que le tournage, court et avec peu de budget, ne permet pas de combler avec uniquement les séquences aux Etats-Unis ou ici au Brésil. C’est précisément sur ce point là que les choses coincent plus en saison 2. La partie brésilienne étant réellement réussie, on se surprend à trouver certains flashbacks un peu « gratuits », inutiles même car ils brisent la cadence.

Mais c’est vraiment histoire de pinailler un peu car In America saison 2 constitue non seulement une très belle réussite mais offre une autre alternative et un autre visage aux séries OCS, aux côtés des autres séries de la chaîne, Lazy Company, FranceKbek ou Templeton. Avec ces 10 épisodes, In America est parvenu à un équilibre même s’il reste des petites choses à améliorer en vu d’une future saison 3 que l’on espère vivement.

Crédits: OCS