Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Nos sagas de l’été (6/8): Eternelle

Alexandre LETREN

La review

LA SERIE
4.5
4.5

ESSAI RATE

Vraie spécificité française, les sagas de l’été ont peu à peu disparu de la télévision française depuis quelques années après avoir longtemps trusté les audiences des grandes chaînes. Qu’elles soient romanesques, policières ou encore surnaturelles, elles nous ont longtemps accompagnés d’été en été. Jusqu’au 4 septembre, Season One vous propose de revenir chaque mercredi sur 8 d’entre elles. Des années 90 aux années 2000, de France 2 à TF1 en passant par M6, nous allons nous replonger dans nos souvenirs d’été. Place à ce qui aurait pu être une série de genre et que finalement beaucoup ont qualifié de grosse farce: Eternelle. 

Sous une pluie battante, le docteur Voline, médecin de nuit, renverse avec son 4×4 une jeune femme nue. Transportée à l’hôpital, elle ne se souvient de rien et est déclarée porteuse d’une bactérie inconnue. Refusant d’être séparée de l’homme qui l’a renversée, l’inconnue va s’avérer être une véritable énigme pour Yann. Il découvre notamment en elle d’étranges pouvoirs lui permettant de lire dans les pensées et d’échanger personnalité, souvenirs et compétences avec ceux qu’elle rencontre. Un chercheur réalise qu’elle a des tatouages sumériens sur la peau.

eternelle logo

Diffusée à l’été 2009, Eternelle n’a sans doute pas été pensée comme une saga de l’été mais diffusée comme telle par M6, certainement pour s’en débarrasser. Eternelle est construite comme une vraie série, fantastique de surcroît, et sans doute pensée par son créateur sur plusieurs saisons vu que la mythologie ne se met réellement en place qu’à partir du 4ème épisode, lorsque le mystérieux Ikshan prend l’affaire en main, et se termine sur un cliffhanger.
Accordons d’abord un vrai mérite aux scénaristes de cette série qui se sont visiblement amusés à créer cette histoire totalement délirante (et notamment dans sa seconde moitié, bien plus intéressante). Il y a un côté très BD dans cette histoire et beaucoup de choses semblaient possibles. Mais quelques détails ont visiblement plombé la série. En voici deux représentatifs:

  • Pardon mais la faute de ce casting dans cette série s’appelle Claire Keim. Autant j’ai pu souligné qu’elle faisait bien le job dans de précédentes sagas, autant là, elle est vraiment ridicule. Son personnage baptisé  « Elle » aurait mérité un jeu plus subtil, plus mystérieux. Malheureusement, Claire Keim nous fait plus penser ici à Natasha Henstridge dans La mutante: belle oui, inquiétante pas une seconde.
  • Le début de la série est vraiment long et poussif. En fait, la série se perd dans des épisodes « stand alone » alors que la série ne compte que 6 épisodes. On a donc des histoires sans intérêt et, pardonnez moi, ridicules. Voir Claire Keim « devenir » serial killer après avoir « absorbé la personnalité » de l’un d’entre eux….Franchement ce n’est pas sérieux…Bon en même temps, Claire Keim n’aide vraiment pas à rendre le moment plus savoureux.

eternelle

En seconde partie de saison, certaines moment deviennent plus fun comme le mec frappé par la malédiction qui se transforme en momie, ou encore les histoires autour de la fameuse bague de Iksham et les origines de « Elle »…Mais la série aurait vraiment gagné à avoir plus de moyens et à laisser plus de liberté aux auteurs dont on devine à chaque scène qu’ils n’ont pas toujours eu les coudées franches pour faire ce qu’ils voulaient vraiment. Dommage.
Eternelle aurait pu être une série fun…Mais c’est raté!

Mercredi prochain dans Nos sagas de l’été (7/8): L’été rouge

ete-rouge

Crédits: © M6/Stéphane Masson