Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

9 Commentaires

Juliette vous parle de Dr Quinn, femme médecin

Juliette Pirouette
Michaela Quinn avant un examen de la prostate au cabinet

Michaela Quinn avant un examen de la prostate au cabinet

C’est l’histoire d’une « jeune » femme médecin – je dis jeune, car Jane Seymour avait quand même 42 ans au début de la série. On nous fait croire que c’est une jeune pucelle, m’enfin bon, faut dire ce qui est, c’est une vieille fille poussiéreuse !!

Michaela Quinn, femme médecin, débarque dans un patelin de bouseux alcooliques du Middle West, Colorado Springs. Colorado springs était connu dans les années 1867 pour sa fabrique d’eaux minérales embouteillées, mais passons, là n’est pas la question.

Dans ce petit patelin, Michaela est amie avec une nana qui a eu un rôle de ouf puisqu’elle décède très rapidement des suites d’une morsure d’un crotale, preuve que Michaela pèse pas bien lourd en terme de médecine traditionnelle, putain de bonne femme ! Par conséquent, Michaela se retrouve propulsée au rôle de Daronne sans passer par la case defouraillage. Matthew, Colleen et Brian sont ses nouveaux enfants au rabais, troqués sur le bon coin contre un vieux stéthoscope cassé.

Un mélange entre "on a échangé nos mamans" et "l’amour est dans le pré"

Un mélange entre « on a échangé nos mamans » et « l’amour est dans le pré »

Matthew est l’aîné. Il est un peu laid et j’aurais bien aimé qu’il tombe dans la dope et la luxure. Au lieu de ça il finit sheriff avec un beau cheval cabriolet tout neuf et une femme gentille…

Colleen, est une jeune femme en pleine adolescence. Il y a, d’ailleurs un épisode où ses petits camarades de classe se moquent de sa forte poitrine de jeune pucelle. « Mouhahahaha Colleen avec ses collines !! A Colorado Springs, on l’appelle Gorge profonde, le Grand Canyon, la source intarissable… ! » et tout plein d’autres jeux de mots géologiques. La particularité du personnage vient du fait que l’actrice change en cours de route et on ne s’habituera jamais à la nouvelle Colleen. Remplacer une jeune femme blonde par une brune, sans même essayer de prendre le spectateur pour un con en l’emmenant, au cours d’un épisode, chez Franck Provost, cela ne se fait pas !

Vous allez voir… la ressemblance est impressionnante…

Vous allez voir… la ressemblance est impressionnante…

 

Et voilà! Vous n’avez rien vu!

Et voilà! Vous n’avez rien vu!

Brian, est le dernier. Une résultante d’un retour de couche. Un enfant ayant subi la toxoplasmose, myxomatose et qu’on aimerait taxidermiser. Rien que là, je te fais 3 mots « compte triple » et booyah, j’te gagne au scrabble ! Brian, c’est le gamin qui a trop de dents, qui est doublé par une femme qui fait une voix d’enfant. Cet enfant, ils auraient dû le claquer très fort sur un mur à la naissance, ou le donner aux chiens. Le supprimer par toute autre technique culinaire chinoise. Enfin bref, Brian, non ! Il pose toujours mille questions « Et pourquoi ci ? Et pourquoi ça ? » A cela Michaela répond « Je l’ignore, Brian » mais c’est pour éviter de lui dire : « Mais ta gueuuuule, con de môme !! ».

J’aime vraiment pas dire du mal des enfants, mais t’as vraiment une tête de connard.

J’aime vraiment pas dire du mal des enfants, mais t’as vraiment une tête de connard.

Au cours des saisons, Michaela trouve sa place dans le village et fait peu à peu son trou, à défaut de se faire faire le trou… haaaaan, je peux pas vraiment faire ce genre de jeux de mots, là… ? Si ?

En parlant de ça, elle rencontre Sully. Le plus blanc des peaux rouges ! Une sorte de Kevin Costner dans Danse avec les loups. Sauf que lui, danse avec un husky. Sully est aussi indien que Dick Rivers est américain. D’ailleurs, je pense que Dick Rivers est plus indien que Sully. Bah oui… Dick Rivers, ça veut quand même dire Bite Rivière, je pense que c’était le cheyenne le mieux membré de la vallée. C’est quand même lui qui inventa la blague du « – fond de l’air est frais ! – Le fond de l’eau aussi ! ». Sacré Bite !

Dick Rivers ou devrais-je dire "Bite Rivière"

Dick Rivers ou devrais-je dire « Bite Rivière »

Revenons au beau gosse de la série… il s’appelle « Byron Sully », drôle de prénom aux consonances de biroute, m’enfin… et tout le monde l’appelle « Sully », sauf Michaela qui l’appelle « Oh mon Dieu Sully ! ». Entre « je l’ignore Brian » et « Oh mon Dieu Sully ! », il ne manque plus que « Va me chercher des linges propres et de l’eau chaude, Colleen ! » et on a un épisode complet.

Byron Jovi – it’s his life, it’s now or never!

Byron Jovi – it’s his life, it’s now or never!

Sully, ayant eu une vie de merde, – enfant seul à New york, parents décédés, traînant tranquille t’as vu, dans les rues de la ville, à base de po po po – décide de se retirer de la vie « normale » en mode hippies des années 1867 en vivant avec les indiens. Il devient hyper pote avec Nuage Dansant (et non, Nuage d’encens, comme certains drogués pourraient le penser !). Il faut savoir que Sully est un peu une fiottasse, car il a peur des chevaux, c’te latche comme ils disent à Grenoble ! Un indien qui a peur d’un poney ! Bref, dans cette vie qui sent la peau tannée, le bison de bas étage et la buchette de bois sec, Sully apprend à connaitre Michaela, qu’il vouvoie en VF alors qu’en anglais ça n’existe même pas ! Ils commencent enfin à se toucher la main au bout du 120è épisode, puis un jour la défouraille avec son gros totem. De là à penser qu’il y a eu fumage de calumet, et autres festivités dans la hutte à sudation, il n’y a qu’un pas. Mais quand même… hahahah Sully a peur des chevaux !

Parlons un peu de son ami Nuage Dansant. Nuage Dansant fut ainsi nommé à la suite d’un célèbre concours de danse country qui eut lieu à Colorado Springs en 1854. Nuage Dansant n’était alors qu’un jeune Améridien fringuant et désireux de réussir dans le music hall. Il se rendit à ce concours, plumes lustrées, sans un sioux en poche et se lança sur la piste. Ce fut une révélation, le jury tomba des nues devant cette magnifique chorégraphie sur Yakalelo. Sa vie changea du jour au lendemain, plus jamais il ne voudrait rester dans son tipi à mater navajo, sa vie c’était la danse, on l’appellerait désormais : « Nuage Dansant » !

Dancing Cloud

Dancing Cloud

Bon, je n’vous cache pas que quand il vit arriver Sully, il se dit « Putain de blanc qui vient encore nous apporter des maladies ! » mais au fil des épisodes il se rendit compte que Sully était une grosse fiottasse, et qu’en plus d’avoir peur des poneys, il se trimballait tout le temps avec son gel hydro alcoolique et évitait tout contact avec d’autres êtres humains parce qu’il avait peur des microbes. Il parait même qu’il était puceau, mais ce sont des on-dit… Une amitié à toute épreuve naquit. C’était beau. C’était très Brokeback Mountain…

Un indien zarbi à moitié à poil

Un indien zarbi à moitié à poil

Je vous raconte ici les personnages principaux. Tout autour d’eux gravitent moult personnages dignes d’un village profond de Normandie. Le tavernier alcoolique, le proxénète pervers métalleux, la pute intelligente sans syphilis, la pute moins intelligente avec syphilis, le sheriff beau gosse, le révérend beau gosse trop frustré de ne pas tater d’la fesse, un couple de blacks (pour le quota). Comme si les noirs à l’époque étaient proprios d’un resto !! A moins que ce ne soit… oh, j’y suis ! Les fondateurs du premier KFC !

Toute la troupe à Cabourg

Toute la troupe à Cabourg

Une série qui a duré 6 saisons tout de même ! Ce qui fait que Michaela a enfin couché à l’âge réèl de 48 ans ! Il était grand temps ma cochonne ! J’admire tout de même les efforts de décors et de scénarii. Plus qu’une série, nous sommes sur une véritable reconstitution anthropologique ! Nous retiendrons les épisodes phares suivants :

–          Rite d’initiation

–          Les bisons

–          Le train

–          Le troupeau

–          Sully, l’agent indien – bah bah bah babababababa au couleuuuuur de l’agent indieeeen !

–          Premier Noel de fifi –  qui devait certainement être leur hamster…

–          Los Americanos – épisode dans lequel Sully renoue avec son passé de Gangsta

–          Le devoir de Colleen – bon bah… tu sais ce qu’il te reste à faire coquine, tourne-toi que j’te trousse… Tu as 14 ans maintenant, viens donc faire tes devoirs… gnek gnek gnek…

Au passage, tant qu’on est sur la promo de cette nouvelle série, je me permets de vous faire part de cette offre limitée pendant les soldes, pour 6 coffrets VHS achetés, recevez en cadeau le DVD d’entrainement de lancer de tomahawk de Sully, une bassine, des linges propres et de l’eau chaude.

Pour 15 francs supplémentaires, le pin’s parlant du Dr Quinn « Mais je l’ignore Brian ».

coffret-vhs-dr-quinn

Juliette Pirouette
(On se retrouve ici)

  • Nataka

    Entre « je l’ignore Brian » et « Oh mon Dieu Sully ! », il ne manque plus que « Va me chercher des linges propres et de l’eau chaude, Colleen ! » et on a un épisode complet.
    Pas tout à fait, il manque encore « Emmenez-le à la clinique, il a perdu beaucoup de sang ! »
    Merci de réhabiliter la vraie orthographe du nom de Nuage Dansant, mais perso j’ai toujours préféré la deuxième Colleen. Et d’où que Sully avait peur des poneys ?

  • http://wp.me/2VaS8 Juliette Pirouette

    Merci beaucoup d’avoir ajouté « Emmenez-le à la clinique, il a perdu beaucoup de sang ! ».
    Sully avait peur des poneys au départ car son frère est mort traîné par un cheval… surement des représailles de Gangsta from New York… En réalité, Michel, le frère de Sully, s’est coincé le pied dans un étrier. Il est mort par strangulation pédestre… Une mort très douloureuse.

  • Pingback: Dr Quinn, femme médecin | Juliette Pirouette()

  • Anonymousse

    Nuage Dansant … Nuage d’encens, WTF !!
    Mon monde s’écroule ! Mais merci d’avoir rétabli la vérité.

    J’ajoute que Michaela eut, quelques années auparavant, une occasion de voir le loup si son ex n’était pas mort (je ne sais plus comment ni pourquoi).
    Il réapparaît comme par hasard juste avant la consommation du mariage Sullyesque, plongeant la vieille pucelle dans le doute, du rebondissement en veux-tu, en voilà !!

  • Elo____

    Pour moi c’était  » docteur Gouine , femme sans seins . » A l’époque …. Mais ça c’était avant les poneys !

  • sylvain L.

    :D excellent article!!! j’ai enrichi ma culture G et j’ai ri!!! Merci!!!! :D

  • http://@spicopate Spicopate

    Encore un excellent article ! Je me suis bien marrée !
    Force est d’avouer que cette série, pour aussi extraordinaire qu’elle fut, a bercé mon adolescence … Mais alors qu’est ce que c’était niais !
    Au plaisir,

  • Pingback: Idées de cadeaux d’enculé | Juliette Pirouette()

  • Pingback: Le Dr Quinn consultera à Monte-Carlo | Season One()