Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: American Odyssey (NBC)

Pilote d’essai: American Odyssey (NBC)
Charlotte Calignac

La review

Pilote
3
Casting
8
Scénario
3
Réalisation
8
Envie de voir la suite
2
4.8

Ultra déjà vu

American Odyssey (anciennement simplement « Odyssey »), c’est avant toute chose, de façon manifeste tendance « dans ta face », une histoire de COMPLOT. Car, comme vous le savez tous : on vous ment, le gouvernement vous ment, l’armée vous ment et Internet c’est le Mal.
American Odyssey, c’est l’histoire d’un sergent femme qui découvre qu’une compagnie américaine finance les terroristes d’Al Qaida et dont toute l’unité se fait exploser la tronche pour couvrir cette découverte. Évidemment, Odelle Ballard (la très chouette Anna Friel) survit et doit échapper aux vilains mercenaires payés pour la faire taire tout en évitant les vilains musulmans maghrébins qui la perçoivent comme une ennemie.

Le problème de American Odyssey n’est pas tant dans le fait qu’on a droit une énième déclinaison de Homeland/The Event avec la réutilisation de la paranoïa du 11 septembre. Après tout, le thème et le sujet semblent intéresser du monde. Perso, je trouve que ce type de sujet est un peu casse-gueule dans la représentation des terroristes/djihadistes/civils qui se retrouvent au milieu de ces affrontements.

Le problème principal, c’est que le pilot se concentre uniquement sur l’action brute sans trop de contextualisation, sans présentation d’enjeux à part la Défense du Bien et des Gentils contre les Vilains Terroristes et Aideurs de Terroristes. L’action, c’est bien, mais on ne m’introduit réellement aucun des trois/quatre personnages principaux (que des Gentils bien sûr). En fait, un seul (celui qui a le moins de temps à l’écran) est intéressant : le hacker gentiment barge qui vit encore chez sa mère et est obsédé par un militant friqué. L’écriture et l’interprétation de l’acteur permettent d’avoir une idée du qui ce personnage peut être. Mais même Odelle Ballard reste un personnage assez fade dont on expédie la présentation. Elle est gentille, elle est humaine, et elle a une famille qu’elle aime profondément.

Super.

Autrement, vous vous doutez bien que le méchant CEO de la Vilaine Compagnie qui finance a une tête de méchant, et réagit comme un méchant. Il ne lui manque que la moustache.

La difficulté des histoires de complots c’est qu’elles sont compliquées et alambiquées. Les expliquer et les mettre en action reste assez difficile si un certain rythme n’est pas maintenu, mais c’est peine perdue dans ce pilot. Tout va très vite, trop vite, si bien que toutes les ficelles sont évidentes, chaque trahison et mort est prévisible, et rien n’informe sur des héros ou anti-héros que je suis supposée vouloir revoir la semaine suivante. Pourquoi devrais-je vouloir Odelle Ballard survivre ? Pour qu’elle soit réunie avec sa gentille fille bien élevée et son mari triste ? Pourquoi devrais-je vouloir écouter l’ancien procureur déchu mais qui avait fait tellement de choses bien essayer de remonter le fil du complot ? Je ne sais pas qui sont ces gens à la fin du premier épisode, et je n’ai pas envie de savoir quels terribles rebondissements vont l’empêcher d’être entendu lorsqu’il aura découvert tout ce qui est caché.

odyssey

Quant au hipster qui se promène pendant les manifestations, son lien au grand mystère mystérieux n’est même pas évoqué. Il était juste là pour ne pas être intelligent.

Un effort considérable a été fait sur la réalisation qui parvient à elle seule à donner une atmosphère à la fois anxiogène et intimiste. Le gros plan sur le téléphone qui ne sonne pas durant le mémorial de Odelle Ballard qui veut simplement parler à sa famille jouait très bien avec les attentes et construisait une chouette tension qui retombe quasi-instantanément lorsque tout le reste de l’épisode se déroule comme vous vous y attendez.

Bref : je ne regarderai pas la suite.

Crédits: NBC