Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: Minority Report (FOX)

Pilote d’essai: Minority Report (FOX)
Claire Tirilly

La review

Pilote
6
Scénario
5
Casting
4
Envie de voir la suite
6
5.3

Mouais.....

La Fox a lancé lundi Minority Report, séquelle télévisée du film éponyme. Au vu du succès de ce dernier, la série était attendue au tournant. Voyons ce que ça donne.

En 2050, un progamme appelé Pré-Crime arrête les criminels avant même qu’ils ne commettent des atrocités. Ils se basent sur les visions des “Precogs”, une fratrie qui a la capacité de voir et ressentir les crimes à l’avance. A la fin du film de 2002, la faillibilité du programme était prouvée par le héros et ce dernier était arrêté, Dash, Arthur et Agatha, les Precogs, étaient alors exilés à la campagne et libres de vivre leurs vies. La série reprends l’histoire 11 ans après la fin du programme.

On suit alors Dash, l’un des jumeaux, qui est retourné à Washingtom DC et qui tente d’eviter les crimes dont il est le témoin malheureux. Mais ne disposant pas de la totalité des informations liées à ces crimes dans ses visions, il est souvent incapable d’arriver au moindre résultat. Enfin jusqu’au jour où il rencontre le détective Lara Vega, qu’il va commencer à aider. En parallèle se dessine une intrigue concernant une vision d’Agatha réinstaurant le système Pré-crime.

Commençons par l’univers. Reprenant les codes du film, nous sommes dans un futur hyper technologique mais relativement crédible. Les gadgets ont envahi la vie de tous les jours, des lentilles de contact façon Google Glass utilisées par la police au mini selfie drone utilisé par des adolescents. Tout est beau, brillant, efficace.

Les personnages, eux, sont équilibrés. Un anti-héros, son partenaire à la personnalité complémentaire, son Némésis. Dash, est donc un personnage fondamentalement faible. Marqué par ses visions violentes et incomplètes, ses échecs et peu adapté aux codes sociaux du monde réel, il sera intéressant de voir s’il se développe dans un environnement où il est soutenu et arrive à changer l’issue des événements. Son interprète manque par contre clairement d’une palette de jeu subtile et on ne peut que féliciter la chaîne d’avoir fait appel à un autre acteur pour jouer son frère.

La fliquette elle est presque forcément un personnage à forte personnalité, pour équilibrer avec Dash, mais qui doit encore faire ses preuves dans la police.

Minority report

Arthur, le frère de Dash apparaît à peine dans le pilote, la décision de lui donner une place plus grande ayant été prise après le tournage initial et ses scènes ayant été ajoutées au montage. Il est cependant clairement montré comme ayant une personnalité opposée à Dash, fort, socialement adapté, sexy…

Enfin les fans de That 70’s show remarqueront la présence au casting de Wilmer Walderrama, le concurrent de Vega, détective Blake. Malheureusement l’accent hispanique de l’ancien interprète de Fez ne colle pas du tout au personnage, ce qui risque de très rapidement le rendre antipathique.

On se demande aussi si le directeur de casting ne fait pas ses choix avec une liste ethnique pré-conçue: le héros doit être blanc à cause du film, on équilibre donc avec une partenaire féminine et noire, on ajoute un hispanique sans réel impact sur l’histoire, une asiatique geek comme technicienne de la police, un ancien chef de la police reconverti en politique noir, sa femme brillante asiatique, un bébé mixte… Comme ça tout le monde est content.

La série est sympa, pour un copshow futuriste simpliste. On se doute bien que la notion même qui faisait débat dans le film ne sera qu’à peine abordée, le principe même de Pré-Crime y est présenté comme positif, et c’est dommage. Il s’agit plus ici de résoudre des crimes ou de les éviter en se basant sur les visions du personnage principal. Pas ou peu de questionnement sur la possibilité que les visions ne puissent être le miroir d’une réalité liées à un ensemble de choix sans être le futur définitif. Elles sont juste un fait établi, que les héros doivent décoder pour éviter leur réalisation. Et c’est un peu dommage car c’est justement la notion contre laquelle se battait le film et ce qui faisait son intérêt. On va aussi retrouver rapidement questionnement sur le bien et le mal opposant Dash et son frère Arthur, qui reçoit l’autre moitié des informations mais n’agit pas dessus. C’est sympa, mais ça  a déjà été fait dans Tru Calling.

Minority report2

Contrairement à ce qui était attendu, la série se laisse regarder mais le pilote est loin d’avoir vraiment fait ses preuves. Il faudra voir avec le temps les directions prises par les scénaristes pour vraiment se faire une idée.

Crédits: FOX