Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Pilote d’essai: Bosch (Amazon)

Pilote d’essai: Bosch (Amazon)
Christophe Brico

La review

Pilote
6
Scénario
7
Casting
7
6.7

REUSSI

Votons pour, en attendant de voir la suite

Dans le lot des séries proposées au vote par Amazon, Bosch apparaît comme un compétiteur sérieux à la confirmation en saison. Là encore un nom porte le projet, mais c’est celui d’un romancier, Michael Connelly, auteur des aventures du personnage éponyme de la série. Pour drama policier, on vote ou non ?

C’est bien, c’est beau, c’est…

Avant tout autre propos, permettez à votre rédacteur de vous faire un aveu : ll n’a jamais lu les romans de Connelly sur le personnage de Bosch, et donc son avis n’est basé que sur la vision du pilote. Et un autre aveu bien pire : Il y aura sans doute du spoiler dans cet article, excusez moi par avance.

Donc Bosch de quoi ça parle ? Et bien cela parle de Bosch ! Hieronymus Bosch (Titus Welliver), pour être plus précis, appelé ainsi d’après le peintre hollandais du XVe siècle. Mais tout le monde l’appelle “Harry” ou “Bosch”, plus simplement.

Donc Bosch est un flic de Los Angeles. Un soir, dans une ruelle sombre, il tire sur un gars qu’il essaie d’appréhender et le tue. Deux ans plus tard, au moment de l’action de ce pilote, Bosch subit un procès de la famille du gars qu’il a tué dans la ruelle deux ans plus tôt. Vous suivez ? Ayant besoin de se détendre un peu, notre flic décide de passer son week-end à travailler, et tombe sur un os, c’est le cas de le dire ! A partir de là on découvre ce qui pourrait être la ligne directrice de la saison si celle-ci voit le jour : Une enquête sur les ossements retrouvés parallèlement au procès de Bosch.

La distribution de ce pilote est plus que correcte. En sus de Titus Welliver, on retrouvera dans une sélection totalement subjective : Lance Reddick (Lt. Cedric Daniels dans The Wire), Valerie Cruz (Agent Gina Mendez dans The Following), Scott Wilson (Herschel Green de The Walking Dead) ou encore Abraham Benrubi (le mythique Kubiak de Parker Lewis ne perd jamais).

Ajoutons enfin que le personnage de Bosch apparaissant dans pas moins de 15 romans de Michael Connelly, et que ce dernier bénéficie d’une distribution tres tres large, on peut supposer que le simple fait d’adapter le personnage constitue en-soi, pour de nombreux fans, une bonne raison de voir la série.

…du travail de pro

Au chapitre des points très positifs, il faut bien admettre que ce pilote est plutôt bien écrit. La séquence d’ouverture servant de base à la caractérisation du personnage, puis le déroulé de l’épisode ne faisant pas l’économie de moment pas nécessairement liés à l’intrigue mais permettant d’amorcer la suite, et surtout le développement du personnage principal. En effet, Bosch est, évidemment, une série centrée sur le personnage éponyme, “Character driven” comme on dit…

Au chapitre des points négatifs, il faut noter une réalisation ultra démonstrative, qui a tendance à plus nuire au travail des acteurs que mettre en valeur leurs personnages. D’une certaine manière, cela ressemble plus à une réalisation à l’européenne. Conçue pour des spectateurs que l’on prend pour des idiots, et à qui il faut tout montrer faute de risquer l’incompréhension. Certes, le propos est sans doute exagéré ici, mais il est vrai que si l’équipe réussi à tirer profit des ambiances (couleurs contrastés, jolies lumières), le découpage du script, lui, est parfois un peu trop démonstratif, notamment s’agissant des états d’âmes de notre ami Bosch.

Au final le pilote de Bosch n’est pas désagréable, les scories de réalisation venant un peu amputer le plaisir que l’on prend à voir la composition de Titus Welliver, qui trouve ici un rôle complet et prometteur.

Crédits: Amazon