Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas de commentaires

Pilote d’essai: Extant (CBS)

Pilote d’essai: Extant (CBS)
Christophe Brico

La review

LE PILOTE
5
LE SCENARIO
4
LE CASTING
6
5

Pas convaincu

Extant est agréable à regarder, très propre, mais manque terriblement d’originalité.

Série de l’été de CBS, Extant jouit pourtant d’une longue campagne de marketing, essentiellement portée par l’actrice principale du show, Halle Berry, et son producteur exécutif Steven Spielberg. Démarrée le 9 juillet dernier, la série a fait des débuts honorables mais pas exceptionnels non plus (autours de 9 millions de téléspectateurs). Sans doute l’approche “metaphysique” de la science-fiction que la série propose ne sera pas au goût de tout le monde.

Odyssée de l’espèce

Extant : “Qui continue a vivre”, “Qui survit”

Après une mission de 13 mois passés dans une station spatiale, Molly Woods (Halle Berry), est de retour parmi les siens, son époux John (Goran Vijnic) et son fils Ethan (Pierce Gagnon), ce dernier étant en fait un androïde fabriqué par John, ingénieur robotique au coeur de son projet Humanichs. Alors que la mission à laquelle Molly était assignée était une mission en solitaire, elle revient sur Terre enceinte et incapable d’expliquer un black-out de 13h qui s’est produit durant sa mission. Dès les premières minutes du pilote on comprend immédiatement deux concepts essentiels de la série. Tout d’abord interroger la nature de l’existence, qu’elle soit naturelle, extra-terrestre ou robotique. C’est toute la question au coeur du show, en tout cas ce qui nous en est donné à l’aune de ce premier épisode. Le second concept est de dépeindre un futur crédible et suffisamment innovant pour être de la science-fiction. Dès lors on se retrouve devant un environnement rempli de technologie, mis en image par une caméra académique, mais précise. On retrouve sans doute là l’influence majeur de Steven Spielberg sur le show, l’univers faisant définitivement penser à ce qu’il a déjà pu faire sur des films comme I.A. ou Minority Report par exemple. L’ensemble est cohérent, et l’univers crédible.

Au chapitre du cast on retrouve Goran Vijnic que l’on avait pratiquement pas revu depuis Urgences au côté duquel s’ajoutent Camryn Manheim (The Practice, Person of Interest), Annie Wersching (24) et surtout l’inénarrable Hiroyuki Sanada (Lost, Revenge, Helix), qui ne se lasse pas de jouer son personnage d’honorable gentil-méchant japonnais qui a toujours l’air d’en savoir plus que tout le monde, mais qui ne dis jamais rien. Globalement ça marche, c’est un cast mature, et si les relations entre les différents personnages restent assez artificielles dans ce pilote, l’univers de la série, assez froid, s’en accommode finalement plutôt bien. Une mention spéciale au jeune Peirce Gagnon, qui offre sans doute la performance la plus délicate du show, a mi chemin entre le David Swinton de I.A. et le Damien de La Malédiction. extant Gravity

Le pilote est globalement une grosse boite à questions. On pose un univers, des enjeux, deux intrigues majeures qui se répondent (la vie extra-terrestre et l’existence robotique), quelques mini twists histoire de maintenir l’attention et c’est à peu près tout. L’épisode prend son temps, on nous fait une démonstration perpétuelle du “futuristique” de la société, on nous évoque des tas de références. Et c’est sans doute là que le bas blesse. Quand on regarde Extant une foultitude d’autres histoires similaires viennent à l’esprit, par petits bouts. On a évoqué I.A. mais l’on pourrait parler surtout de 2001: Odyssée de l’Espace ou encore plus récemment Gravity, proximité chronologique oblige. Et ce ne sont que les plus évidentes.
Au même titre que Almost Human cette saison qui n’as pas vraiment réussi à proposer un univers original, Extant est un high-concept show qui présente le risque majeur de tellement être concentré sur son mystère qu’il en oublie la dynamique des personnages, ou encore de construire des micros histoires dans la grande qui feront revenir les spectateurs la semaine suivante.

Crédits: CBS