Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

16 Commentaires

The good wife: la meilleure série américaine

The good wife: la meilleure série américaine
Charlotte Calignac

Non, ce n’est pas The Walking Dead, ce n’est certainement pas Game of Thrones, et Breaking Bad s’est terminée il y a un moment maintenant. En plus, toutes ces (très bonnes !) séries ont un détail en commun : elles passent sur le câble américain.

The Good Wife est diffusée sur CBS. Je sais, si vous avez moins de cinquante ans et que vous aimez les séries qui durent plus de vingt minutes, l’argument n’est pas hyper convaincant.

Pour ceux qui ne savent pas, CBS, c’est la chaîne des Vieux et des « Procedurals » chiants. C’est la chaîne qui incarne tout ce que je déteste dans une série télévisée : aucune mythologie, des flics/avocats qui doivent résoudre toujours la même enquête avec des variantes à peine différentes. Des flics/avocats dont on ne connaît que le nom, et qui ont une backstory à peine abordée en dix saisons parce que le téléspectateur moyen ne regarde qu’un épisode sur quatre d’une saison et qu’il se fout des personnages.
C’est la chaîne qui diffuse NCIS (et son spin-off), les Experts (et ses spin-off), Hawaii 5-0 et The Mentalist. Que des séries procédurales de flics qui enquêtent sur des meurtres et qui comprennent tout dans les dix dernières minutes et dont on a deviné le coupable dès qu’on l’a rencontré.

C’est pour ça que je ne voulais pas regarder The Good Wife. Et que j’ai failli passer à côté de la Meilleure Série Américaine à la Télé.

Une fois qu’on passe outre le peu de confiance qu’on a dans la chaîne, il faut surmonter le pitch et le titre. The Good Wife. La Brave Épouse. L’histoire d’une femme de procureur qui doit reprendre un poste d’avocate dans un cabinet lorsque son mari est mis en prison pour corruption (avec paiement en prostituées). Wouhou. Sur CBS. Ça s’annonçait moralisateur, conservateur et pas franchement positionné « féministe ». Très peu pour vous ? Très peu pour moi aussi.

Au bout de quatre ans, à l’aube d’un été désert en séries, je me suis dit qu’au fond, je n’avais rien à perdre. Et j’ai dévoré les quatre saisons en trois semaines.

Attention, c’est vrai : The Good Wife est un procédural. Chaque semaine présente un nouveau cas, sous forme de négociations, de jugements, d’enquêtes. Il n’y a pas de mythologie à proprement parler, pas de « grand secret ». Mais la série fonctionne précisément parce qu’elle a construit des personnages solides sur lesquels elle repose et qu’elle utilise afin de faire avancer l’histoire.

Le show n’est pas complaisant, plein de bons sentiments et de conformisme. Lockhart & Gardner, le cabinet pour lequel Alicia travaille, n’est pas le représentant des « Gentils ». Diane et Will, les patrons, sont des requins qui ont réussi car ils sont brillants et de réels professionnels. Ils n’hésitent pas à défendre des magnats de la drogue ou des meurtriers si ça peut servir les intérêts de leur compagnie. Ça ne les empêche pas d’être humains pour autant.
The Good Wife manie suffisamment bien le cynisme pour montrer à quel point les avocats ne reculent devant rien pour parvenir à leurs fins, et pour défendre leur client. Ce cynisme est souvent même jouissif, autant qu’il peut parfois être surprenant.

Même les affaires de la Semaine sont fascinantes. Peine de mort, avortement, religion, espionnage, liberté sur internet, port d’armes, jamais la série ne tombe dans les affres du jugement ou dans le ton « donneur de leçons ». Dans une série d’avocats, où il faut savoir manipuler la vérité et prendre à cœur chaque combat, c’est quand même plutôt bien joué.

The Bit BucketEn prime, The Good Wife s’offre des guest stars truculentes et de renom comme Michael J. Fox (« Retour vers le Futur »), ou encore Martha Plimpton (Raising Hope) et bien d’autres que l’on retrouve plusieurs fois par saison avec plaisir. La série est parvenue au cours des quatre premières saisons à créer un univers à part entière. Comme dans la vraie vie, on finit par connaître les juges, les autres avocats, parfois même les clients. On peut anticiper leurs réactions, on participe à leurs blagues et on lève les yeux au ciel en même temps que nos héros.

La série n’est pas exempte de défauts. Les enfants d’Alicia, les diverses campagnes électorales et les relations de Kalinda avec les hommes sont parfois ennuyeuses, longues, et paraissent être du temps de perdu loin de vraies questions d’éthique, de légalité, de vérité et de mensonge.

Mais à l’heure actuelle, ces détails importent vraiment peu, parce que la série s’est construite comme un bâtiment, épisode par épisode, affaire par affaire, personnage par personnage. Un ensemble cohérent qui culmine dans l’épisode de cette semaine. L’épisode de cette semaine qui bouleverse tout de façon parfaitement sensée et laisse dans l’expectative.

La saison 5 a pris un mois pour installer exactement la situation qu’elle voulait après quatre années de construction de liens. Un mois pendant lequel elle a fait monter la sauce, et le résultat est spectaculaire. Ça faisait longtemps que je n’avais pas été sur le bout de mon siège, transie par une musique rythmée, à retenir mon souffle pendant les silences, le cœur pincé par des performances épatantes.
L’épisode 5.05 « Hitting the Fan » m’a embarqué pendant quarante minutes entières avec lui. J’ai oublié de respirer, j’ai ressenti ce que chaque personnage ressentait, et j’ai adoré être incapable de choisir un camp parce qu’on connaît toutes les parties, tous les intervenants de la pièce et qu’on sait qu’ils ont tous raison et tort à la fois. Parce qu’on a tout vu à travers leurs yeux à tous et que, bordel, ils sont allés jusqu’au bout.

GW5The Good Wife a bouleversé son statu quo. Je ne sais pas combien de temps ça durera. Je ne pense pas que ce qu’ils ont installé soit voué à durer jusqu’à la fin de la série, ni même la fin de la saison. Mais cette série méritait un tel épisode, et si les scénaristes trouvent un moyen (convaincant !) de faire machine arrière, je n’en ai rien à faire ça me convient amplement.

The Good Wife, mesdames et messieurs ! The Good Wife, c’est de la télévision de Très Haute Qualité.

Crédits: CBS

  • http://elprogramator.blogspot.fr/ fenriss

    Complètement d’accords, si la série n’est pas exempte de défauts (le personnage d’Alicia est assez pénible en saison 1, et l’histoire de Kalinda a failli plomber la saison 4) la série a un talent inouï pour se renouveler et faire vivre ses personnages. Je n’ai jamais été fan de procédural, mais là c’est de la haute voltige, avec un talent certain pour coller à l’actualité et trouver des sujets variés et riches.
    Bref, une des meilleures séries de ces dernières années.

  • Antoine

    Je suis totalement en phase avec l’article, mais en plus j’apprécie aussi les intrigues politiques et les enfants.
    Le personnage d’Eli Gold est très réussi (surtout lors de ses premières apparitions). Par ailleurs, les intrigues politiques sont souvent en arrière plan, mais ces 5 minutes peuvent prendre une place que je trouve assez réjouissante dans un épisode comme l’intervention de Peter sur internet lors du dernier épisode (505). L’histoire entre Diane et Kurt McVeigh est aussi parfois très drôle.
    Enfin, les enfants apportent parfois un peu de fraîcheur à l’histoire.

    • Charlotte Calignac

      Bonjour ! Merci de votre réaction !
      Les storylines des enfants et d’Eli peuvent être pénibles mais ne le sont pas toujours. En saison 2, l’épisode où Zach filme le policier pour arrêt abusif était très intéressant. En revanche, la quête religieuse de Grace, je m’en serais bien passée. Mais ça n’engage que moi. Quant à Eli… Pareil, ses histoires avec Jackie ne sont pas toujours passionnantes.

  • kathy

    J’adore The Good Wife. Depuis sa saison 2, elle est dans le top de mes séries préférées.
    Je me réjouissais de lire un article dessus, mais je n’en ai pas du tout apprécié le début.
    Pourquoi être aussi méprisant envers CBS? Moi, je remercie la chaîne de l’avoir mise et gardée dans ses programmes. Je ne suis pas allé au bout de la saison 1 de Mentalist ou NCIS, je n’ai pas voulu aller plus loin que le 3ème épisode de Hawaï. Et alors? Je me suis fait mon opinion, qu’est-ce que ça coûte? Boycotter une série parce qu’elle appartient à une chaîne, je ne comprends pas.
    Tous ces clichés… chaîne de vieux, toutes ses séries font plus d’audience sur les 18-49 que la CW « chaîne de jeunes ». Hors câble, The Big Bang Theory est la série la plus suivie par les 18-45, elle est sur CBS. C’est aussi la chaîne de Person of Interest, et en matière de backstory, je crois qu’on peut dire qu’on est servi (de même que pour Blue Bloods pour le peu que j’en ai vu). Harry’s law a été supprimée parce qu’elle ne faisait pas assez sur les jeunes et si The Good Wife n’est pas reconduite, ce sera pour la même raison. CBS est la chaîne qui propose le plus de dramas, j’aimerais bien que les autres en proposent autant. C’est vrai, trop de procédural, on peut lui reprocher son manque de variété, d’ambition dans les projets, on a échappé à un nouveau spinoff de NCIS et au Flic de Beverly Hills.
    Mais boycotter une série parce qu’elle appartient à une chaîne, c’est ridicule. Aborder une série avec autant de préjugés, c’est prendre le risque de se gâcher le plaisir, de passer à côté pour de mauvaises raisons, c’est vraiment dommage. C’est d’ailleurs dingue d’avoir réussi à passer la 1ère saison de TGW. A ceux qui ne seront pas emballés au début, il faut vraiment insister, elle vaut le coup!
    Bref, je trouve décevant de trouver ce genre de propos sur un site dédié aux séries, à toutes les séries. C’est vraiment bizarre comme attitude, il faut être plus ouvert, quel risque peut-on avoir à découvrir une série? et The Good Wife en est le parfait exemple.

    • http://twitter.com/alexandreletren Alexandre LETREN

      Donc vous testez systématiquement toutes les séries françaises et notamment celles de TF1? Parce que sinon, on fait tous un peu pareil. L’essentiel étant de savoir les dépasser ce que Charlotte a fait :)

  • kathy

    ça serait mentir de dire systématiquement:)
    Mais, oui, je n’ai pas loupé un épisode de Profilage depuis le début. Je continuerai les saisons 2 de No Limit et Falco. J’ai abandonné RIS pendant la 2 par exemple, j’ai lâché Crossing lines à la moitié. Et en comédie, je suis allé au bout de Mes amis, mes amours, mais j’arrête là et j’ai vu les 2 premiers épisodes de Doc Martin, mais pas plus. Sur F2, Fais pas ci, fais pas ça ou La source, sur F3, Disparitions retour aux sources (ça date un peu c’est vrai), sur Canal, Les revenants, sur Arte (suite à vos articles) Odysseus, sur M6, là aussi ça date il faut remonter à Jeff et Léo. Hero Corp aussi sur F4. Pas de limite pour moi! :) j’y vais au feeling, à la curiosité, je me fie au sujet, au trailer et au buzz…

    • http://twitter.com/alexandreletren Alexandre LETREN

      Donc en y allant au feeling, tu reconnais que toi aussi tu y vas à ce que tu ressent en bien ou en mal 😉

      • http://twitter.com/alexandreletren Alexandre LETREN

        Et j’ajoute que Charlotte est là depuis peu sur le site donc elle a le droit d’être comme ça

  • kathy

    Je te rassure, je ne demande la tête de personne.
    Et je ne boycotterai pas non plus les prochains coups de cœur de Charlotte, ça m’intéresse toujours de savoir ce que les gens aiment dans les séries.

    • Charlotte Calignac

      Merci Kathy de ta réaction ! Désolée pour le délai de réponse, j’étais bloquée sans internet…
      J’ai de gros a priori c’est vrai. Parce que les chaînes disent vouloir séduire les 18-49 ans et que ce n’est pas réaliste ni vrai. Elles communiquent en s’adressant à un public bien plus restreint. Et je ne suis pas le public que tente de séduire CBS avec ses dramas « procedural », ça se sent dès les campagnes de pub. CBS est une chaîne de « vieux » par définition parce que c’est une chaîne qui n’hésite pas à avoir des héros de quarante ans qui font quarante ans avec des thèmes abordés de manière souvent (voire toujours) très conservatrice.

      Et je sais aussi ce que j’aime. Par exemple, je n’ai jamais regardé un épisode de The Walking Dead, je n’aime ni le gore, ni les histoires de zombies. Peut-être qu’un jour je changerai d’avis, mais pour l’instant je n’y suis pas prête. The Good Wife était présentée comme un procedural dans les règles, sur une chaîne qui a très à coeur de contenter le téléspectateur qui ne vient qu’un épisode sur quatre. A partir de là, en terme de drama, elle ne prend pas beaucoup de risque. The Good Wife est le seul risque qu’elle prend, du reste, sur l’année (et j’espère qu’elle continuera !)

      En plus, je ne suis pas si « fermée » d’esprit puisque j’ai vu des épisodes de chacune des séries de CBS, ne serait-ce que pour me dire que rien n’a changé. Seule Person of Interest m’a sortie un peu de ma torpeur. 😉

      • kathy

        Même si tu y vas en pensant que tu ne seras pas surprise, alors que moi j’y vais en espérant la surprise, ça me rassure de lire que tu as vu des épisodes des autres séries de la chaînes, ça veut dire que tu leur donnes quand même une chance. Je comprends très bien que tu n’adhères pas à un genre. Moi, je n’arrive pas avec les séries médicales, j’en ai vu pourtant des épisodes de House ou Grey’s, certains très bons, et pourtant incapable de prendre l’habitude d’y retourner. Pareil pour les sitcoms, j’aimerais retrouver le plaisir que j’avais devant Friends ou Malcolm. C’est pas faute d’avoir essayé, mais je suis complètement imperméable à TBBT ou HIMYM.
        Mais pour en revenir sur le débat sur les chaînes, Alexandre me demandait si je regardais les séries de TF1, peu importe l’opinion qu’on en a, c’est une chaîne qui propose. Que dire d’M6 qui passe tout son budget fiction dans les shortcoms et qq téléfilms avec ses stars maison? Là je trouve que la politique de la chaîne est vraiment critiquable. Ils n’essayent même pas. En plus ils empêchent les téléspectateurs de profiter de The Good Wife!!!! Au moins CBS continue à mettre des ronds dedans, même si ça ne lui rapporte pas beaucoup 😉 (heureusement les policiers sont là pour lui remplir les caisses ^^)

        • http://twitter.com/alexandreletren Alexandre LETREN

          The good wife fait 10 millions sur CBS et à peine plus de 2 sur M6 qui a diffusé les deux premières saisons malgré l’audience. Franchement on peut pas dire qu’elle a pas essayé

          • kathy

            Quand je disais qu’ils n’essayaient même pas, je parlais de leurs productions, pas de leurs achats de séries américaines.
            Peut-être que The Good Wife se retrouvera sur la grille de 6ter, mais pour l’instant c’est Téva et donc donc pas de fenêtre en clair pour ceux qui ont commencé sur M6.

          • http://twitter.com/alexandreletren Alexandre LETREN

            Oui c’est frustrant mais M6 a au moins essayé

  • Roxy

    Article sympathique qui retranscrit bien ce que j’ai ressenti en visionnant le 5×05. Je suis assez partagée entre vos deux avis Charlotte et Kathy.
    Je comprends le ressenti sur CBS qui a une réputation plus « planplan » que d’autres chaînes.
    Personnellement ça ne pose pas de problèmes, je juge une série sur son pitch, le trailer et l’équipe derrière. Mais la chaîne transpire souvent derrière toutes ces considérations. Ex: les séries CW, chaîne que j’aime bien défendre même si je sais que les séries sont toutes formées dans le même moule.
    Pour CBS, c’est plus compliqué je pense. Cette chaîne est très en forme. On la critique avec ses procedurals à la pelle, mais pourquoi changerait t’elle une formule qui marche depuis des années ? Je me souviens d’un débat sur un podcast séries (qui n’existe plus) il y’a bien 5 ans où les intervenants se demandaient comment la chaîne aller réussir à survivre à la fin de certaines séries phares comme les CSI. Finalement, elle refait du procedural car même si c’est pas la folie sur la cible des 18-49, cela reste quand même solide. Elle a une technique digne d’une machine de guerre et des grilles qui fonctionnent souvent car elles sont souvent mieux pensées que sur d’autres chaînes.

    On peut critiquer la chaîne pour son côté conservateur mais TGW en est le bon contre exemple. Souvent je me demande comment la série en est arrivée à être diffusée sur CBS. Les thèmes abordés sont modernes, parfois transgressifs. Les personnages sont libéraux. Pour autant je ne la verrai pas sur une autre chaîne, allez savoir.
    Je dirai que la force de la série est portée par ses créateur, le couple King, plus que par la chaîne. Et je crois que pour toute série le la est posé par les créateurs.

  • Pingback: Renouvellement en masse chez CBS | Season One()